sak ifé nout jordu ék nout demin

La Région ne souhaite pas évaluer ses politiques...


Citoyen
Mercredi 28 Septembre 2016

Déposée à l'Assemblée plénière du 23 Février, examinée en Commission sectorielle au mois de mars, la motion du groupe LPA demandant la mise en place d'une Commission d'évaluation sur les politiques publiques de la Région a été examinée ce mardi par la Commission permanente. Face à l'avis défavorable de la Région et au regard des neuf premiers mois du mandat, Karine Nabénésa a qualifié de regrettable la position de la Région:


​Commission permanente du 27 Septembre 2016

"Les exemples de dossiers dont la pertinence est remise en cause, le nombre d'actions dont l'efficacité n'est pas avérée et pour lesquelles la Région investit des millions ne manquent pas : des Cases à lire qui n'apprennent pas à lire, une politique touristique décriée au sein même de la majorité régionale, des financements à tout va pour différents organismes pour l'exportation des entreprises réunionnaises sans mesure des retombées réelles pour l'île ou encore des SPL sous perfusion dont la plus value et la pertinence posent aussi question à votre propre majorité jusqu'à en demander le retrait ici même en commission permanente".

Avant d'ajouter: "Rien que pour cette année, je vais prendre 3 exemples qui ne sont pas exhaustifs mais où une commission d'évaluation aurait été utile si l'ambition était de servir davantage l'intérêt général. La majorité régionale a fait le choix  pour cette année 2016, de geler le Plan d'aides aux communes II, nous sommes en septembre et toujours pas d'appels à projets, à part les reliquats du plan de l'année dernière.  Tout comme, elle a fait le choix d'investir qu'un seul petit million d'euros dans le logement malgré les promesses de campagne d'un vaste plan de réhabilitation. Or, ces investissements étaient plus qu'urgents pour tenter de canaliser l'hémorragie de la branche bâtiment locale rappelée dans la dernière étude du Carif-Oref. Ce secteur continue de perdre des emplois d'année en année...
Par contre, dans le même temps, vous avez fait le choix d'injecter des millions pour combler les déficits, ou pour remplir les carnets de commande d'études sans fondement de vos SPL. Cette démarche évaluative aurait permis sans doute davantage d'orienter vos politiques publiques  vers l'intérêt général de la population, des familles, des quelques 3000 emplois du BTP locaux qui ont au lieu de sécuriser certains postes de PDG pour des proches."

… mais se presse d'aller évaluer celles des autres.
Si la Région ne semble pas décidée à procéder à l'évaluation de ses propres politiques, elle s'empresse en revanche de commander une étude pour l'évaluation du Parc National. Karine Nabénésa a interpellé la Région sur sa démarche : "N'est-ce pas le Conseil d'administration du Parc dans lequel siège la Région qui devrait commander cette étude ? A quel titre la collectivité régionale, seule dans son coin se permet-elle d'aller évaluer une instance qui ne lui appartient pas ? Le Parc national de La Réunion a-t-il été placé sous la tutelle de la Région ? La Région ne souhaite pas s'occuper de l'évaluation de ces actions mais va s'occuper de celle de ses voisins? Est-ce légal? Qu'est-ce qui se cache réellement derrière tant d'empressement?". 

En réponse, le Président de Région a notamment indiqué : « Le Parc n'est pas en mesure de s'auto-saisir pour faire une évaluation de ce qu'il a fait, il n'arrive pas à faire ça ».

Encore une fois, la majorité régionale a choisi de faire de l’ingérence... Une fâcheuse habitude de vouloir tout contrôler, même les publications des élus de l'opposition sur les réseaux sociaux qui a valu à Madame Nabénésa une remarque du Président. Ne lui en déplaise, cette Commission permanente qui s'est ouverte avec 5 élus sur 10 de la majorité s'est terminée à 3. 

Cacophonie sur le PLU de Trois-Bassins
La Commission permanente s'est exprimée sur la compatibilité du PLU de Trois-Bassins avec le SAR. A cette occasion, la Région rappelle l'étude du tracé du RRTG « sur le littoral ouest (…) le long de la RN1 (ndlr : route sur le littoral) sur la route des Tamarins ». Le groupe LPA a interrogé la Région sur le tracé précis du RRTG et s'est étonné que la Région ne défende pas ce qui est inscrit au SAR, document de la Région de rang supérieur au PLU qui préconise pour l'heure, un tracé bas. Une nouvelle incohérence après le SCOT Ouest qui selon la Région doit inscrire sur le site de Bois-Blanc une carrière et un RRTG que rien ne doit pourtant hypothéquer. 

Les carrières de l'Est inscrites au PLU de Saint-André
Comme à son habitude, comme ce fut le cas lors de l'examen du SCOT Ouest, la Région qui ne s'occupe pas des matériaux a fait inscrire dans le PLU de Saint-André les espaces carrières de Dioré et de Menciol.  N'en déplaise aux constructeurs, la Région comme l'Etat approuve les carrières de Saint-André pour la NRL. 

LPA Région



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Juin 2019 - 12:12 Mensonges à la Chambre des Métiers