sak ifé nout jordu ék nout demin

Politique du pire et violence gratuite


Citoyen
Jeudi 31 Janvier 2013


Monsieur " chômage " ?

On ne le voit jamais.

Par contre, on voit les dégâts qu'il cause.

IL se manifeste dans nos communes respectives et sévit principalement dans les quartiers en grandes difficultés la plupart du temps.
 
De manière épisodique, il fait parler de lui avant de disparaître de la circulation pour quelques temps.

Mais à chaque rentrée politique, ou à la veille des élections, il se signale de nouveau.

Ce Mardi, c'est St-Louis qui en fait les frais.

Les méthodes n'ont pas varié : dérapages contrôlés- barrage de routes - poubelles en travers les trottoirs - slogans d'intimidation ) , pour répandre l'effroi dans la ville.

Le cycle est connu et se solde parfois par des petits arrangements ou quelques emplois aidés de circonstances...

Nous savons pourtant que la compétence de l'emploi ne relève pas des Maires, mais , nous fermons les yeux comme pour bien revenir !

N'est-il pas temps d'arrêter cette politique du pire et la violence gratuite devant nos portes ?

Ne gagnerons-nous pas à ne pas nous voiler la face ?

Les Maires ne sont pas compétents en matière d'emplois : tournons-nous vers le Préfet ( représentant de l'état ), qui a compétence en la matière ! ...

Notre mérite sera de garder les institutions  et les décideurs en éveil et de ne pas nous coucher devant l'imposture de certains qui prétendent rassembler quand tout dans leurs actes au quotidien, nous oppose les uns aux autres, oppose les réunionnais ( chômeurs et salariés - réunionnais et étrangers ) etc.

Combattre le chômage !

Combattre le chômage c'est aussi relancer les grands chantiers , les grands projets d'infrastructures.

Et parmi eux , le réseau ferroviaire et la construction axe routier à mi-hauteur par exemple !

Combattre le chômage, c'est instituer des facilités permanentes de crédits et de dépôts de manière à débloquer les moyens d'emprunts.

Combattre le chômage, c'est également, proposer des dispositions visant à rétablir la confiance entre les banques,d'une part, et entre les banques et les investisseurs et soutenir les entreprises.

Car, en venant ainsi en aide aux entreprises, en relançant l'investissement,en mettant en route les grands projets d'infrastructures, en maîtrisant les prix à la consommation, on peut créer une dynamique  de relance puissante pour faire face à la conjoncture difficile actuelle.

Halte à la politique du pire, Halte à la violence gratuite !

Samuel Mouen



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Hugues Bellotte le 31/01/2013 06:19
Ché ki chelui la ? il habite encore LaRéounion ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 30 Novembre 2019 - 14:37 Saint-Paul : Y-a-t-il un pilote dans l'avion ?

Lundi 24 Juin 2019 - 12:12 Mensonges à la Chambre des Métiers