sak ifé nout jordu ék nout demin

Didier Robert demande à Hollande, "le maintien de la défiscalisation outre-mer à son niveau actuel"


Invité(e)
Samedi 18 Mai 2013

"Monsieur le président, vous avez annoncé, à l'occasion de votre conférence de presse en date du 16 mai dernier, le lancement d'un plan d'investissements en faveur de quatre grandes filières : celles du numérique, de la transition énergétique, de la santé et des grandes infrastructures de transport".


Didier Robert demande à Hollande, "le maintien de la défiscalisation outre-mer à son niveau actuel"
"Dans cette période de crise mais aussi de mutation accélérée, il appartient en effet plus que jamais aux pouvoirs publics de stimuler l'innovation et les secteurs qui sont à l'origine des emplois futurs et d'avancées majeurs pour les dix et vingt prochaines années.

Le même souci de préparer l'avenir et d'asseoir notre développement économique sur des bases réalistes et durables, a conduit depuis 2010, la Région Réunion à réorienter profondément le modèle de développement économique de l'île pour créer davantage de valeur ajoutée locale, notamment dans le domaine du numérique, de l'environnement, des énergies renouvelables et des infrastructures de déplacements.

L'offensive que vous entendez mener pour faire reculer le chômage implique que, s'ajoutant aux efforts d'adaptation engagées par une Région particulièrement affectée par le chômage des jeunes, l'Etat prenne dans des secteurs qui dépendent de lui, toute sa place et ses pleines responsabilités.

Ces responsabilités portent notamment sur le maintien de la défiscalisation outre-mer à son niveau actuel afin de donner confiance aux investisseurs, mais également sur son rétablissement en faveur du secteur de la production d'énergie photovoltaïque tout à fait essentielle pour une île dont l'ambition est de devenir le premier territoire français à acquérir une autonomie énergétique "décarbonée".

Celles-ci portent sur le développement des responsabilités locales et l'approfondissement de la décentralisation. Cette orientation revêt pour notre île une importance particulière tant nos spécificités liées à l'insularité, à l'enclavement, à l'éloignement, exigent que nous puissions construire, au sein de la République, le cadre le plus adapté à notre développement et au renforcement de notre coopération régionale.

Enfin, les attentes des Réunionnais se manifestent dans la demande d'une vraie transparence et d'une vraie concurrence favorables au développement économique. Celles-ci ne sont pas seulement l'affaire des acteurs privés, mais également de l'Etat.

S'agissant du secteur numérique, si les Réunionnais ont pu bénéficier, dans un climat concurrentiel, de tarifs plus bas que dans d'autres régions d'Outre-mer, les écarts continuent néanmoins à être très importants avec la métropole. C'est une situation à laquelle la Région Réunion ne peut rester indifférente.

Par ailleurs si la métropole bénéficie du très haut débit mobile à la 4G, La Réunion est toujours dans l'attente du lancement d'une concertation repoussant d'autant la phase concrète de mise en œuvre d'une technologie qui reste, comme l'ensemble du secteur des télécommunications, porteuse d'avenir pour notre région.

En effet, je me permets également d'attirer votre attention sur les retards importants pris dans l'attribution d'une quatrième licence de téléphonie mobile pourtant favorable à un renforcement de la concurrence et donc une nouvelle baisse des tarifs.

Vous avez déclaré, Monsieur le président, que "m'offensive, c'est de de préparer la France de demain, de lui faire prendre de l'avance". Sachez que cette ambition, je la porte aussi pour ma région et qu'elle devra, pour réussir, pouvoir s'appuyer sur des responsabilités locales accrues".

Région Réunion



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger