sak ifé nout jordu ék nout demin

LE MUSÉE DE STELLA SE PARE D’UN NOUVEL ÉCRIN


Citoyen
Dimanche 31 Mai 2015

Après quatre années, de tous les soins apportés à la réalisation de ce nouvel « écrin » au cœur de Stella, pétri d’histoire et de modernité, que le Musée de Stella métamorphosé, qui semble plus attractive et plus didactique, s’apprête à rouvrir ses portes dès la semaine prochaine.


Les projecteurs se braqueront vers la réouverture du Musée avec ces quelques véritables « pépites », doté de toutes les fonctionnalités d’un musée moderne, ainsi qu’à l’histoire du sucre et de la canne avec des Hommes qui ont travaillé, avec la fierté de leurs souvenirs, qui font l’histoire de ce patrimoine. Cette richesse historique et ce lieu de mémoire seront votre espace d’immersion.

 

Ce nouvel « écrin »vous plongera de manière originale et novatrice à des beaux équipements repensés, dans un voyage moderne du monde sucrier de la canne. Musée réhabilité avec des nouvelles technologies, des espaces muséographiques, des jeux interactifs, agrémenté avec des nombreux témoignages des souvenirs précieux, d’enregistrement des témoins qui l’ont fait fonctionner puis assister à sa mise à mort en 1978.

 

Ainsi, le Président de la Région, pourra surement nous dire dans son discours que tout patrimoine raconte une histoire qui mérite d’être considéré et valorisé, ici c’est la mémoire de l’industrie sucrière de Stella mais surtout des Hommes qui ont travaillé qu’il faut souligner et transmettre.

 

C’est ainsi, comme toute Usine sucrière, la tâche n’a toujours été facile, pire elle a été pénible et ardue, avec des bruits infernaux, tout tremble, les vibrations sont ressenties dans tout le quartier, dans une atmosphère de sueur, de chaleur, d’odeur, d’humidité, de courage, de pénibilité ou au gré des événements heureux ou malheureux, malgré tout, des générations de« travayèrs tabisman » se sont succédées dans cette Usine de père en fils, à l’époque glorieuse de la canne, du sucre et du rhum.

 

Cette mise en lumière, est l’occasion pour moi de rendre un hommage appuyé à tous les anciens « travayèrs tabisman »qui ont contribué à bâtir ce patrimoine, en particulier à mon père Gabriel, lui qui a passé 44 ans de sa vie dans cette Usine, une reconnaissance aussi de ses abnégations et ses sacrifices qu’il a consenti au fil de ces nombreuses années, qui a forgé en moi peut-être ce véritable caractère du syndicalisme que je suis depuis 1970 à l’Usine de Stella, me dit-on.

 

« L’Usine, c’est notre histoire, notre patrimoine, c’est encore l’histoire de notre commune mais aussi de toute La Réunion, dont nous pouvons être que fiers. Cet enracinement fait d’humilité, de servitude et de bravoure de nos anciens travailleurs d’Usine (..) qu’avec ce travail d’écriture, les histoires, les souvenirs, les photographies poignantes des visages des ouvriers Stella…l’histoire ne pourra plus disparaitre ou s’effacer, elle jaillira toujours comme des étincelles dans l’immense patrimoine des souvenirs… », m’avait laissé entendre le Député-maire Thierry Robert.

 

Une belle philosophie au moment où chaque visiteur est appelé à découvrir ou à redécouvrir, à admirer et à partager cette richesse patrimoniale avec toute une histoire qui reste hors du commun pour St-Leu et pour toute La Réunion.

Ancien « travayèr tabisman »


Jean Claude COMORASSAMY



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Lanspek le 02/06/2015 09:35
Il serait logique que la REGION affiche le coût de départ et les surcoûts de cette réhabilitation. L'ouverture a été en plusieurs reprises différées, mais certains personnels ont été recrutés depuis le mois de décembre dernier, c'est-à-dire 3 mois avant les élections départementales.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 1 Janvier 2020 - 20:47 Bonané de l'Est