sak ifé nout jordu ék nout demin

Charlie ou le « Printemps Français »


Politique
Mercredi 14 Janvier 2015

« Je suis Charlie », ce slogan, en l'espace de quelques heures a envahi le monde par les réseaux sociaux.
Il est sur toutes les lèvres.
On le voit sur toutes les pancartes des rassemblements de solidarité avec la presse, sur les Unes des journaux mondiaux, sur les panneaux d'affichage dans certaines communes…


La montagne qui accouche d'une souris ?

Charlie, promu malgré lui, nouveau prophète.
Celui qui va nous délivrer le messager tant attendu de l'ange Gabriel.

En cette période pré-électorale, parler de Charlie évite de rappeler à la mémoire les nombreux problèmes qui affectent la République de notre Président normal :
- l’augmentation du chômage, 
- l’endettement galopant, 
- l’explosion des impôts, 
- la réduction des prestations sociales, 
- la baisse du pouvoir d'achat, 
- le mécontentement grandissant des parents et des enseignants face à l'inefficacité de la réforme des rythmes  scolaires,
- la perte de confiance des Français qui dépriment… 

Et on nous assure que la côte de popularité du Président de la République François Hollande est remonté ce dimanche 11 janvier 2015 à Paris.

La marche républicaine de solidarité a rassemblé des milliers de personnes qui sont descendus dans les rues. 

Des dirigeants étrangers ont défilé aux cotés du Président qui a exclu un parti national.

Pour la presse qui pleure ses crayons affutés, François Hollande serait devenu le Président de la Nation qui a su rassembler plusieurs milliers de Français dans la rue.

C'est le président de la Nation qui a mobilisé plusieurs États étrangers venus participer à cette longue marche pour rendre hommage à ces victimes morts pour leurs idées. 

Mais quelle défense de la « liberté d’expression » quand on exclu la représentante d’environ 30% des Français ?

Un défilé citoyen où chacun au chaud dans leurs habits sombres pleurent la mort des hommes devenus héros pour la circonstance qu’hier encore étaient montrés du doigt par ceux-là même.

L'heure est certes au recueillement pour honorer le travail de ces artistes de la satire, ces crayonneurs.

Ce joyeux tintamarre des « Charlie » qui explose dans les médias, véritable « Printemps Français » va donner quoi demain ? 

Quand les maloyas quotidiens auront repris le dessus…

Pour une hypothétique amélioration de la côte de popularité d’un président normal qui a dû faire appel au Monde entier…
Combien de jeunes sans emploi dans notre île ?
Quelle augmentation sur nos feuilles d’impôts ?
Combien de familles déchirées par les difficultés économiques et sociales ?
Combien de nouveaux chômeurs dans la presse locale ?
Combien de grincements de dents à cause d’une réforme des rythmes scolaires qui n’a aucun sens ?



Aline Murin Hoarau



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Septembre 2020 - 15:00 Alain BENARD : Candidat sur la 2e

Dimanche 30 Août 2020 - 08:17 Le combat continue