sak ifé nout jordu ék nout demin

Rétro janvier 2012 : de la "solidarité communiste" de Paul Vergès aux absences de la Droite


Édito
Jeudi 3 Janvier 2013

Le PCR et une partie de la Droite ont un destin commun. L'obstination de l'un nourrit les tergiversations et les hésitations de l'autre. Et, réciproquement. La Municipale partielle de Sainte-Suzanne a confirmé que cela relève parfois d'une stratégie commune. C'est sans doute ce que Paul Vergès a appelé dans un de ses discours de campagne : la "solidarité communiste". C'est toujours dans l'air du temps.


Rétro janvier 2012 : de la "solidarité communiste" de Paul Vergès aux absences de la Droite
Si en d'autres endroits de La Réunion, la Droite a parfois volé au secours du PCR, à Sainte-Suzanne, une grande partie de la Droite est étroitement liée à Maurice Gironcel. C'est désormais une tradition. En ce mois de janvier 2012, Eddy Adekalom (La Réunion en confiance) et Antonio Grondin (Nouveau centre) veulent s'appuyer sur une stratégie de leur couleur politique pour tenter la mise en place d'une liste d'union. "Il n'y a eu qu'une seule réunion avec Jean-Louis Lagourgue", chargé de coordonner la Municipale partielle.

"Le deuxième rendez-vous a été annulé. Après, nous n'avons plus eu aucune nouvelle des leaders de la Droite". Que ce soit Eddy Adekalom ou Antonio Grondin, il est difficile pour eux de dissimuler leur désappointement et leur colère. "La Droite vote Maurice Gironcel à Sainte-Suzanne, cela arrange Jean-Louis Lagourgue et Jean-Paul Virapoullé quand il était encore maire". Lors de la campagne de ce mois de janvier 2012, si le PCR a mobilisé tous ses ténors, la Droite elle, est absente du terrain.

La division maintient ainsi le statu quo. Et au premier tour, la Droite passe de plus de 30 % à 14 %. Une fois de plus, la Droite a été solidaire avec Maurice Gironcel. C'est sans doute ce que Paul Vergès appelle la "solidarité communiste". Et à Sainte-Suzanne, ça marche. "Ceux qui ont trahi, ont oublié ce que c'est la solidarité communiste". Ce n'est pas la solidarité communiste qui a placé Maurice Gironcel à 43,50 % au premier tour. C'est avant tout sa notoriété, son implantation et son savoir-faire en politique.

Maurice Gironcel est une bête politique. terriblement efficace. Alors que les observateurs annonçaient son déclin, il est ressorti fatigué et revigoré de ce premier tour de la Municipale partielle. C'est vrai, lui croyait être élu au soir de ce premier tour. C'est dire si l'ex-premier président du Conseil général a des atouts dans ses manches...




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit