sak ifé nout jordu ék nout demin

Jean Daniel DENNEMONT : La problématique des embouteillages


Politique
Dimanche 30 Août 2015

Dans quelques mois auront lieu les élections régionales. La Région Réunion dispose en effet de compétences importantes dans le domaine de l’aménagement du territoire.


Au cours de la mandature qui s'achève des travaux indispensables ont été réalisés tels que le pont de la Rivière Saint-Etienne, la nouvelle voie de Saint-Joseph,... d'autres sont en cours comme la nouvelle route du littoral (NRL), le Trans Eco Express,... 

Le président Didier ROBERT s’est attelé à répondre au mieux en termes de temps et de moyens aux réunionnais.

Les futurs élus régionaux devront s’attacher à améliorer les conditions de circulation sur les zones les plus embouteillées de la Réunion. Les secteurs les plus concernés sont identifiés. Le président Didier ROBERT a formulé des propositions concrètes pour désengorger deux nœuds de circulation, à Saint-Denis et Saint-Pierre avec le monorail. 

Voilà des orientations ciblées en fonction des problèmes de circulation. Certes, il s’agit de grands travaux mais beaucoup plus réalistes financièrement, techniquement et sur le plan écologique que le  méga projet de Thierry ROBERT de mettre sur rail un Train Express Réunionnais (TEE) entre Saint-Benoît et Saint-Joseph en passant par l’ouest.  Sous prétexte d’un mode de déplacement plus écologique, cette solution présente la caractéristique d’empiéter encore davantage sur les espaces naturels et agricoles amputés tous les ans par une urbanisation outrancière. 

A proximité de la campagne électorale, cette surenchère autour de la voie ferrée prend des proportions sans commune mesure. Le président de la politique autrement (LPA) n’a apporté aucune précision sur le budget, les moyens et le timing afin de mettre en œuvre son « tram-train low-cost ». Il y a là une profonde incohérence entre dire que le projet de NRL absorbe le budget de la collectivité et devrait arriver à 3 milliards d'euros et dans le même temps s’engager sur le Train Express Réunionnais. Ça suffit les effets d'annonce sans lendemain! Peut-être que le maire de Saint-Leu  cherche simplement à séduire Paul VERGES (PCR) ? 

Il faut savoir être raisonnable et responsable. La majorité régionale conduite par Didier ROBERT a pris à bras le corps la question de la sécurité de la route du Littoral, réclamée depuis plus de 20 ans, notamment par Paul VERGES et Camille SUDRE, aujourd'hui devenus les plus grands opposants alors qu'ils n'ont rien fait lorsqu'ils étaient au pouvoir pendant plus de 30 ans pour l'un et plus de 20 ans pour l'autre. La nouvelle équipe régionale élue en décembre 2015 devra répondre à des problématiques routières. Les grands travaux nous l'avons avec la NRL. Le contexte budgétaire de l’Etat et des collectivités locales ne laisse pas actuellement entrevoir la réalisation du Train Express Réunionnais, "l'argent i trouve pas sous le roche".

Dès lors, la collectivité régionale doit apporter des réponses concrètes et ciblées aux réunionnais qui subissent tous les jours les points noirs existants, et en fonction des capacités, prioriser les besoins essentiels du territoire. 

Cela passe par la mise en place d'un réseau de bus permettant aux réunionnais d'accéder bien plus facilement à leurs destinations choisies, notamment pour se rendre sur leurs lieux de travail. Le Trans Eco Express (TEE) initié par la majorité régionale actuelle relève davantage d'un certain pragmatisme. Le programme Trans Eco Express (TEE) pour le développement d’une véritable politique de transport public réunionnais vise à proposer une alternative crédible au tout automobile en dotant progressivement toute La Réunion d’un réseau de transport à haut niveau de service. Un meilleur maillage sur le territoire entre les lignes urbaines et interurbaines et un aménagement du réseau de transports collectifs facilitant la circulation des bus encourageront les réunionnais à prendre le transport en commun. Ainsi, les prestations offertes devraient tendre vers beaucoup plus de rotations, plus d'accessibilité, plus de respect des horaires pour enfin permettre de réduire le  "tout voiture".

Une politique de transport collectif beaucoup plus dynamique réorientera les réunionnais vers une utilisation beaucoup plus conséquente des bus (actuellement seulement 5% des réunionnais circulent par ce moyen de transport)  dès lors que ce service sera véritablement efficace. 

Ce mode de déplacement est complémentaire à de nouveaux projets crédibles financièrement susceptibles de résorber  les poches d'embouteillage à l'échelle des microrégions. Pendant que de nombreux logements collectifs ou individuels se construisaient, des quartiers entiers se développaient et des zones d’activités économiques s’implantaient, la rénovation de la voirie régionale, départementale et communale ne suivait pas le même rythme. Dès lors, recherchons les solutions les plus adéquates pour résoudre progressivement les zones les plus embouteillées.

La priorité pour cette prochaine mandature est de répondre aux problèmes d'engorgement du réseau, à Saint-Pierre, à Saint-Paul, à Saint-Benoît et à Saint-Denis. La traversée aux heures de pointe est de plus en plus problématique.

Le secteur ouest est un des plus gros pics d’embouteillage, à partir de la route des Tamarins jusqu’au pont de la Rivière des Galets. Aujourd'hui la traversée de Saint-Paul est un des gros points noirs aussi bien le matin que le soir. Face à cette situation, il y a urgence à refaire un pont à la Rivière des Galets plus en adéquation avec l'importance du nombre de véhicules qui fréquente tous les jours ce tronçon. Je sais que des études sont en cours, mais une concrétisation plus rapide s'impose.

Concernant la desserte à Saint-Pierre et Saint-Denis, la proposition de Didier ROBERT correspond à une réponse ciblée autour de deux secteurs particulièrement engorgés. Le monorail a le mérite de ne pas trop empiéter sur les terres agricoles.

Les réunionnais souhaitent une bonne utilisation des fonds publics en rapport aux vrais nécessités de notre Ile, une réponse qui allie à la fois sécurité des citoyens, développement économique et développement durable.

 (Volonté 974)

Jean Daniel DENNEMONT



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Septembre 2020 - 15:00 Alain BENARD : Candidat sur la 2e

Dimanche 30 Août 2020 - 08:17 Le combat continue