sak ifé nout jordu ék nout demin

LPA-Région : Commission permanente du Mardi 30 Août 2016


Politique
Jeudi 1 Septembre 2016

Communiqué du groupe LPA à la Région suite à la Commission permanente du Mardi 30 Août 2016


Marchés publics : les TPE/PME exclues d'entrée de jeu

 

A la dernière Assemblée plénière le groupe LPA a déposé une motion relative à l'avis de marché pour le nouveau franchissement de la Rivière des Galets.

Le LPA a demandé de revoir à la baisse le niveau minimal exigé pour les entreprises, fixé à 100 millions d'euros annuel de chiffre d'affaires sur les trois derniers exercices. Les élus ont souhaité que ce marché divisé en deux lots (construction du nouveau ouvrage et déconstruction de l'ouvrage actuel) soit alloti davantage.

L'objectif est de permettre aux TPE/PME d'avoir accès à la commande publique, elles qui représentent l'essentiel du tissu économique local.

L'examen de la motion en Commission permanente a donné lieu à des justifications techniques et juridiques sur un sujet qui est avant tout politique et qui demandait des réponses du même ordre. Madame Nabénésa a rappelé l'esprit de la dernière réforme de la commande publique pour qu'elle soit au service de l'économie locale et qui considère qu'il n'y a plus de marchés publics trop gros pour les petites entreprises, grâce à l'allotissement. Or, dans le cadre de ce marché, les TPE/PME de La Réunion sont d'entrée de jeu exclues.

L'élue du LPA a interpelé le Vice-Président de la Région, Monsieur Picardo, également Président de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat. Indiquant que les PME vont surement intervenir mais n'auront pas le marché en amont, Madame Nabénésa a regretté ce manque de considération : « Toujours en sous-traitance et pour des miettes, j'aurais aimé que votre présence ici serve à faire évoluer les choses, à forces de prétextes, nous resterons toujours dans le même contexte alors qu'il n'y a pas de fatalité si on a la volonté d'agir ».

 

Le LPA obtient l'étude des téléphériques de St-Leu/Cilaos et de Ciloas/Bourg-Murat 

 

Lors de l'examen du rapport sur les études de faisabilité d'un transport par cable pour le désenclavement de Cilaos et de Salazie, Jacquet Hoarau a rappelé que les projets régionaux se concentraient sur le transport de marchandises et de personnes. « Ces projets ne prennent pas en compte l'aspect touristique alors que le cable est un outil précieux dans le développement touristique des hauts qui en plus, relève d'une compétence de la Région. Le transport de personnes ne doit plus être dissocié du transport des touristes, une approche globale doit être adoptée, il n'y a aucune raison d'être réducteur ».

Suite à cet argumentaire, la Commission permanente présidée par Monsieur Lagourgue a décidé d'autoriser l'aspect touristique pour les projets de câbles et d'inscrire la liaison Cilaos/Bourg-Murat dans son programme d'études.

Cette ouverture demandée en vain à la dernière Commission permanente pour le téléphérique de St-Leu a permis cette fois à Karine Nabénésa de se faire entendre. La Commission permanente a demandé aux services de la Région de se rapprocher du TCO pour prendre en compte les études actuellement menées sur le téléphérique St-Leu/Cilaos.

Pour rappel, à la dernière Commission permanente, le Président de Région avait refusé de considérer le téléphérique de St-Leu, en indiquant qu'il ne faisait pas parti des priorités de la mandature. Mieux vaut tard que jamais !

 

Le LPA obtient la révision du tracé du RRTG sur le Sud et l'Ouest 

 

Un projet qui ne tient pas la route

La phase 1 de l'étude de finalisation du tracé du RRTG a été présentée aux élus, bien que la Région devant les oppositions a précisé qu'il s'agit pour le moment d'un principe de tracé afin de procéder aux réserves foncières. 

Karine Nabénésa est intervenue : « Si ce projet de RRTG vous tient vraiment à cœur, si c'est la réponse que la Région apporte aux problèmes d'embouteillages, sur le plan technique où va-ton ? Quatre ans pour étudier un principe de tracé sans définir le mode de transport (train, tram, monorail, bus, …) et pour réserver des emprises foncières qui du coup sont très variables. Après les 2 000 bus, vous nous promettez encore quelque chose qui à cette allure risque de ne jamais venir alors qu'il s'agit bien des déplacements, un sujet majeur sur lequel les Réunionnais attendent de vous une réponse forte! ».

La Région paye plus cher l'assistance de la SPL Maraina que les études

Si les Réunionnais risquent de ne pas voir venir le train, ce ne sera pas perdu pour tout le monde. La démonstration a été une nouvelle fois faite : 180 000 euros d'assistance contre 169 000 euros d'études confiées à un cabinet. Karine Nabénésa a déclaré : « Ca devient vraiment grotesque de voir comment on peut dilapider l'argent public avec autant d'indécence. Essayer au moins d'être soucieux de l'argent public que vous gaspillez, on dirait que vous vous rendez même pas compte ! Vérifiez au moins ce que vous donnez à la SPL pour qu'à minima on ait pas l'impression que c'est juste pour faire plaisir à des élus proches ».

Le LPA obtient un passage à mi-hauteur dans le sud

Après avoir rappelé que ce projet n'est pas prêt de voir le jour vu son coût (estimé à 3 milliards d'euros par la Région), Jacquet Hoarau a défendu la position des élus du Sud (Etang-Salé, Entre-Deux, St-Pierre, Le Tampon, Petite-île et Saint-Joseph) réunis à plusieurs reprises sur le sujet. Le principe de tracé proposé en commission retenait un passage sur le littoral du sud alors que les élus souhaitent que soit inscrit en complémentarité de cette liaison, une deuxième variante à mi-hauteur qui permet de répondre aux contraintes de développement des villes dont le littoral sature et d'intégrer le Tampon. Soutenu dans son argumentation par David Lorion (St-Pierre) et Axel Vienne (St-Joseph), la Région a décidé d'inscrire cette deuxième variante à mi-hauteur dans la phase de l'étude qui portera sur l'analyse foncière.

Un tracé périlleux voir illusoire et non conforme au SAR dans l'Ouest

La proposition de la Région dans un premier temps est un RRTG bus en mobilisant les voies actuelles de la Route des Tamarins, puis la réalisation de nouveaux ouvrages qui longeraient la Route des Tamarins pour la réalisation d'un éventuel rail. Après avoir indiqué les impacts sur la circulation d'une réduction de voies et les coûts de construction de nouveaux ouvrages, l'élue du LPA a regretté que le passage du RRTG dans les bas ne soit pas retenu, alors qu'il est inscrit dans le SAR, qu'il aurait pu bénéficier à Trois-Bassins actuellement non reliée à la Route des Tamarins et qui possède un littoral à fort potentiel touristique. Karine Nabénésa a demandé au Président que soit retenu comme pour le Sud, l'étude d'une variante de tracé sur le littoral de l'Ouest pour les communes de Saint-Paul, Trois-Bassins et Saint-Leu. Cette proposition a été retenue par l'assemblée réunie. 

INFO REUNION



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Septembre 2020 - 15:00 Alain BENARD : Candidat sur la 2e

Dimanche 30 Août 2020 - 08:17 Le combat continue