sak ifé nout jordu ék nout demin

Paul Vergès au Sénat, La Réunion a-t-elle raté un rendez-vous historique ?


Édito
Samedi 1 Octobre 2011

Une certitude. La Réunion n'a pas pris la mesure de la dimension de l'événement historique : la présidence de séance et du Sénat lors de la première assemblée de la nouvelle mandature. Jamais sans doute, notre île n'a été, de manière si grande, le point de départ d'une vision pour le monde. Jamais sans doute, elle n'a pris autant de place. Sa juste place. La Réunion, "d'une île au monde".


Paul Vergès au Sénat, La Réunion a-t-elle raté un rendez-vous historique ?
Paul Vergès n'a pas changé son discours. On s'y attendait. La presse et ses proches connaissent sa position, les thèmes récurrents, sa grande connaissance du passé, son analyse du présent et ses perspectives souvent pessimistes pour l'avenir. Les journalistes, grâce à cet homme politique, en savent long sur le réchauffement climatique, la fonte des glaces ou le changement climatique.

Hier, Paul Vergès a répété ces "refrains" dans l'hémicycle du Sénat, pour des enjeux nationaux, européens et internationaux. Son intervention était simple, claire et précise. Et efficace. Cette fois-ci, le parlementaire y ajouté de l'émotion, de l'intensité et de la justesse. Le président du Sénat, l'espace de l'élection du nouveau président, a frappé juste.

L'ovation de sénateurs, debout, applaudissant Paul Vergès, se passe de tout commentaire. L'hommage de ses pairs après son discours, s'est répété. Paul Vergès a porté haut La Réunion et l'Outre-mer. Très haut. Mais, l'Outre-mer en général, et La Réunion en particulier, ont-ils pris conscience de la dimension de ce rendez-vous historique ?

Hier, Paul Vergès est entré dans l'histoire de la Ve République. Combien de Réunionnais ont vécu ces instants en tant que tel. Combien ont pris toute la mesure de cet événement ? C'est dommage de manquer d'orgueil et de fierté lorsque La Réunion s'avance dans le monde.

C'est dommage de laisser des considérations politiques gâcher cet événement qui permet à La Réunion de se sentir unie. Un peuple. C'est dommage que nous ne parvenons pas à nous libérer de toutes nos chaînes du passé et du présent. C'est dommage qu'en ce deuxième anniversaire de l'inscription du maloya au patrimoine mondial de l'Unesco (œuvre de la MCUR), que Paul Vergès soit seul à parler d'esclavage au palais du Luxembourg. Du passé, du présent et de l'avenir.

C'est vrai, c'est dommage. Vraiment dommage...




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par andré le 02/10/2011 07:54
Pas faux ce que vous dites là M. Ramoudou. Pas faux mais totalement inconscient. Félicitation de P. vergès + valorisation des actions de la mcur...!!! Vous risquez de perdre vos annonces publicitaires pour les 2000 bus ou pour le stella rénové à 50 millions....

2.Posté par Personne le 02/10/2011 10:49
« …Mais, l'Outre-mer en général, et La Réunion en particulier, ont-ils pris conscience de la dimension de ce rendez-vous historique ?
Hier, Paul Vergès est entré dans l'histoire de la Ve République. Combien de Réunionnais ont vécu ces instants en tant que tel. Combien ont pris toute la mesure de cet événement ? C'est dommage de manquer d'orgueil et de fierté lorsque La Réunion s'avance dans le monde. »
Que c’est bien dit… et pourtant il s’en est fallu de peu…
Oui, ce rendez-vous est historique !
Oui, Paul Vergès grâce à la Réunion Française est entré dans l'histoire de la Ve République !
Oui, nous sommes fiers lorsque La Réunion s'avance dans le monde, dans la France et dans l’Europe !
Et l’Histoire ?
Oui, l’Histoire doit s’approprier cet évènement et considérer cet instant comme le point de départ pour graver dans ses pages la réalité politique de la Réunion.
Il s’en est fallut de peu pour que nous ne connaissions jamais un tel moment de « reconnaissance de notre juste place » au sein de la République Française…
Il a été clair et précis nous dit-on, alors soyons clairvoyants et restons vigilants pour que toute posture ne devienne pratique de référence en ce bas monde politique réunionnais…
La faim ou la soif ne doivent pas toujours justifier les moyens…

3.Posté par Charlie le 02/10/2011 14:20
Ca veux dire quoi au juste que M. Ramoudou risque de perdre ses annonces publicitaires, alors qu'il ne fait que livrer son analyse sur l'actualité nationale en lien avec notre actualité locale ? Est-ce une menace, une intimidation, un avertissement ? Quoiqu'il en soit, même si cela gène certains, ne sommes-nous pas encore en démocratie ?
Oui, c'est vrai que M. Vergès a occupé une fonction honorifique un bref instant, inscrivant son nom et celui de La Réunion dans l'histoire de la République. Localement, Paul Vergès n'est plus en position de force, mais il restera dans les livres d'histoire comme un visionnaire, ayant perçu avant les autres quel chemin suivre pour aider au développement de l'île. Cela ne veut pas dire qu'il ne s'est jamais trompé. La preuve, sa défaite, en 2010, face à Didier Robert n'est due qu'à un excès de confiance en soi. Mais peu de responsables politiques à La Réunion peuvent se targuer d'une telle longévité et surtout d'un tel parcours politique. Paul Vergès n'est pas Dieu, il est simplement mortel, comme nous tous, mais reconnaissons lui le talent d'avoir contribué au développement de notre île.
Pour revenir au commentaire d'André, c'est vrai que les critiques de M. Ramoudou semblent de plus en plus engagées. Mais sa liberté d'expression ne doit pas nous priver de notre liberté critique.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit