sak ifé nout jordu ék nout demin

Nassimah Dindar : "La cohésion sociale est la valeur première de la micro-économie"


Édito
Lundi 28 Novembre 2011

Nassimah Dindar présentera cette semaine le cadre "d'un grand Centre" pour La Réunion. Après le SPL, la présidente du Conseil général continue la mise en place d'outils pour renforcer la cohésion sociale, et ce à travers la consolidation et le développement du tissu socio-économique. Mieux investir l'argent public dans la valorisation de l'humain…


Nassimah Dindar : "La cohésion sociale est la valeur première de la micro-économie"
Samedi dernier, un marché des producteurs, s'est tenu dans le bas de la Rivière de Saint-Denis. Une vingtaine d'agriculteurs ont proposé aux riverains et visiteurs : brèdes, légumes, fruits, roses, orchidées, fleurs, miel, tisanes… "Il s'agit d'impliquer la population dans les projets que nous développons et soutenons", a dit Nassimah Dindar.

"En ce qui concerne le bas de la Rivière, nous sommes intervenus pour la réhabilitation d'une boutique chinois, l'amélioration de l'outil d'un maraîcher et d'un producteur de miel. Nous sollicitons ainsi un grand nombre de partenaires, les associations de quartier et de personnes âgées. L'implication souhaitée a pour objectif premier de consolider et de renforcer le lien social".

"Les éléments indispensables à cette cohésion sociale souhaitée, est bien sûr l'insertion, l'activité économique et l'emploi". Cela fait bientôt huit mois que le Conseil général réfléchit à son objectif d'optimiser la valeur ajoutée de chacun de ses investissements. "Une assistant maternelle dans un quartier, c'est moins de soucis pour les mamans qui travaillent, c'est moins de stress pour chercher un crèche…"

"Un marché de producteurs avec des partenaires du quartier, c'est proposer un espace pour inciter à l'activité économique, créer de petites structures d'entreprise et susciter la synergie nécessaire à l'optimisation, au développement et à la valorisation d'une part de la cohésion sociale, et d'autre part du tissu économique. Car, la cohésion sociale est aujourd'hui, la valeur première de la micro-économie".

"Il s'agit d'avoir une autre approche du projet de ville, et ce à travers la construction du projet de vie", a dit Nassimah Dindar, présidente du Conseil général.




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit