sak ifé nout jordu ék nout demin

Vanessa Miranville, candidate aux Municipales 2014, ne bénéficiera plus de l'effet de surprise


Édito
Jeudi 25 Avril 2013

La "verte" écologiste de La Possession a mûri. L'année prochaine, elle espère récolter les fruits de son travail, la plupart du temps réalisé à pied ou à bicyclette. La professeur agrégée de mathématiques se veut plus pédagogue que donneuse de leçons. Elle a dû passer des chiffres aux lettres pour parler, échanger et préparer son projet pour la ville dirigée depuis plus de 40 ans Roland Robert. Elle veut en faire sa Possession.


Vanessa Miranville, candidate aux Municipales 2014, ne bénéficiera plus de l'effet de surprise
Il y a d'abord la femme. Souriante, aimable et disponible pour échanger des idées et partager sa vision du développement de La Possession et à terme de La Réunion. Il y a la "prof" de maths. Rigoureuse et souple, disponible et disciplinée, cartésienne et remplie de certitudes. L'immersion dans la politique depuis 2010, n'a pas modifié l'icône révélée en 2011 lors des Cantonales 2011. Vanessa Miranville montrait déjà qu'elle n'avait pas de complexe.

Son score (plus de 48 %) au second tour l'a propulsé au rang de favorite pour la succession du maire Roland Robert. La conquête de La Possession est devenue alors sa seule priorité. Elle a même choisi de quitter Europe Ecologie Les Verts pour s'y consacrer totalement en 2012. Elle a alors créé Possession Ecologie Solidaire. Sa force de frappe pour prendre la mairie en 2012. Un scénario plausible à cause ou grâce au contexte politique de cette commune de l'Ouest.

Vanessa Miranville s'est toujours tenue à l'écart de la confusion qui règne au conseil municipal. Loin des divisions et des désunions à Gauche et à Droite. Loin des conflits entre élus et administratifs. Loin de la guerre entre le PCR et le PLR. Et l'année dernière, la "verte" candidate a eu la bonne idée de rester à l'écart des Législatives 2012. Et ce même si elle savourait de loin les "prouesses d'Huguette Bello" dès le premier tour de la députation.

En annonçant dès hier sa candidature, Vanessa Miranville veut surtout occuper l'espace, clarifier ses intentions et couper court à tous les bruits ou intoxications semées ça et là par ceux qui s'inquiètent de l'impact qu'elle aura sur le terrain. Même si l'écologiste a su résister aux tentatives diverses et aux "cadeaux sans doute empoisonnés" d'au moins un de ses futurs concurrents, la "prof" de maths demeure prudente et vigilante. L'équation qu'elle a résoudre, a de multiples inconnues.




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit