sak ifé nout jordu ék nout demin

Monique Orphé (PS) : "Je suis la candidate de l'union de la Gauche"


Édito
Jeudi 14 Juin 2012

Il y avait du monde dans la cité François Mitterrand pour voir trois drôles de dames. Gérald Maillot avait le rôle de Bosley. Charlie, bien sûr, n'était pas visible (et là, je ne fais nullement allusion à l'absence de Maurice Gironcel hier soir). Michèle Caniguy a fait preuve de sobriété. Huguette Bello a fait le show. Et a aussi donné un cours d'histoire. Monique Orphé, elle, a conclu sur un maloya endiablé. C'était show.


Monique Orphé (PS) : "Je suis la candidate de l'union de la Gauche"
Qui savait en quelle année l'isoloir a été mis en service ? Cette information, les habitants de la cité François Mitterrand l'ont désormais. Petit cours d'histoire. L'Australie a été le premier pays à utiliser l'isoloir. C'était en 1857. La Grande-Bretagne en 1872, la Belgique en 1877 et l'Allemagne en 1903. Ce n'est qu'en 1913 en France, qu'une loi impose l'utilisation de l'isoloir et de l'enveloppe dans laquelle il faut mettre le bulletin. "Cela fait seulement 100 ans que le vote est secret". La maîtresse d'école, c'était bien sûr Huguette Bello.

La députée du mouvement "Pour La Réunion", un orateur hors pair, a cité pêle-mêle : le pape Jean-Paul II, Nelson Mandela, Louise Michel… La foule présente, environ deux cents personnes, était conquise. Tantôt la main droite dans la poche, tantôt le poing levé, souvent au bord de la tribune pour être plus près de ses "fans", Huguette Bello n'oubliait pas de pivoter vers l'Est et vers l'Ouest pour ainsi parler à tout le monde. Les applaudissements étaient nourris. Au premier rang, un homme entrait en "transe" à chaque ovation. "On dirait que li l'avait l'esprit".

Monique Orphé n'a pas réalisé la même prestation. Toutefois, son déhanché sur le maloya endiablé "té donne pou ale". Gérald Maillot, son directeur de campagne, a bien tenté "rent dan rond", mais il a vite renoncé. La première adjointe de la mairie de Saint-Denis, elle, a relevé le défi de la dizaine de partisans, très en rythme hier soir. Il ne lui manquait qu'un "dalon". Et si Maurice Gironcel avait été là ? "N'aurait plus l'ambiance".

"Maurice Gironcel nous rejoindra, j'en ai la certitude. Elie Hoarau l'a déjà fait. Je comprends que le maire de Sainte-Suzanne ait besoin de temps avant de se prononcer en ma faveur. Comment peut-il en être autrement, je suis la candidate de l'union de la Gauche et de la majorité présidentielle. Et, la ville de Sainte-Suzanne dont est maire Maurice Gironcel, a voté à 75 % pour François Hollande, lors du second tour de la Présidentielle", a conclu Monique Orphé, candidate socialiste.




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par TEGO le 14/06/2012 06:47
Monique Orphé lé déza dan zétoile 4 heures . Son programme passe HOLLANDE la di HOLLANDE lo PS i vote pou Monique Orphé ek sa nou sa va grand Bazar Sin Dni !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit