sak ifé nout jordu ék nout demin

Michel Lagourgue/Nassimah Dindar : l'UDC et le Modem entre l'embarras du choix et le choix de l'embarras


Invité(e)
Mercredi 7 Mars 2012

Michel Lagourgue est l'un des pères fondateurs du Modem à La Réunion. Nassimah Dindar est depuis peu l'un de ses "pairs". L'impair, c'est que tous les deux sont candidat(e) dans la première circonscription pour les Législatives. Mais si le Modem est fier d'avoir une paire dans son jeu, lequel ou laquelle sera son atout ?


Michel Lagourgue/Nassimah Dindar : l'UDC et le Modem entre l'embarras du choix et le choix de l'embarras
L'Union des centres (Modem et Droite sociale) n'ont pas encore désigné son représentant sur la sixième circonscription pour les Législatives. Daniel Alamélou, "banni" du PCR, et "très demandé" depuis, est le mieux placé à ce jour. Sur la cinquième, Patrick Erudel, conseiller général de la Plaine des Palmistes, affrontera les "ténors" de l'Est. Thierry Robert a déjà annoncé sa candidature sur la septième.

André Thien-Ah-Koon, avec la bénédiction du PCR/l'Alliance, sera l'un des favoris dans la troisième. C'est sur la première que le Modem et l'Union des centres auront un choix à faire. Michel Lagourgue, conseiller régional, consolide peu à peu son équipe. Il a établi son réseau. L'accueil sur le terrain est encourageant. L'ex-président du Modem maintient sa ligne de conduite : s'inscrire dans la durée à Saint-Denis.

Nassimah Dindar, déjà présidente du Conseil général, entre officiellement dans la course des Législatives, ce soir à la salle Candin. Ce sera "sa" journée de la Femme. L'élue de La Source a affiché dès 2011, ses prétentions pour la députation, et ce malgré la désapprobation silencieuse des socialistes de Saint-Denis. La conseillère générale n'a pas eu peur de mettre en péril sa majorité composite.

Et même si la présidente du Département n'a plus le soutien des communistes, ni au premier, ni au second tour, elle suit sa stratégie bien particulière, mais terriblement efficace. Elle est devenue intouchable depuis 2008. Quand la Droite lui fait des misères, la Gauche vole à son secours. Et il y a quelques jours, c'était l'inverse.

Sa participation aux Législatives dans la première circonscription trouble le jeu, surtout au sein du Modem. Thierry Robert, le président du parti local de François Bayrou, a des insomnies depuis des mois. Car, il va devoir choisir entre son prédécesseur à la tête du Modem, et la présidente du Conseil général. Là, ce n'est pas l'embarras du choix, c'est plus le choix de l'embarras.

Car, quelle que soit sa décision, le maire de Saint-Leu va faire un impair...




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par TEGO le 07/03/2012 01:25
" le maire de Saint-Leu va faire un impair... " rapporté par M. Jismy Ramoudou , à mon avis ce sera l'implosion du mélange curieux Modem et Droite sociale où ses membres n'ont rien avoir , ils sont tous opposés pour un plat de lentilles c'est à dire une fonction élective accompagnée de belles indemnités , voyages . Si Nassimah est fortement intéressée par la députation , madame est fatiguée de la présidence du Conseil Général socialement parlant , être député pas de gros souci .
" La désapprobation silencieuse des socialistes de Saint-Denis " c'est un véritable leurre , les socialistes ne cracheront pas dans la très bonne soupe du Conseil Général , sans cette " institution lucrative " ils mettront quoi dans la soubic !

2.Posté par Coco-girl le 07/03/2012 04:49 (depuis mobile)
Et ce sont toujours les mêmes qui trustent tous les postes. Leur ambition est démesurée ! On cumule, accumule... On change de parti comme de chemise... Allez je retourne au lit !...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger