inforeunion : l'info politique de l'ile de La Réunion - Océan Indien
Ce qui fait la vie de la cité…
Invité(e)

Le défi d’un nouveau temps ! Partie 2 - "nou lé pas plus, nou lé pa moin…"

Vendredi 15 Mars 2013

Sous le titre : "le défi d’un nouveau temps", j’avais proposé, sur mon blog, l’idée d’un référendum pour dire par "oui ou par non" si La Réunion, dans le cadre de la République, souhaite disposer de prérogatives nouvelles pour engager un véritable changement. J’avais même proposé une méthode.



Le défi d’un nouveau temps ! Partie 2 - "nou lé pas plus, nou lé pa moin…"
Cette nouvelle contribution au débat m’amène tout naturellement à donner un point de vue sur ce que pourrait être ce « défi d’un nouveau temps ».
 
Dans mon esprit celui-ci nous dicte d’abord de faire un bilan, honnête, depuis la Loi du 19 mars 46 jusqu’à nos jours. C'est-à-dire 67 ans d’assimilation et d’intégration. Ce « droit d’inventaire » doit être guidée par un principe : Se garder de tous excès en toutes matières.
 
A coup sûr, nous y verrions alors un peu plus clair. Nous disposerions d’une vision d’ensemble qui serait partagée. A partir de là, il serait un tantinet plus aisé d’oser poser sur le papier les voies et moyens pour répondre à l’urgence et préparer l’avenir.
 
Il s’agit de passer d’une société qui se caractérise par des inégalités insupportables a un modèle, avec pour base : l’Egalité réelle entre tous les citoyens d’une même République. Ce qui me fait dire que le « nou lé pas plus, nou lé pa moin » de Laurent Vergès reste plus que jamais d’actualité.
 
Rechercher l’assentiment populaire le plus large est une des conditions pour réussir ce défi pour nous-mêmes, nos enfants, nos petits enfants et les autres générations.
 
 
 

Yvan Dejean




Les commentaires

1.Posté par J.Claude Barret du MAR le 15/03/2013 09:08
le « nou lé pas plus, nou lé pa moin » ? Oute kamarade Laurent la oubliye azoute in nafèr, mé nou lé diféran. Mi krwa ke dopi 67 tan la répiblike franSèz la démonte anou ke nou dwa garde noute plass de sousitwayen. Garder l'espoir de retrouver une citoyenneté, d'une république qui n'est pas forcement celle des réunionnais relève du fantasme - pour permettre au colonialisme de gagner du temps. Konm la fé krare anou an 1946, la départementalisation était la décolonisation. Yvan ce temps est révolu, la population a compris qu'il avait affaire à des pantins du colonialisme. Cette erreur ne doit plus se renouveler. Nous ne serons jamais des petits gaulois. Il faut que chaque réunionnais retrouve son identité, sa personnalité sans se perdre dans des considérations de politiciens véreux - qui se sont discrédités depuis en s'engraissant sur le dos du peuple qu'ils feignaient de défendre.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter






Derniers commentaires

Les Dernières News













Les plus populaires