sak ifé nout jordu ék nout demin

Y-a-t-il un front anti Pierre Vergès au PCR ?


Politique
Dimanche 3 Avril 2011

"Non", répondent en chœur plusieurs communistes. Réponse du berger à la bergère : "Y-a-t-il un front anti Huguette Bello, anti Eric Fruteau et anti Claude Hoarau au PCR ?" La "dispute" pour la quatrième vice-présidence du Conseil général, confirme pourtant un conflit interne latent et récurrent au sein du PCR.


Y-a-t-il un front anti Pierre Vergès au PCR ?
Pierre Vergès s'est beaucoup impliqué dans la constitution, la construction et la réalisation de la nouvelle majorité du Conseil général. Il travaillé à la mise en place du Mouvement des démocrates sociaux de La Réunion. Malgré les ressentiments de la désunion lors des Régionales de 2010, il a œuvré "de manière tout à fait honnête avec le PS"

Toujours avec le PCR, le conseiller général du Port 1 a participé à la mise en place d'un dispositif garantissant l'équilibre des forces à l'intérieur de la majorité départementale pour les trois années à venir, et ce quel que soit l'évolution numérique des conseillers généraux, à l'intérieur de chaque groupe…

Après une telle implication, comment expliquer que " je me retrouve à la treizième vice-présidence. C'est aussi une question de crédibilité", explique Pierre Vergès.

La semaine dernière lors de l'attribution des postes de vice-président, Pierre Vergès a accepté de laisser la première vice-présidence à Roland Robert (La Possession) pour une bonne représentation de l'Ouest et du Sud, le PCR n'ayant plus de conseiller général dans le Sud.

Pour certains membres du parti communiste réunionnais, la quatrième vice-présidence revenait naturellement à l'Est/Nord, et ce au nom de l'équilibre des micro-régions. Avec trois conseillers généraux, cette quatrième place devait donc échoir à Eric Fruteau ou à son représentant Robert Nativel.

Pierre Vergès a alors avancé d'autres arguments. Les différentes missions qu'il accomplit au sein du parti. La réponse a été immédiate. "Tout le monde travaille pour le parti, comme nous l'avons fait pour la mise en place de cette nouvelle majorité départementale".

Jeudi au palais de La Source, Claude Hoarau a même été lapidaire : “Il n'y a pas d'héritier au PCR". Pierre Vergès réplique : "C'est vrai, il n'y a pas d'héritier, mais il n'y a pas non plus de banni". Cette "dispute" pour la quatrième vice-présidence amène Pierre Vergès à s'interroger.

“Il y a aujourd'hui un problème de fond : comment neutraliser Pierre Vergès et régler son compte, et à travers moi ébranler Paul Vergès ? La question est : dans l'intérêt de qui ? Maintenant si c'est juste un problème de personne, je suis prêt à remettre mon mandat en jeu".

Jismy Ramoudou



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Aimé TECHER le 04/04/2011 08:50
Le Parti Communiste Réunionnais c'est une grande partie de l'histoire de notre REUNION. Ses militants ont été "pourchassées, pouchassés." Ses militants ont été"exilées, éxilés". Ses militants ont été "victimes" d'une répression féroce. Des coups...Elles, ils ont été "interdites"," interdits" sur leur terre Natale.J'ai toujours regardé , suivi la vie de ce Parti Communiste REUNIONNAIS.
La question que je me pose est : le Parti Communiste Réunionnais est-il encore un Parti Communiste? Voilà la vraie question? Ne pas la poser, c'est ne voir que la partie de l'iceberg qui est au dessus de la mer.. C'est ne pas "voir "que les responsables de ce Parti ont depuis 1974 "pris" une autre "direction" que celle qui a construit ce Parti Communiste REUNIONNAIS en 1959. J'ai découvert ce Parti Communiste Réunionnais à l'occassion de mes nombreuses rencontres avec ses militants dès 1961. J'avais 18 ans.Je venais d'arriver en FRANCE. Je découvrais le "Monde". Je ne le comprenais pas. J'étais avide de comprendre pourquoi mes parents ont été pauvres, méprisés, bannis, exploités...Oui je voulais comprendre ce"Monde" où j'arrivais: "étranger" en France, comme nous disions dans ces années-là.
J'ai rencontré des Femmes Réunionnaises, des Hommes Réunionnais, Communistes et militantes : leurs exemples, leurs disponibilités. Elles, ils ,venaient vers moi, vers nous. Elles, ils ,acceptaient que nous ignorions tout, tout .Ce mot" commmuniste" nous faisait peur. J'étais profondément catholique. Donc anti-communiste : éducation réligieuse. Nous l'étions: anti-communistes. Elles, ils, nous ont dit "Allon ! Allon!"
Je suis "allé" à leur école. J'ai entendu des fois et des fois Paul VERGES. Je l'ai écrit dans mes lettres ouvertes à celui qui m'a dit" Ouvres tes yeux"." Débouches tes oreilles". "Lis beaucoup"." Parles avec ton coeur:""Gèt èk out zyé ,fini èk out kèr.. J'ai toujours été un enfant obéissant. Aujourd'hui encore: je sais écouter. Je sais obéir.
Aujourd'hui , avril 2011, j'écoute cet homme qui me "guide" dans mes réflexions et dans ma vie de militant.. Je l'ai souvent cité : Jean Paul DELEVOYE, Président de la Commission Economique et de l'environnement. Il est U.M.P. Ecoutons ce sage. Lisons les rapports de cette C.E.E.E.. Relissons ses écrits quand il était médiateur de la REPUBLIQUE. Oui j'ai ouvert mes yeux. Dans notre belle langue , cette expression " Le zyé na pas balizaz".
Le "linge sale qu'ils veulent laver en famille". NON. NON. Pas en famille. " Na pwin le tan bat le zyé, la fine tir malol".Non , le "linge sale "doit être lavé, devant nous. Le P.C.R. est parti prenante de notre histoire. Je sais ce que je lui dois. Le PEUPLE REUNIONNAIS sait combien nous devons à "ses militants" . Oui à "ses militants". Mais les responsables de ce P.C.R. ont "pris"une autre direction: Ils ont choisi la" dictature de la stratégie". Ils ont oublié ce"pourquoi ce Parti est né". Ce pourquoi ce Parti" se doit d'être pour les petits". Ce que ce Parti se" doit d'être pour NOTRE REUNION". La direction de ce P.C.R. a oublié "SON IDEAL, dans la vie de tous les jours pour les petites gens".Elles, Ils ont "trahi".
"Depuis 1974.comme un paquebot qui doit changer de direction, il faut du temps et des noeuds..le virage à 180 degré a été pris...et depuis ce n'est que de la stratégie du "pouvoir".. Nous voilà aujourd'hui : le seul "intérêt" pour les dirigents du P.C.R. : c'est "le pouvoir". Rien que le" POUVOIR" Ils se battent non pas sur "comment vont-ils faire pour que les Réunionnaises et les Réunionnais vivent mieux. Moins de misère. Moins de vie de galère. NON. Le POUVOIR. Une meilleure place..."MOI d'ABORD" et mes promesses toujours oubliées:"endormir le PEUPLE". Ce PEUPLE qui croit à cette étincelle parce qu'il n'a plus rien. Oui. Plus rien...alors Le PEUPLE se met à rêver...et quand il se réveille...Demain : j'ai la profonde conviction qu'il se réveillera et "ces dirigentes, ces dirigents", seront surprises, surpris et se diront...trop tard: Mesdames, Messieurs...
Oui , TOUTES, les dirigentes, TOUS les dirigents du P.C.R. n'ont qu"un but: Le POUVOIR. Alors on signe des pactes contre nature. Alors on se fait des petites gué-guerres d'enfants "gâtées"," gâtés".Huguette BELLO- Paul VERGES. Pierre VERGES-Claude HOAREAU.... "Je n'ai pas ce que je veux". Qu'à cela ne tienne: je change de PARTI. Monica GOVINDIN. Madame LAURET ancienne Présidente du Comité de Tourisme...et bien d'autres.
Moi, je suis encore naïf, malgré mon âge 68 ans et ma vie de militant: 46 ans . Je croyais que lorsque 'l'on devient militant et responsable d'un P.C.R". Les convictions sont profondes. Je suis habité d'un Idéal Humain.Un idéal présent. NON ! NON ! Seul compte le "pouvoir"et sa "paie".Ah! Si simplement , la morale en politique exigeait qu'il n'y ait plus de "perpétuel permament". Mais ..NON! NON! Le POUVOIR...Le POUVOIR.
Dans une longue lettre à Pierre VERGES je lui ai proposé de débattre sur la stratégie du P.C.R. à la télévision, devant nos compatriotes. J'ai simplement demandé qu'il voit la réalité d'une entreprise privée, une vraie entreprise privée. Qu'il rencontre tous les jours ce que la "pression" , les cadences, la liberté de parole...oui comment tout ceci "se traduit "aux travailleurs. Qu'il vive des mois difficile, des passages à Pôles Emploi, de C.D.D.Que ses fins de mois soient sans euros.... J'ai souhaité qu'il vive cette expérience pendant trois ans...Il saura alors ..Nous aurons une discussion franche , constructive et nécessaire pour nous toutes et tous. Nous serons "concrets". Je n'ai pas su "résisté et j'ai commencé à dévoiler" ce que j'allais lui dire. Je n'ai pas tout dit. Je lui réserve "quelques petits plats " bien savoureux...
Je n'ai jamais été un permanent. J'ai refusé d'être un "cadre" de tout mouvement politique. J'ai toujours souhaité et je me suis exigé cette "recommandation" :"Je veux avoir la tête dans les nuages , mes mains et mes pieds dans le K.K. comme les petites gens. Ces gens de peu". C'est parce que j'ai obéi à cette recommandation qu'en 1983 j'ai décidé d'être celui qui "écoutera sans "oeillère". Celui qui regardera sans "oeillère". Celui qui parlera. Celui qui continuera d'accompagner les petits , les sans grade. Je suis resté fidèle à moi-même, malgrè les pressions, malgré ces "cadeaux pourris" que l'on m'offrait, toujours refusés. Fidèle malgré la répression. Un proverbe japonais dit "il est tombé sept fois.Il s'est relevé neuf fois. Plus fort". Dans notre belle langue :"Kaf n'a set po". Mais les coups font mal..trés mal...Qu'importe! Ces gueses, ces gueux, ces gens de peu me donnent tant par leur amitié sans calcul...Moi, je suis avec elles, avec eux....Ils ressemblent à mes Parents si pauvres....dans ce village Palmiste Rouge dans les années 1930 jusqu'à ...ce que mes Parents prennent la décision d'aller voir si le "bonheur" est ailleurs. Dans la Grande Ile ROUGE. Mes parents ont découvert que la Misère avait aussi comme adjectif : Malgache. Cette misère est aussi pour les étrangers si vous êtes: gens de peu...Alors j'ai voulu comprendre. J 'ai rencontré ces militantes et militants du P.C.R. Ces compatriotes "forcées, forcés à l'éxil". Nos rencontres étaient belles: parce qu'elles, ces rencontres étaient voulues et désirées par nous toutes, tous. Je n'ai jamais "oublié" ces belles leçons d'explications. Ces belles leçons d'humanisme. Ces belles leçons : "aller vers l'autre: ces gueuses, ces gueux, ces petits." J'ai bien appris mes leçons. Je les ai traduit dans ma vie de tous les jours.
