sak ifé nout jordu ék nout demin

Régionales : la pression sur le personnel communal à Saint-André


Citoyen
Mardi 1 Décembre 2015

On se croirait revenus quarante ans en arrière dans cette campagne électorale à Saint-André, avec la cible de choix que représente le personnel communal, victime de la situation précaire dans laquelle on l’installe et on l’entretient. Une ville dans laquelle on ne prend même plus les gants.


Tout le monde  a pu voir la présence active d’employés communaux  dans l’organisation du meeting de Didier Robert le dimanche 22 novembre. Si le chapiteau a été monté par une entreprise,  d’autres opérations comme l’installation des chaises puis leur rangement après le meeting, l’organisation générale de la logistique  ont notoirement été le travail d’employés communaux. Ils ont certes le droit, ces personnes, d’apporter leur aide militante en dehors de leurs heures de service mais on ne peut  s’empêcher de s’interroger sur le fait que ce bénévolat  concerne précisément des employés communaux... Une photo de Jean-Paul Virapoullé photographié au milieu d’agents communaux sous le chapiteau pendant leur intervention a comme par hasard disparu quelques heures après sa publication sur sa page facebook. Quelqu’un s’était aperçu de la bourde…

 

On ne prend même plus les gants quand on convoque en pleine campagne électorale officielle l’ensemble des agents municipaux  pour leur parler de leur avenir, de revalorisation de leur situation et de plan de titularisation. Cela se fait par groupes d’employés, encore cette semaine à la veille des élections et au domicile du maire qui est en même temps sa permanence électorale. Cette affaire est grave. Grave pour la démocratie, car il s’agit d’une pression constituant une atteinte à la liberté de vote et au libre choix des personnes concernées.  Grave pour les libertés publiques par  un abus d’autorité sur des agents en situation précaire et vulnérables. Grave en raison de la façon dont on continue dans un département français à considérer des agents publics, traités comme des sous-agents, dont les droits les plus élémentaires sont niés en permanence et qu’on manipule  ouvertement au moment des élections.

 

On en est arrivé à un point où au-delà du personnel communal c’est la population elle-même qui se sent surveillée. Voilà en effet un maire qui a pris l’habitude de venir se rendre compte en personne de l’assistance aux réunions de ses adversaires politiques. Ce fut encore le cas ce vendredi 27 novembre à La Cressonnière où on a pu voir Jean-Paul Virapoullé en personne passer dans sa voiture personnelle à quelques mètres d’Huguette Bello qui parlait au micro, précédé quelque temps auparavant d’un membre de son cabinet dans une rue habituellement fréquenté que par les riverains…

 

On pourrait dire que ça ne vole pas haut à Saint-André si les faits que nous dénonçons ne présentaient un caractère plus grave au regard de la démocratie et du respect des droits des citoyens.

  

 

Président de l’Union Démocratique pour Saint-André

Candidat aux élections régionales


Joé Bédier



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Bayoune le 03/12/2015 06:16
Joe, dans un pays occupé, la démocratie est en deuil. La démocratie ne peut être évoquée à toutes les sauces pour justifier sa participation à la farce électorale du 6 12 organisée par l'occupant. Comme écrivait le LPLP/MAR dans un communiqué le 3 décembre, «Au bout de 70 ans de kolaborasiyon, les départementalistes, élus de la France à la Réunion ont joué leur rôle de makropolitin, comme l’ont fait en Algérie les harkis. Participer aux élections organisées par l’occupant, c’est composé implicitement avec le système colonial.
Pendant la 2ème guerre mondiale, les patriotes, résistants français ont lutté contre le régime nazi. Il ne leur serait jamais venu à l’idée pendant la période de l’occupation de la France, de composer avec l’occupant. Il est insupportable, que dans cette mascarade électorale du 6 décembre, comme en 1946 se répète l’histoire, où des pseudo progressistes ont prostitué notre pays. " La démocratie, reste un luxe pour un pays sous domination comme le notre. Konm kok dann park,l es petits roitelets, jouent leur rôle de kolabo pour que perdure une façade démcratique. Tout le monde va à la soupe, et toi aussi avec bien entendu. Zot lé konm poule dan le poulaiyé, zot i manze lo Q lin é lote avan zélèksiyon, aprè pou koke la popilasiyon, tou ziste si zot i dor pa dan lo minm lit douillet préparé du colonialisme. Et zot va kriyé Vive la France, aboule la monaye.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Juin 2019 - 12:12 Mensonges à la Chambre des Métiers