sak ifé nout jordu ék nout demin

Qui veut gagner 110 millions ?


Citoyen
Lundi 2 Septembre 2013

Il y a environ une semaine, Nassimah Dindar, présidente du Conseil général, était sur Télé Kréol pour parler de l’aide à domicile. J’ai été surpris, effaré même, des montants annoncés. Près de 110 millions d'euros par an versés chaque année aux prestataires: associations, entreprises mais aussi mairies via leurs CCAS! Le magot est considérable.


Pas étonnant que les ongles et les dents s’aiguisent pour essayer d’en retirer le maximum. Surtout que c’est plutôt mal réparti : deux opérateurs, si je me souviens bien des informations données, récupèrent les 2/3 environ de cette manne. Les plus petits, j’imagine, tirent la langue.

Et je n’ai pas de mal à croire que certains essaient de glaner ici et là quelques euros en trichant notamment sur les heures effectuées : il n’y a pas de petits profits dans ce monde. Comparé à ce milieu, l’univers de Dallas paraît bien moins « impitoyable ».

L’affichage public des chiffres d’affaires des uns et des autres – et encore ne parle-t-on que de la part payée par le Conseil général – a en tous les cas ravivé les jalousies et à nouveau délié les langues les plus corrosives : les réactions sur les radios et dans les courriers des lecteurs en témoignent. Comment pourrait-il en être autrement quand on parle de telles sommes ? C’est d’ailleurs une de ces réactions parue sous forme de courrier qui m’a fait sortir de la réserve que je comptais conserver.

Je pense en effet que tous les opérateurs (associations, mairies, entreprises) devraient conserver quelque décence et se faire tout petit.

Je suis moi-même bénéficiaire depuis peu d’une aide à domicile. Evidemment, le lendemain, j’en ai parlé avec cette jeune femme, qui fait bien son travail. « C’est pas normal ! Moi je suis payée au Smic, et eux ils sont remboursés au moins deux fois plus. En plus, ils m’ont dit qu’ils avaient pas l’argent pour me donner un cdi, et donc j'ai un contrat aidé, même pas de 35 h. Ce qui fait que je leur coûte encore moins cher que ça. Moi, j’ai du mal à boucler mes fins de mois, avec mes enfants et toutes les factures. Mais sûrement pas mes directeurs, qui doivent rouler sur l'or. Nassimah Dindar a bien fait de tout dire. Je suis écoeurée ! », m’a-t-elle confié.

Ca se comprend, non ? Alors, messieurs les opérateurs, svp, gardez le silence...

 

 


JCM



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 30 Novembre 2019 - 14:37 Saint-Paul : Y-a-t-il un pilote dans l'avion ?

Lundi 24 Juin 2019 - 12:12 Mensonges à la Chambre des Métiers