sak ifé nout jordu ék nout demin

Thierry BERTIL


Culture - Kiltir
Samedi 4 Septembre 2021

BIOGRAPHIE


 

Thierry Bertil est né le 27 mai 1960 à Paris

Après une scolarité à l’école militaire du Tampon puis à l’Ecole Normale il connaît une carrière d’enseignant.
 

De 1989 à 2016, il choisit un parcours artistique  : comédien à Source Vive, Vollard, Théâtre d’Azur., Veli..Directeur du service culturel à la mairie de Saint -Leu, à La Plaine des Palmistes. Il a été également consultant culturel à l’ODC, et directeur de la salle Vladimir Canter au Campus universitaire.

 

Il a fait partie du Conseil de la Culture de l’Éducation et de l’Environnement (CCEE).

 

Passionné de théâtre, il crée sa propre compagnie Percale. Il écrit et met en scène plusieurs spectacles.

-La Soucoupe -

-le cap des milles tempêtes, Vasco de Gama -

-Roland Garros -

-Adaption de différentes œuvres classiques :

-L'étranger en 1996

-le vieil homme et la mer en 1998

-des souris et des hommes en 1999.

-Le Petit prince en 2002

 

 

Il reçoit un prix de l’UDIR pour sa pièce Évade toi toi même

Il anime également des ateliers de théâtre dans le milieu scolaire, auprès des élèves , des enseignants, des animateurs, et pour la coopération française.

 

Auprès des jeunes du collège de la Plaine des Cafres et met en scène :

« La république des femmes », 1999

Jouée au festival international de Sardent Creuse

 

« L’assemblée des fous », 1999

Écriture, mise en scène

Jouée par le collège du 23ème Km à la Plaine des Cafres

Premier prix du festival international de la Rochelle

 

La place de son œuvre dans la littérature

 

Son écriture poétique :

Il écrit de nombreuses « bluettes » qu’il considère comme des gammes poétiques, facilement accessibles .

Translucides, son premier recueil publié s’apparente pour lui à du jazz parolier.

« Transports d’allégresse, incendies de scories injuriant l’Etreté pour la libération du verbe enfoui. »(Préface de Fred LAPRA)

 

Petite anthologie de l’insignifiance, Translucides, interroge le quotidien.

 

« Tu souffres

D’un lendemain

Où l’habitude sombre

Pourquoi

Tristesse misérable

Quand le corps s’offrande

De tant de délivrances

Apaisantes libertines

Pour qui

Ne désire rien

Ensablées.. »

(Extrait de Crépuscule des sables)

 

 

 

 

 

Parenthèse poétique

 


Sourire Veli

 

Le vrai s’appareille

Désormais

De somnolences baroques

Quand la nuit s’adonise

D’arabesques pastorales

Pour abolir tes craintes

 

Des

Pharisiens aubains

Ces

Bateleurs hautains

Prélats

De confettis iliens

 

Calligraphique sourire

Que tes songes

Dessinent

Au nocturne VELI

Annonciateur serein

D’une fulgurance nidifiée

Loveuse

D’infinies espérances

 

Combien meurt-on d’exécutoires éclatés

De ravines révélées au détour

De peaux burinées qui veulent se dire

Autres

Que

Vindicatives

Impulsives

 

Et

Plaintives

 

Maintenant

Sûres

Épures

Apertures de mots retrouvé

Grammaire de toi

De tous les tiens

 

Divulgation des possibles

Emaillure rhétorique

Mais

 

Petite mort

 

Séminale

 

Tes rêves , nautoniers, mémoriaux

Cinérites enfin démutisées

Papillonnant de Tomi en bidonvilles

 

Sirotant

 

L’arrack des vieilles boutiques-chinois

 

Croquant

Bonbons-cravates et colodents

 

Randonnant dans les genêts et galaberts

 

Cimentent la mémoire

 

Pour magnifier l’imaginaire

 

De

Toi

De

Tous

 

Les tiens

 

Prosodie harmonique

Gésine visionnaire

Peuplant les horizons

De coryphées insoupçonnés

 

Le vrai

Se drape

D’apaisements sensibles

Quand la nuit s’aphrodite

De l’étoile du berger

Pour annoncer le langouti

 

Du fait-clair

 

Gardiens

D’un très ancien secret

Nous ouvrirons le Temple dialectique

Sans service

Ni ablutions

Sans encensoir

Ni garantie

Seulement pour le causé gadiamb

Ephélides étoiles parolières

Naissant de ton sourire VELI…

 

(Extrait de Translucides)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Eric Boyer



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 28 Novembre 2021 - 12:28 Armageddon

Dimanche 28 Novembre 2021 - 09:53 Nicolle