sak ifé nout jordu ék nout demin

Logement : Samuel Mouen appelle au rassemblement


Invité(e)
Dimanche 10 Avril 2011

la Fondation déplore que la question du logement d’une manière générale, notamment dans les cas particulièrement préoccupants dans le quartier de l’Eperon à Saint Paul, ne
résonnent au plus profond des consciences de l’ensemble des antagonistes, et, surtout, de la part de l’Etat, de la mairie de Saint Paul, de la CAF, et de la SEDRE.


Logement : Samuel Mouen appelle au rassemblement
Dans un premier temps, la Fondation a cru au sens des responsabilités de ces derniers… Malheureusement, sa Bonne Foi a été trompée ; raison pour laquelle elle les renvoie aujourd’hui, et de manière coupable, à la cohésion sociale, au respect des intérêts et des droits des familles, et, tout particulièrement à la protection de la petite enfance pour l’essentiel…
 
Et, ici l’essentiel  c’est bien le droit au logement pour ces familles exposées et méprisées honteusement dénonce la Fondation. L’essentiel ajoute la Fondation, ce sont également, des enfants, les familles, et les conditions d’attribution des logements sociaux particulièrement discutables dans les cas évoqués.

Dans un second temps, la Fondation déplore que chaque famille ne soit pas respectée dans ces différences. La Fondation attire l’attention des décideurs sur les risques que pourrait susciter l’impact des décisions prises, notamment au regard des réactions pouvant venir des familles dont ces dits logements auraient été attribués ? (Attention de ne pas opposer les demandeurs de logements les uns aux autres)…

Comment les décideurs en cause sauront-ils à présent, répondre aux demandes et à la détresse de ces familles ?

La Fondation lance un appel à un sursaut de consciences et de responsabilités aux acteurs concernés. Elle leur demande de faire preuve d’humanité et d’une certaine fidélité au respect du droit au Logement d’une part, et, d’autre part, au respect des principes et des valeurs de la République qui sont violés ici, dans les cas qui nous préoccupent et pour lesquelles la Fondation appelle tous les Réunionnais à la Vigilance et pas seulement les Saint Paulois.  

Aujourd’hui, La Fondation s’interroge sur la volonté de Mme Bello à continuer d’avancer résolument de manière à consolider les Droits des Femmes en particulier.  Idem sur les valeurs de la famille, de la Solidarité, et sur la petite enfance… Ces valeurs que Mme Bello a portées haut, très haut, avant son élection à la mairie de Saint-Paul.

Pour la Fondation, ces femmes et ces mères de familles sont depuis très longtemps privée de leurs droits (5-7-8-10 voire 11 ans d’attente de Logement), avant de devenir aujourd’hui des occupants sans titres. Pendant ce temps que faisaient : la Préfecture ? La Mairie de Saint Paul ? La CAF ? La SEDRE ?

De toute évidence, les Droits de ces familles ont été ignorés; ces familles n’ont pas été protégées et encore moins les enfants comme l’impose la Constitution : Pourquoi ? Se demande la Fondation pour qui les principes et les valeurs de la République sont bafoués, et, raison de sa vive réaction, et surtout de son soutien aux familles en cause.

Et la Fondation de poursuivre : Mme BELLO, La Mère de tous les Pauvres et des opprimés sur toute l’ile, déçoit les femmes, les parents isolés et les familles abandonnées dans le quartier de l’Eperon…
Et pourtant, souligne la Fondation, sans la plupart de ces femmes et de ces familles Mme BELLO n’aurait pas était élue député(e), et encore moins, Maire de Saint Paul.
 
La Fondation n’a cependant pas oublié que Mme Bello avait toujours été exemplaire aux cotés des plus faibles avant l’épisode qui nous interpelle  aujourd’hui précise la Fondation.

Les demandeurs de logement dans le quartier de l’Eperon et leurs familles rejoindront la Fondation ce lundi 11 Avril à 10H00 sur le Front de Mer de Saint Paul pour demander une table ronde avec l’ensemble des protagonistes de manière à sortir de l’impasse avant qu’il ne soit trop tard.

Cette malheureuse et douloureuse épreuve montre avec acuité, toute l’importance et la nécessité du Plan Marshall que réclame la Fondation en matière d’emploi et de Logement.

Samuel Mouen, délégué Général

Destinataires du courrier :
M. le Préfet de La Réunion
Mme la Présidente du Conseil Général
Mme La Député Maire de Saint Paul
M. Le Directeur de la CAF
M. Le Directeur de la SEDRE




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger