sak ifé nout jordu ék nout demin

Journée de la Femme : Ce qu'en pensent les Saint-Suzannois


Édito
Vendredi 8 Mars 2013

La Journée internationale de la femme le 8 mars n’est pas vue de la même manière par tout le monde. Si certains voient là, l’occasion de célébrer la gente féminine, d’autres l’interprètent comme du marketing teinté d’hypocrisie. Voici l’avis d’une dizaine de femmes et d’hommes sur cette journée qui ne laisse personne indifférent. Nous avons profité du marché du Bocage mardi dernier à sainte-Suzanne pour interroger les passants.


Aline M-H avec Clarisse et sa famille
Aline M-H avec Clarisse et sa famille
Clarisse :

« Le fait de valoriser la femme ce jour là, permet de rappeler aux hommes qu’on est aussi des êtres indépendants. Le temps de l’esclavage de la femme est révolu. Aujourd’hui  la femme peut travailler, ce qui lui permet d’avoir le choix. A une époque, la femme devait avoir la chance de tomber sur un bon mari ! (rire) Il y a eu une grosse évolution qui a pris des siècles et il en faudra autant encore et un jour, peut-être, on sera égal.»
 

Arthur :

« Ca sert à quoi la journée de la femme ? Comme si qu’il y en avait besoin alors qu’elles dirigent le monde depuis le début de l’humanité ! Cette journée a été créée par les féministes dans les années 50 et ça devient une journée de la libération de la femme. Et depuis, elle est libérée mais cette date n’est pas dans les mémoires. Le rapport égal est un mythe des  féministes qui revendiquent l’égalité absolue mais elles se plantent. Il ne faut pas faire de généralité. Il y a des femmes émancipées qui en demandent toujours plus et il y a des sociétés où la femme peut apparaître soumise  alors qu’elle est le pilier de la société. C’est un regard très occidental que de penser  que tenir le foyer n’est pas émancipateur . Au Niger par exemple, les femmes décident des tâches qui sont à accomplir et organisent même des réunions où elles n’hésitent pas à dénoncer les mauvais comportements de leur compagnon ! Ce sont des pratiques qui datent d’avant l’Islam ».

 
Pierre :

« En général c’est par les infos que l’on sait que c’est la journée de la femme. Mais c’est une manière de se donner bonne conscience. C’est une journée pour occuper les gens et faire du fric ».
 

Véronique :

« Aujourd’hui la femme est libre de faire ce qu’elle veut dans la vie quotidienne. Si elle veut travailler dans la plantation, elle peut par exemple. Il faut que la femme ait la possibilité de faire comme les hommes pour éviter qu’ils abusent de leur force physique qui est leur seul supériorité. On n’est pas là pour subir les hommes ! »
 
 

Falone
Falone
Falone :

« Il faut faire valoir la journée de la femme. La femme doit être valorisée tous les jours parce que les hommes se classent dans la catégorie supérieure !  Il n’y a qu’à voir à l’école comment ils font les quéqués ! S’ils viennent se frotter à moi et qu’ils ne me respectent pas, je suis comme une tigresse ! (rire) »
 

Sylvie :

« Les rapports homme / femme ont tendances à se dégrader. Peut-être que cette journée peut aider à changer les choses. Il faudrait sortir une loi sévère pour les hommes qui violent leur femme. Les autorités sont trop douces avec eux… »

Cindy et sa fille
Cindy et sa fille
Cindy :

« C’est bien qu’il y ait cette journée parce qu’auparavant, la femme n’était pas considérée et était juste bonne  à s’occuper des enfants. Aujourd’hui c’est différent mais  la journée de la femme n’est pas différente des autres jours pour moi. Il faut toujours faire ses preuves en tant que femme face aux hommes dans le travail mais on a nos chances. A la maison, c’est  50/50 pour les tâches ménagères. Enfin, c’est moi qui me les coltine la plupart du temps mais quand je lui demande de participer, il ne rechigne pas ».
 
Priscilla et Marie :

« C’est quand même nous qui gérons la maison et ils donnent un coup de main et ne manquent pas d’être reconnaissants de tout ce qu’on fait. Ils sont solidaires de nos jours. C’est l’engagement qu’ils ont pris en tout cas par le mariage et ils le respectent ».
 

Jean-Pierre Desiles :

« La journée le zonm  i doit passe avant par ce que c’est le zonm la commence travail avant. La femme i doit travaille dans la case (humour). Mais moin na poin de madame po l’instant… »

Jean-Pierre Desiles :

« La journée le zonm  i doit passe avant par ce que c’est le zonm la commence travail avant. La femme i doit travaille dans la case (humour). Mais moin na poin de madame po l’instant… »


Alexandre et Forest :
  1. : « Bein lé pa normal ke na poin la journée de l’homme avant ! Il n’y en a que pour les femmes battues (ironie).
F. : « Et pourtant, la femme est la moitié de l’homme mais y koné rien ke la di la fé ! »
A. : « le bonn zémissions kom Amour Gloire et Beauté i rend à zot bête. »
F. : « Domoun lontan lé té pas oki et les familles étaient nombreuses parce ké kan la pluie té tombe, bin ou koné… (rire). Zordi, i passe la journée à se faire belle mé nou  la demandé si sé po son mari ou bien sé po les autres dan semin (rire). »
 
Jean-Pierre Desiles
Jean-Pierre Desiles




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par TEGO le 08/03/2013 11:30
Tout est dit dans cette phrase : « Bein lé pa normal ke na poin la journée de l’homme avant ! " d'Alexandre et Forest

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit