sak ifé nout jordu ék nout demin

Le PCR veut reconstruire "sur ses valeurs fondamentales", et qu'en est-il de la valeur de l'argent ?


Édito
Samedi 6 Juillet 2013

Elie Hoarau pose une question fondamentale. Quelles sont les valeurs fondamentales du PCR ? Ou plutôt : quelles ont été les valeurs fondamentales du PCR ? Qu'est-ce qu'il en reste ? Les réponses sont fondamentales. Le secrétaire général avait l'air grave lorsqu'il a abordé "les manquements et les insuffisances". Surtout quand il a parlé d'argent. Des indemnités des élus. Du manque de solidarité envers KOI et Témoignages. L'argent du capital, principal ennemi du communisme. Le PCR aussi en a été victime.


Le PCR veut reconstruire "sur ses valeurs fondamentales", et qu'en est-il de la valeur de l'argent ?
La crise économique et politique a révélé la crise idéologique et de conscience du parti communiste réunionnais. C'est un fait, les communistes de La Réunion sont les victimes consentantes du capitalisme. Dans une résolution, préambule à l'assemblée générale préparatoire au huitième Congrès du PCR, la section de Saint-Paul pose une question… fondamentale : "Pourquoi des militants, une fois élus, acceptent le système injuste qu'ils dénonçaient auparavant, et finissent par trahir leur parole, et mentir au peuple, grâce auquel ils ont été élus ?"

Bravo pour cette courageuse question. Et félicitations pour la réponse lucide et réaliste : "La réponse se trouve dans leur rapport à l'argent. En plus de leurs revenus professionnels, nombreux sont les élus cumulant des indemnités et des avantages matériels liés à leur(s) fonction(s). Du coup, ces élus se retrouvent dans la catégorie des 10 % de revenus les plus élevés de notre société. Ils se retrouvent donc coupés de la vie réelle".

La suite est une limpide vérité. "Alors, ils dépensent l'argent public pour faire la fête et boucher les yeux de la population, avec toutes sortes d'animations. Ils saupoudrent les quartiers avec quelques petits contrats…" Sur ce point précis, la section PCR a frappé juste. Ce qui ajoute de la véracité et de la crédibilité aux propos du secrétaire général. "En ce qui concerne les indemnités des élus, il y a un manquement dans l'observation et l'application de nos règles". Pour faire simple, rares sont ceux qui versent une partie de leurs revenus politiques au PCR.

Elie Hoarau a aussi critiqué le manque de solidarité des communistes vis-à-vis de radio KOI et du quotidien communiste, Témoignages. "Nous devons en débattre". Cela fait des années que ce débat a tourné court. Car, les mairies communistes, le Conseil général, le Conseil régional et les différents EPCI (Etablissement public de coopération régionale) et SEM (Société d'état mixte) étaient des sources de financement alors intarissables. Ce n'est plus le cas, surtout depuis 2010.

Le PCR souffre bien d'un rapport à l'argent. Depuis 2010 avec la perte de la Région, il y en a de moins en moins, et le parti ne peut plus "entretenir" sa force de frappe. Sa machine de guerre. Le PCR. C'est ce qui nécessite avant tout un retour indispensable aux valeurs fondamentales : l'engagement altruiste, le militantisme passionné et exacerbé, le bénévolat à sens unique et totalement désintéressé, la philanthropie à outrance, et aider les communistes accrocs à une vie matérielle et sociale confortable à maintenir leur niveau de vie…



Photo : Toniox




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Jako le 06/07/2013 09:33
"Pourquoi des militants, une fois élus, acceptent le système injuste qu'ils dénonçaient auparavant, et finissent par trahir leur parole, et mentir au peuple, grâce auquel ils ont été élus ?"

Bravo pour cette clairvoyance, même tardive !

"Le manque de solidarité des communistes vis-à-vis de radio KOI et du quotidien communiste" est peut-être lié à la qualité de l'information qui y transitait ! Même les communistes ont le droit à une information de qualité !

Vous remarquerez qu'il n'y a jamais eu de manifestation pour le rétablissement de KOI ! C'est peut-être que cette radio ne manque à personne… Si ce n'est aux "journalistes" qui ont été recyclés…

2.Posté par Bayoune le 06/07/2013 12:15
Il est vrai que le pcr souffre bien de rapport à l'argent - surtout quand ceux qui dénoncent le capitalisme, en sont eux mêmes grâce au royalties obtenu au servicedu système colonial, arrvé jusqu’à faire croire aux camarades peu averti de la chose politique que la décolonisation de la Réunion s’est faire en 1946 avec l’imposture du philistin de la départementalisation.
Un rapport vrai avec l'argent, et oui, et si on demandait au pcr combien d'argent a été versé au vieux dalon Firmin Viry sur ses deux disques de maloya de 1976, vendu entre 60 à 80F lors des meetings, pour un prix de revient à 3 francs. lé possib ke le vieux kamarade la pa vu un sousou du fruit de son travail, sans doute des francs égarés dans les caisses d'un pcr – pas perdu pour tout ce monde qui s'enrichissait à vue d'oeil depuis les années 71, koze pi kan la monte Région, le SIVOMR ke lété in syphon pou "notre parti"
""Alors, ils dépensent l'argent public pour faire la fête et boucher les yeux de la population," au fait "kamarade " de St Paul domande Tipiyèr poukwé sa i yarive ali fé deux voyages dosi air Austral dans la même semaine, inn dosi Paris, lote dosi Liyon . Et qui pourrait nous dire enfin ce que percevait la Françoise fifiye comme directrice de la virtuelle MCUR. Zot congrès i rosannm la cours récréation dans la cour de l'école, mais en plus méchant pou règle des comptes avec des militants qui se sont sacrifiés pou fé monte le parti. Mme Bello a sans aucun doute investi toute sa jeunesse dans ce parti qui l’a critique aujourd’hui.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit