sak ifé nout jordu ék nout demin

"Les voleurs de la République" de Dupont-Aignan


Citoyen
Vendredi 1 Novembre 2013


En novembre 2012, Nicolas Dupont-Aignan se voit proposer par Élisabeth Guigou, présidente de la Commission des Affaires étrangères, la rédaction d’un rapport parlementaire sur les paradis fiscaux. Il l’accepte tout comme son collègue Alain Bocquet. Ils seront deux députés, un gaulliste et un communiste, à plonger dans l'enfer des paradis fiscaux.

 De l'enquête au livre

10 mois de travail
des dizaines d'auditions de juges, fonctionnaires du Fisc, avocats, douaniers, banquiers, repentis, lanceurs d'alerte
des auditions de terrain à Londres, Genève et Bruxelles
En 10 mois Nicolas Dupont-Aignan et Alain Bocquet vont identifier les différentes sources de la fraude fiscale, son étendue, sa banalité, son emprise sur tous les lieux de pouvoir politique comme économique. Plus de 10 ans après le rapport de MM. Peillon et Montebourg, les paradis fiscaux pour quelques privilégiés sont devenus pour l’écrasante majorité des Français des parasites fiscaux.

Dans son livre « Les voleurs de la République » Nicolas Dupont-Aignan nous fait rentrer dans le secret des auditions à huis-clos. Il nous plonge au cœur des affaires HSBC, UBS, Wildenstein, Falciani... Au fil des pages le lecteur va découvrir l’ambigüité des gouvernements, leur duplicité pour ne pas dire leur complicité. Il va mesurer le retard et le dénuement de l’administration fiscale française par rapport aux Etats-Unis, à l’Allemagne ou même la Belgique. En définitive l’arbre Cahuzac cache une forêt dont aucun Français ne soupçonne l’étendue.

Le scandale de l’escroquerie à la TVA

Chaque année l’Etat fait un chèque de 10 milliards d’euros à des escrocs. Par quel miracle ? Parce que l’Etat leur reverse une TVA indûment perçue. Ce scandale que les Français ignorent, Nicolas Dupont-Aignan en décortique le fonctionnement. Cette fois il ne s’agit pas de contribuables qui cachent une partie de leurs revenus ou de sociétés qui omettent de déclarer leurs bénéfices. Cette fois ce sont des criminels qui détournent de l’argent public. Ces criminels sont les voleurs de la République.

L’Etat laisse faire alors qu’il matraque les Français d’impôts et de taxes. Nicolas Dupont-Aignan explique comment, en s’inspirant du Fisc belge, on pourrait mettre fin à ce scandale et éviter ces 10 milliards de pertes annuelles.
 
Le pacte de modération fiscale

La fraude fiscale sous toutes ces formes coûte chaque année 60 milliards d’euros à la France. Tandis qu’une écrasante majorité de Français et d’entreprises paie rubis sur l’ongle leurs impôts, une élite d’escrocs échappe à l’impôt, voire même arnaque l’Etat comme le prouve le scandale de la fraude à la TVA.
Grâce aux mesures proposées par Nicolas Dupont-Aignan, il est possible de récupérer 20 milliards d’euros par an et de rapatrier définitivement 100 milliards sur les encours déposés dans les parasites fiscaux. Nicolas Dupont-Aignan propose un pacte de modération fiscale à travers deux volets :

Les 20 milliards d’euros récupérés sur les fraudeurs doivent être intégralement consacrés à des baisses d’impôt et de taxes pour soulager la pression fiscale
Les 100 milliards d’encours doivent être réservés à des fonds spéciaux où les sommes rapatriées par les fraudeurs repentis seraient bloquées pendant 10 ans pour financer des investissements d’avenir.

Debout La République



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 30 Août 2020 - 08:31 Lucie PAULA BAWEDIN