sak ifé nout jordu ék nout demin

Didier Robert a pris une Gauche et une Droite


Politique
Lundi 21 Mars 2011

C'est ce matin que le patron de La Réunion en confiance exposera à la presse, ses commentaires et analyses du premier tour des cantonales. Ils sont sans doute plus nombreux à droite qu'à gauche à vouloir entendre les explications de Didier Robert, pour qui le second tour s'annonce difficile.


Didier Robert a pris une Gauche et une Droite
Lorsque Didier Robert a présenté sa stratégie : mener les cantonales comme si c'était des Régionales, rares sont les élus rodés à la politique, qui y croyaient. Le patron de La Réunion en confiance, espérait ainsi surfer sur la vague de 2010, et marginaliser un peu plus certains ténors et caciques de la Droite.

Si en théorie, le schéma semblait cohérent et réalisable, sur le terrain, il a été confronté à un trop grand nombre d'obstacles. Il y a d'abord eu la constitution de la liste. De longues négociations, des personnes "flouées et frustrées", la mise à l'écart de l'UMP, Jean Simonetti et des ténors de la Droite.

Fort de son succès aux Régionales 2010, aucun leader de la Droite n'osait alors dire non à Didier Robert. A tort ou à raison. Et pourtant en coulisses ou en aparté, les interrogations se multipliaient : “Qui connaît un Fernand Sibie ? Combien pèse un Jean-Paul Mardeya ? C'est qui Michelle Vital ? Mais personne n'osait pour autant affronter ouvertement le président de la Région Réunion, nouveau patron de la Droite.

Et puis Didier Robert n'a-t-il pas reçu l'ordre de "sortir les vieux de la scène politique" ? Deux constats s'imposent. Le premier ; de 2007 à 2010, l'ascension fulgurante l'a empêché de se constituer un vrai socle et de meilleurs réseaux de communication. Le patron de La Réunion a cru à une loyauté sans faille et à une solidarité à toute épreuve à droite.

Une erreur qui explique la Gauche et la Droite qu'il s'est prises ce week-end. Paul Vergès veut sa revanche des Régionales de 2010, et une partie de la Droite supporte de moins en moins le diktat du "jeunot" à qui tout sourit depuis 2007. Toutefois, Didier Robert n'est pas encore au tapis, groggy tout au plus.

Tout à l'heure, il dira comment il veut poursuivre sa bataille contre la Gauche et la reconstruction de la Droite.

Jismy Ramoudou



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Cétassez le 22/03/2011 06:54
il était une fois une petite sardine qui ne voulait pas resté en boîte mais devenir tout de suite, toute seule plus grosse qu'une légine, pour son propre intérêt uniquement.
Mais elle oublie qu'en grossissant il y a des squales qui rôdent. Les électeurs poissons l'ont vite compris et l'ont vite remis en boîte.
Le squale takin savoure un 1er repas de sardine. Que dit l'épaulard? il attend son repas pour 2014, car la voie est ouverte.
Celle de la sardine se referme à moins qu'elle se mue en maquereau.

2.Posté par Jeannette le 22/03/2011 08:57
Que d'erreurs Didier Robert dans la constitution des candidatures ! Voilà le résultat : de nombreux baisements, des militants désarçonnés, et une droite moribonde... Attention vous n'avez plus droit à l'erreur !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 21 Janvier 2020 - 11:32 La confusion des genres de la Politique.

Dimanche 19 Janvier 2020 - 10:32 Un candidat sérieux pour Saint-Pierre