sak ifé nout jordu ék nout demin

La Réunion dans l'Europe : Yanis Payet (Union démocrate) écrit à Didier Robert


Invité(e)
Jeudi 5 Juillet 2012

Vous allez prendre la présidence des RUP en septembre. Vous voulez de la croissance et de l'emploi? Bien! Alors vous avez l'opportunité à Bruxelles de demander à l'Europe le statut de Zone Européenne de Développement Régional (ZEDR) pour la Réunion.


La Réunion dans l'Europe : Yanis Payet (Union démocrate) écrit à Didier Robert
Ce régime juridique et fiscal (article 92 du Traité de Rome) est une faveur accordée par l'Europe aux territoires ultramarins souffrant d'handicaps structurels ( éloignement, petitesse de marchés, coûts d'intrants élevés).

Sur le modèle de Madère, cet outil de développement régional permettrait  :

- d'attirer plus 500 investisseurs étrangers sur notre île et de générer plus de 5000 emplois Durable dans l'export sur 5 ans pour nos résidents. Les activités concernées : agriculture, aquaculture, pêche, NTIC, production, tourisme, artisanat, bio-technologies, ingénierie, banques, assurances... ;

- d'augmenter indirectement le carnet de commandes des entreprises locales : BTP, formation, sécurité, fournitures de bureau, espaces verts, téléphonie...(plus de 1500 emplois générés) ;

- de lutter contre les monopoles.

Nous avons une batterie d'incitants :

- la Réunion est un label européen ;

- la Réunion est dotée de pôles universitaires axés sur la recherche et le développement ;

- la Réunion a de la main d'oeuvre qualifiée sur les emplois à forte valeur ajoutée (+ 8000 jeunes BAC+ au chômage) ;

- la Réunion a un tissu économique dynamique pour répondre aux besoins de sous-traitance de ces sociétés ;

- l'Europe accorde des incitants fiscaux et sociaux aux sociétés réellement nouvelles en fonction du nombre de CDI locaux souscrits ;

- la liberté de change (n'importe qu'elle devise serait admise dans la zone) ;

- des contrôles douaniers flexibles ;

- le respect des conventions internationales la ZEDR n'est pas un paradis fiscal car elle respecte les lois européennes et est limitée dans le temps. Le dispositif pourrait être reconduit au bout de 5 ans en fonction de ses résultats.

La Réunion a de grands défis à relever demain : la croissance de nos exportations (notre balance commerciale est déficitaire et la tendance est chronique avec 4,5 milliards € d'importations et  282 millions € d'exportations) sur les grands espaces commerciaux mondiaux (les pays émergents ou BRICS) ; la protection de la production locale, le pouvoir d'achat, le rehaussement de notre modèle social.

L'heure est venue de rompre avec notre modèle féodal facteur de NON développement durable. A défaut, nous allons droit vers le chaos économique et social.

Commentaires



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger