sak ifé nout jordu ék nout demin

Sénatoriales, entre le sens du vent et le sens des affaires...


Édito
Mercredi 18 Mai 2011

Une première certitude : aucun parti n'est garant aujourd'hui de la totalité de ses voix. Que ce soit à Droite ou à Gauche, tous les grands électeurs ne seront pas disciplinés. Entre règlements de comptes, affinités relationnelles et votes délibérés, il y aura sans doute une ou deux surprises lors du dépouillement.


Sénatoriales, entre le sens du vent et le sens des affaires...
A ce moment précis de la rédaction de cet article, il est aisé d'écrire que le PCR, le PS et la Droite ont mathématiquement un siège au palais de Luxembourg. Il reste donc le quatrième qui sera attribué au plus fort reste. Si l'on tient compte des 80 à 85 voix des "Modéré", ce dernier fauteuil devrait leur échoir à un ou une de ses représentant(e)s. Ce serait logique et surtout mathématique.

C'était aussi le calcul de Paul Vergès. Mais, le stratège communiste espérait aller plus loin et faire une liste commune PCR - PS - "Modéré", c'est-à-dire s'appuyer sur la majorité du Conseil général. Il "offrait" ainsi trois sièges au PS national qui rêve de faire basculer la majorité à Gauche au Sénat. Ce qui serait une première sous la Ve République.

Seulement ce "triplé" de Vergès aurait une fois encore réduit le PS au rôle de faire-valoir. Cette fois-ci, Gilbert Annette et les siens ont senti le coup venir. Le PS local fera sa liste. Et les "Modéré" négocient pour espérer au moins conserver le siège d'Anne-Marie Payet, candidate sortante.

Il y a pour l'heure autant d'hypothèses que de tentatives de discussions fructueuses. Déjà au sein même du PCR, les enchères ont également commencé. Qui en deuxième position derrière Gélita Hoarau, sénatrice sortante ? Qui a envie de jouer le faire-valoir ? A moins que cela ouvre sur une candidature prometteuse pour les Législatives.

C'est le nœud gordien que devra dénouer au PS, Gilbert Annette. Qui choisir entre Michel Vergoz, conseiller régional, et Jean-Claude Fruteau, député-maire de Saint-Benoît. Qui d'autres que Jean-Claude Fruteau peut gagner une députation sur cette circonscription de l'Est modifiée ?

Les socialistes du Sud eux, ont d'autres soucis. Jean-Jacques Vlody avec déjà deux mandats (conseiller régional et conseiller régional), doit réfréner ses prétentions, d'une part. Et d'autre part, il a obligation de prendre part aux Législatives de 2012, et ce pour éviter de laisser le champ libre à ses adversaires, surtout à son "ami d'il y a quelques jours et également membre de la majorité départementale, André Thien-Ah-Koon".

Au Centre, celui des "Modéré", la situation est simple, il y a un urgent besoin du soutien du PS et du PCR, sinon ça ne sert à rien d'y aller. Michel Dennemont l'a déjà dit sur ce site. Pour l'heure, rien n'a filtré des rencontres et des discussions. C'est normal personne ne s'est prononcée de manière définitive, les candidatures tardent à se déclarer.

Pour certains grands électeurs, vrais hommes politiques, il y a au moins une alternative : "Qu'est-ce que ça me rapporte" ? A Droite, ce ne sera pas cette question qui reviendra le plus souvent. L'interrogation sera la même que celle posée sur le radeau de la Méduse : "Qui je vais bouffer tout cru ?"

L'objectif ne change pas : réduire au maximum l'influence de l'autre, et ce dans la perspective des Législatives de 2012. Il y a au moins une chose qui a changé, les élus de Droite n'attendent plus le feu vert de Didier Robert pour agir, avantage ou dommage collatéral des Cantonales de mars.

Sauf pour Jean-Louis Lagourgue et Jean-Paul Virapoullé. Le premier a moins d'affinités au PCR, le second, sénateur sortant, a retrouvé quelques amis à Droite. Ces derniers avaient perdu le téléphone de JPV, au lendemain de sa défaite aux municipales de 2008. Ils ont retrouvé ses coordonnés après la défaite de La Réunion en confiance aux cantonales de mars. A force de chercher, on finit par trouver.

En politique, tout est possible. Et parfois aussi, la chance tourne. Un peu comme les girouettes. Mais là, ça ne dépend pas du sens du vent. Juste du sens des affaires…

Jismy Ramoudou



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par babouk le 19/05/2011 09:19
Qu'est ce que viens faire la photo de M. Vergoz dans cette article. Serait-ce votre favori?

2.Posté par nous veut plus ! le 23/05/2011 14:53
il est certain qu'il ne faut pas que l'UMP se positionne avec le caméléon LAGOURGUE , qui passe souvent d'un bord à l'autre ... Sa chute sera douloureuse !!!! ... lui qui ne pense qu'à ca en se rasant ...;

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit