sak ifé nout jordu ék nout demin

Acte III de la décentralisation : l’Association des maires de France dénonce la marginalisation des communes


Édito
Lundi 18 Février 2013


Acte III de la décentralisation : l’Association des maires de France dénonce la marginalisation des communes
L’Association des maires de France estime que l’avant-projet de loi de décentralisation tel qu’il lui a été présenté le 7 février dernier par la ministre de la Décentralisation, Marylise Lebranchu, constitue "un recul manifeste des libertés locales".

Dans un communiqué publié à la suite de son comité directeur, l’AMF souligne que "les élus s'interrogent légitimement sur ce qu'il reste du respect du principe constitutionnel de non tutelle entre collectivités".

Selon les maires, "la place des communes dans cette nouvelle architecture territoriale est souvent ignorée ou réduite à la fonction d'exécutante, au risque de fragiliser irrémédiablement leur capacité à offrir des services publics de qualité et adaptés aux attentes de la population".

Le texte "renforce les prérogatives des régions au-delà de ses compétences reconnues, fait preuve d'une conception rigide et uniforme de l'intercommunalité et est même en recul sur la reconnaissance du fait métropolitain", dénonce aussi l'association.

"L'AMF regrette cette vision technocratique, hiérarchisée et verticale de l'action publique qui laisse peu de place à la subsidiarité et ne tient pas compte de la réalité ou de la diversité des territoires.

Elle regrette également que le rôle de l’Etat, garant des grands équilibres sur le territoire national, ne soit pas davantage précisé dans une nouvelle organisation décentralisée", poursuit le communiqué. L’AMF demande à l’Etat "qu’il fasse confiance au bloc communal pour trouver les solutions adaptées".




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit