sak ifé nout jordu ék nout demin

Municipales partielles : des cabris, des coqs, du désenvoûtement… un "sorcier" appelé à la rescousse


Édito
Vendredi 3 Février 2012

"Tous les yeux sont braqués sur Sainte-Suzanne à l'occasion de Ce scrutin. Sainte-Suzanne sera un exemple…" C'était le 20 janvier à Bel-Air. Paul Vergès ne savait sans doute pas à quel point, il aurait raison. Il y a eu les lapins congelés périmés et les cuisses de poulet, depuis dimanche, il y a des cabris et des coqs. Et un "sorcier"…


Municipales partielles : des cabris, des coqs, du désenvoûtement… un "sorcier" appelé à la rescousse
Les "voix" des électeurs de Sainte-Suzanne, sont-elles imperméables, au point qu'un(e) candidat(e) ait recours à un "prêtre/sorcier" pour gagner ces Municipales partielles ? La cérémonie "pour chasser les mauvais esprits" et attirer les bonnes grâce des habitants de Sainte-Suzanne, a eu lieu le jour même du premier tour.

Quelques initiés ont assisté aux incantations. Un "travail" a été fait pour "purifier" la tête de liste qui s'est retrouvée avec son ou ses dessous. Ses vêtements ont été jetés à la mer, comme pour le débarrasser des ondes négatives qui l'empêchent de gagner, et ce dès le premier tour. En conclusion de la cérémonie, l'individu a offert plusieurs cabris et plusieurs coqs à ses protecteurs divins, et ce dans l'optique de s'attirer leurs bonnes graces. Pauvres bêtes ! (cabris et coqs).

Et voilà, une fois encore des animaux sont victimes de l'appétit féroce des personnalités politiques. Et une fois de plus, les traditions et les croyances ont montré les limites de certains de nos politiques. Ainsi, ce n'est donc pas les électeurs, le bourrage des urnes et la fraude qui scellent le sort d'une élection, mais des rites mi-religieux, mi-sorcellerie.

C'est vrai, faire appel à ces pratiques pour gagner un scrutin, est une tradition à La Réunion. Nombreux sont ceux qui ont un prêtre pas très "catholique", "malabar", malgache, comorien, africain ou un sorcier plutôt charlatan, aux prestations très onéreuses. Et des histoires de ce genre, il y en a quelques unes à La Réunion.

L'année dernière lors des Sénatoriales, une figure médiatique de la place, a sacrifié plusieurs cabris pour son candidat. Plus loin de nous, en 1971 lors des Municipales du Port, le maire sortant de Droite qui avait fait appel à un "prêtre" de sa commune, pour battre Paul Vergès...




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par MCB le 03/02/2012 12:55
Si après ça, ils ne remportent pas le Master Chef, c'est que le jury lé vraiment pas à la hauteur! La cuisine c'est tout de même pas sorcier!

2.Posté par Ariste le 03/02/2012 19:20
le prête malabar de (...) n'est pas un méchant comme vous dîtes, il est obligé de faire cela car les personnes de sa liste ne sont pas protégés par la puissance divine!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit