sak ifé nout jordu ék nout demin

Enfin la Possession respire !


Invité(e)
Samedi 10 Août 2013

Après plusieurs mois de travaux et des gênes occasionnés à nous petits et grands commerces de la rue principale inaugurée récemment par le Maire, je tenais à faire un appel à la poursuite du changement que nous observons dans notre ville indépendamment de tous partis pris politique.


Enfin la Possession respire !
Depuis le temps ou, nous opérateurs économique de notre cité, nous défendons la redynamisation et la mise en place d'un véritable accès à notre ville, l'inauguration par le Maire Roland Robert de la Rue Sarda Garriga apporte une véritable bouffée d’oxygène pour les habitants du coin et surtout les petits commerces.

Une véritable "libération" et cette rue porte bien son nom : celui qui est venu apporter la nouvelle de la Liberté pour les esclaves de l'Ile Bourbon. Il est agréable maintenant de venir à la Possession et cela va entrainer plus d'attractivité pour notre ville.

Après Monsieur le Maire, il faudrait aussi s'occuper de l'accès au front de mer car nous avons ici, contrairement au Port à coté une vraie capacité à faire de notre littoral un lieu de vie, de loisir et d'animation. Nous comptons sur vous !

Alix Sévagamy, commerçant de La Possession



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Heloise le 10/08/2013 05:47
Je crois que l'article est bien illustré, c'est le troisième article où les photos veulent tout dire, les lecteurs l'ont bien compris aussi.
Plus sérieusement, une incohérence absolue quand à la sortie pour la bretelle d'accès vers Saint-Denis où il faut aller jusqu'au rond point capitaine Lebourg et revenir dans la rue Sarda GARRIGA.

2.Posté par ahahaha le 10/08/2013 16:31
on ne l'osez pas die heloise, autre absurdité : il faut contourner le LECLERC pour sortir du parking et passé par une rue de la SATEC 1, il parait que c'est le dgs qui a voulu ce tracé.


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger