sak ifé nout jordu ék nout demin

Vlody tire à vue !


Politique
Samedi 18 Juillet 2015

La Mairie doit indemniser les jeunes licenciés après les élections : la victoire du droit contre les abus du Maire


Vlody tire à vue !
Depuis le non-renouvellement de leur emploi d'avenir par le Maire actuel, je n'ai eu de cesse de soutenir ces 70 jeunes Tamponnais(es) dans leur combat pour défendre leur emploi et leur avenir.
Ils  ont  fait  preuve  de  courage  et  d'une  grande  ténacité.  La  décision  du  Conseil  des
Prud'hommes leur rend aujourd'hui justice et reconnaît le grave préjudice subi.
 
Ce jugement montre bien la légèreté de la décision du Maire du Tampon qui ne sait pas prendre la mesure de l'humain, de la jeunesse. Il a barré la route à l'insertion professionnelle de ces jeunes en faisant fi de leur formation et de leur travail qui avait donné pourtant toute satisfaction dans les activités péri-éducatives.
Outre ce mépris de la jeunesse, le Maire du Tampon a fait preuve d'irresponsabilité dans la gestion municipale. Cette condamnation entraîne un coût pour la collectivité bien plus élevé que le maintien de ces jeunes en poste. Il est scandaleux que son manque de lucidité et de projection pénalise les contribuables tamponnais.
 
Je dénonce le manque d'analyse du Maire associé à son refus acharné à optimiser les dispositifs mis en place par le gouvernement pour favoriser l'emploi des jeunes.
Aussi, je regrette que les petits Tamponnais soient ainsi privés d'activités péri-éducatives de qualité alors que la commune a été dotée d'une subvention de 960 000 euros.
Je déplore une gestion capricieuse du premier magistrat du Tampon qui met en difficulté la continuité des services publics communaux et qui sacrifie sa jeunesse sur l'autel des règlements de compte.
 
Les emplois d'avenir sont une réponse au chômage des jeunes:un contrat d'insertion de 3 ans, permettant aux jeunes de préparer leur insertion professionnelle, leur autonomie. Dans ce dossier le Maire du Tampon et son équipe ont commis une double faute: le mépris des jeunes en licenciant 330 jeunes, une faute administrative et un abus d'autorité sanctionnés par le Conseil des Prud'hommes aujourd'hui.
Ce dossier est aussi celui de la victoire du droit, j'invite tous les anciens employés municipaux licenciés depuis 2014 à faire valoir leurs droits devant un tribunal.
Je demande au Maire de réintégrer les jeunes qui étaient en Emploi d'avenir.
 
Jean Jacques VLODY
Le Tampon , le 17 juillet 2015
 




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Septembre 2020 - 15:00 Alain BENARD : Candidat sur la 2e

Dimanche 30 Août 2020 - 08:17 Le combat continue