sak ifé nout jordu ék nout demin

Jean Henri AZEMA (1913-2000)


Culture - Kiltir
Samedi 4 Septembre 2021

BIOGRAPHIE


Jean Henri AZEMA  (1913-2000)

 


 

Jean-Henri Azéma, dit Jean Azéma, est né à Saint-Denis le 28 décembre 1913 et mort à Buenos Aires ( Argentine) 1913 octobre 2000.

Jean Azéma étudie d'abord au Lycée Leconte De Lisle de sa ville natale. Il quitte ensuite La Réunion en 1933 pour Paris où il entreprend des études de droit  et milite à l'Action Française (Quotidien monarchiste de Charles Mauras).

Quand éclate la Seconde Guerre mondiale, Jean Azéma se bat d’abord dans les troupes coloniales et est décoré de la Croix de guerre. Revenu à Paris et rattrapé par ses premières sympathies, il choisit le camp de Pétain et collabore activement.

Après la chute de Berlin, Jean-Henri Azéma passe en Suisse et parvient en Argentine, où commence une longue période d’exil. La France libérée le condamne par contumace à la prison à perpétuité.

Il occupe divers métiers et devient journaliste puis ouvre une agence de publicité.

Amnistié en 1970 sous Georges Pompidou, il revient à la Réunion en 1978 avec Olographe.

Toujours publicitaire en Argentine en 1990, il revient à la Réunion en voyage cette année-là. Il y présente au festival du livre de l’Océan Indien un ouvrage intitulé
Au soleil de Dodos. Il reconnaît alors s’être trompé pendant la Seconde Guerre mondiale.

Une partie de ses cendres et celles de son épouse sont jetées à champ-Borne et à Boucan Canot. Le reste est lancé à la mer depuis la Baie du Tombeau à l’île Maurice.


 

La place de son œuvre dans la littérature

«Je reviens à l’enfance à l’espérance du sisal

et de l’eau échangée au tronc de ravenal

car je suis ce soldat ce fou ce mercenaire..

portant une écharde d’île enclavée en sa chair

comme un feu de lave qui m’ ensoleille vif»

(Extrait de D’Azur à perpétuité)


Poète de l’ exil de l’ex -île, Jean Azéma rejoint le mouvement de la Créolie animé par Gilbert Aubry et Jean François Sam long.

En quête continuelle de sa propre identité, il fait le lien entre le passé colonial esclavagiste de La Réunion et celui de l’Amérique latine. Son œuvre rend hommage à la culture créole .

Il a reçu le prix littéraire des Mascareignes en 1979 pour Olographe .


«  Dans tout amour il y a une île »

( Extrait de Olographe)

« oh vous n’entendez-vous pas dessous les lignes de flottaison

cogner pieds et poings la séga des lignages au calvaire de la mer

des pans de mémoire s’effondrent aux frontières des moraines

nul ne veut se souvenir des cicatrices infligées à la Terre

du temps de sa jeunesse des Dogons et des Peuls bleutés

Afrique Afrique un remord récessif rebute les vieilles fêlures »

(Extrait de Le pétrolier antaque, 1982)

 

« Je suis le passager étrange du vocabulaire

de l’ anarchie des vents de la glose des lianes

de l’ alphabet lacté de la mer pituitaire

j’ ai remonté le fleuve du passé vers l’ amont

de mon parentage je suis une voix sans visage »

(Extrait de D’Azur à perpétuité, 1979)

 
Bibliographie

-Olographe-1979 .

-D'Azur à perpétuité-1979 .

-Le pétrolier couleur antaque- Éditions Les Trois Salazes-1982 ,

-Le Dodo vavangueur-1986 .

-Au soleil des dodos-Éditions caribéennes -1990

-Margozes sont les saisons -cahiers Ti-Babar /Nus-1990

-Rhum Blanc,,Ader  Village Titan -1996

-Rhum marron,Ader Village Titan -1998

-Archives en Chair Vive- Ader Village Titan -1999

 
 

Parenthèse poétique


 

 

SUIS-JE CE POÈTE OU CE NÉGRIER CE GESTE OU CET AFFRONT


 

J’ai couru le monde et je suis tout couvert

des poussières des routes du pollen des pampas

je suis comme ce chevalier du Graal au désert

cherchant de par le monde un peu du sang de Dieu

entre les candélabres de cactus qui s’allument de fruits

entre les occelles des dunes sans oasis entre les nuits

qui scandent en spondées d’étoiles les reiements

entre les grands squales bleus que sont les femmes

entre l’épluchure de la mangue et le canif

entre les jardins d’îles les aridités les récifs

et les séquoias figés des lointes patagonies

entre deux sexes entre deux peaux entre deux races


 

Séga séga séga et maloya

séga pour les fusils

en rémission des exils

maloya pour l’ïle


 

Je suis le passager étrange du vocabulaire

de l’anarchie des vents de la glose des lianes

de l’alphabet lacté de la mer pituitaire

j’ai remonté le fleuve du passé vers l’amont

de mon parentage je suis une voix sans visage

suis-je ce poète ou ce négrier ce geste ou cet affront

imposé à la chaîne inhumaine de l’esclavage

plus loin plus haut à la cime du temps

quelles ardeurs me brûlent ô doute lancinant

Et cette île écartelée entre couleurs et races

sait-elle qu’il n’est pas deux chevelures et deux élans pareils

et que la soie des coeurs exige d’étranges saveurs

un plein stock d’odeurs des poignées d’épices

-le sous-entendu des tourterelles dans les eucalyptus

dont les branches s’entrouvent comme des hanches

et m’obsèdent soudain en leurs lents balancements

(Extrait de D’azur à perpétuité,-1979-pp.129-130)


 


 



Eric Boyer



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Octobre 2021 - 10:30 Confidences de Patrick PERSÉE

Lundi 13 Septembre 2021 - 11:38 Gilber AUBRY