sak ifé nout jordu ék nout demin

Le PCR en a marre de prendre des "BAF", le parti veut en donner à Bello, Alamélou et Fruteau


Citoyen
Lundi 6 Mai 2013

Celle-là, il fallait la trouver : "Les Réunionnais ont pu constater l'émergence d'une BAF : un axe Bello, Alamélou, Fruteau". Dans son édito de samedi dans Témoignages, J.B a dénoncé "la trahison" et prôner le rassemblement "encore et toujours plus". Une union qui sera également construite sur une envie de revanche ou de vengeance. Les cible privilégiées : Bello, Alamélou, Fruteau.


Le PCR en a marre de prendre des "BAF", le parti veut en donner à Bello, Alamélou et Fruteau
Ce sera sans conteste l'un des refrains des Municipales 2014 : "Si je vois rouge, je te donne des "BAF" !" Et le PCR commence à voir rouge. Et ce n'est pas la Droite, ni le PS qui en est l'objet ou "qui fait monté son zamal", mais bel et bien ses anciens alliés. Le rassemblement réussi de toutes les sections communistes, samedi à Saint-André, montre que "battre Eric Fruteau et sa majorité municipale et le PLR en 2014", est devenue une motivation supplémentaire pour le PCR.

C'est clair, le PCR veut mettre des "BAF" à Bello, Alamélou et Fruteau. A Saint-Paul, la maison des citoyens saint-paulois a été inauguré, en grandes pompes, il y a quelques jours. Un meeting a été organisé à Sainte-Suzanne, il y a quelques semaines. Samedi, le PCR s'est à nouveau retrouvé à Saint-André. C'est une certitude. Depuis que le Conseil constitutionnel a officialisé l'inéligibilité du maire de Saint-André, il y a plus d'envie, plus de volonté de se rassembler, là où il y a ne serait-ce qu'une ombre du PLR.

Comme si le choix des ex-communistes Bello, Alamélou et Fruteau, de quitter le parti, est un affront. Une question d'honneur qu'il faut rétablir. C'est un paradoxe. "Une trahison", c'est plus difficile à avaler que des stratégies électorales qui ont pourtant conduit à des échecs cuisants. C'est d'ailleurs oublié. Un peu comme si "l'acte de la BAF" a effacé les entêtements d'avant, les errements et ces gestions "claniques ou familiales" qui ont également mené le PCR dans l'impasse des Législatives de 2012.

Que va-t-il se passer maintenant ? Que faut-il en attendre ? Une stratégie qui va remettre le PCR dans le bon sens. C'est un fait. Car, le PCR a toujours grandi et s'est développé dans l'adversité, et ses luttes sociales. Le parti a depuis l'année dernière des adversaires de renom. Des adversaires qui sont devenus peu à peu, les causes des multiples échecs du PCR. Et ce de manière consciente et inconsciente. Et à qui la plupart des communistes, fidèles au parti, a envie de mettre des "BAF"...




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Baswa le 06/05/2013 07:48
Voici, plus de 20 ans que le bloc soviétique s'est écroulé. Ce faisant, l'information sur le fonctionnement démocratique des pays communistes a heurté bons nombres de marxistes, de progressistes et anti-capitalistes de la planète.
Les Démocraties Populaires se sont peu à peu démantelées. Les partis communistes perdant la confiance des travailleurs.
Le PCR ne pouvait pas échapper à ce tsunami. Malgré une alliance à ces régimes, avant 91, un soutien permanent aux dirigeants de ces Républiques Populaires, le PCR a su se maintenir quelque décennies, grâce à l'habileté et l'intelligence de Paul Vergès, (malgré l'incompréhension de ses militants et de son électorat).
La victoire de la gauche en 1981, lui a permis de conquérir des municipalités, le département et la région.
Ce nouveau pouvoir et ce nombre d'élus, dont les indemnités sont versées intégralement au Parti, a créé une nouvelle stratégie, basée sur la finance et les investissements, sans parler des SIVOM et SEM.
L'enivrement du pouvoir et de l'argent, lié à sa survie, a déclenché de nouvelles alliances, notamment du côté de la droite, pour essayer d'affaiblir le Parti Socialiste local. En affaiblissant le P.S., le PCR renforçait ses territoires et restait le seul interlocuteur du gouvernement Mitterrand.
A partir de cette stratégie, le PCR a commencé à connaître des contestations. L'absence de Congrès, donc, l'absence comptable de la trésorerie du Parti, fit apparaître des interrogations d'élus sans indemnités et pour d'autres la possession d'un patrimoine, s'accroissant d'années en années.
Conscient de la fracture avec sa base, le PCR a amplifié ses alliances avec la bourgeoisie et l'aristocratie locale.
Les élus du PLR, en rupture avec le PCR sont issus de cette fracture qui a commencé dans les années 80, aggravée pendant la période d'agonie de l'URSS.
Pour Madame Bello, la présence de TAK sur la liste de l'Alliance a été la cerise sur le gateau. Les connivences avec les frères Bénard, l'élection du Sénateur Moreau contre Virapoullé, la présence des Lagourgue, et tant d'autres, à la Région, les copineries avec le Sénateur-Maire de Saint-Pierre et la Présidente du Département, ne sont plus un secret pour personne.
Dans ce contexte, on ne voit pas comment le PCR pourra redevenir un espoir pour les plus défavorisés et les victimes de ce système.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 30 Novembre 2019 - 14:37 Saint-Paul : Y-a-t-il un pilote dans l'avion ?

Lundi 24 Juin 2019 - 12:12 Mensonges à la Chambre des Métiers