1974, une nouvelle direction du P.C.R.
Ne nous trompons pas. Quand un "Parti "Politique". est en "déliquescence": sauvons les "meubles", sauvons ....comme un bateau qui est "fissuré" de partout...trop tard...il coule...il coule. La "maison brûle. Elle brûle." Quand je refuse de vivre , ce pourquoi je suis né. . QUAND Je ne défends plus ces petits qui vivent une vie de galère....Alors je meurs. Prophésie de ce philosophe: François , Noël BABEUF. Théoricien d'un "sytème communiste". Le premier a avoir écrit et défini le mot"communisme". Oui le premier. IL est FRANCAIS: 1760-1797 pendant les années lumières. Il est toujours mon guide.
Un arbre ne peut vivre sans ses racines. Nul ne guérit de son enfance. Oublier ce pourquoi un parti est né! C'est un jour la déliquescence et la "lutte" au sommet...pour le pouvoir. Querelle de personne ! Quel intérêt pour celle et celui qui ne peut vivre sa vie ...chômage, expulsion, S.D.F. maltraitance, enfant en difficulté scolaire...aucun intérêt. AUCUN.
Je pourrais décrire les épisodes de ce changement de direction profond pris par les dirigents du P.C.R. Je note comme vous: ceux sont les mêmes depuis des décennies...Il faut tenir la "barre"..".restés en famille"....Si Pierre VERGES accepte ce débat "fraternel" dans trois ans alors j'annoncerai toutes les marches de cet escalier qui ont conduit ce P.C.R. à ne plus être ce pourquoi il est né. Il a tout oublié: son IDEAL oui son IDEAL: vivre pour les petites gens .
Ce Parti a comme les autres Partis "épousé" une nouvelle stratégie : la dictature du "court terme", de l'"urgence", de ce" calcul des voix". La "dictature" du "POUVOIR" : son salaire, ses bons repas, ses fins de mois assurées, pas de chômage, pas d'expulsion, une trés bonne scolarité pour ses enfants- faut bien assurer l'héritage- pas de vie de galère...de bonnes vacances, de beaux voyages...ses amies, amis, ses copines..Une belle vie, quoi!
Ce n'est pas parce que je me suis toujours "tu" que je ne "suis"pas- suivre- les évolutions de ces Partis de droite ou de gauche qui "gouvernent "Notre Ile. Je parle quand je suis invité...Je dérange. Alors je ne suis plus "invité" par ces Femmes et hommes politiques de la REUNION. Monsieur Jean Paul DELEVOYE , ce haut personnage de notre République, lui il m'invite. Entre gens de coeur..
.Aujourd'hui j'ai décidé d'obéir à ma fille, à mes amies, amis qui exigent que j'écrive...J'obéis ... J'écris....
Je voudrais exprimer une" pensée fraternelle" et dire "mes remerciements profonds" à celles et à ceux qui m'ont "éduqué". Nelly BARRET,Jean-Baptiste PONAMA,Max RIVIERE, Pierre ROSSELIN, Boris GAMALEYA ,Gervais BARRET, Marcel SOUBOU et Paul VERGES( pour ce dernier de 1961-1970)...Je terminerai par celui qui était proche de moi par son âge. Roland ROBERT qui n'a que 24 ans lorsqu'il est "frappé" par cet ordonnance ignoble, ordonnance DEBRE du 15 octobre 1960 . Comme toutes et tous, ses camarades il a été "forcé "à l'éxil" parce qu'il avait eu le courage de dire "NON! NON! " à la politique colonialiste dirigée par Michel DEBRE et ses "valets" Réunionnaises et Réunionnais. Je peux les nommer si on me le demande. Je n'oublie pas ce qu'il a écrit :"Qui que vous soyez, je suis certain que le "noble idéal "que j'ai voulu défendre dans mon Ile, ne vous laisse pas indifférent". J'ai bien connu ce militant. Je sais ce qu'il est devenu. J'ai lu avec "rage," indignation" , colère ce qui vient de se passer, dans sa commune La Possession:un acte fasciste, un acte odieux. Monsieur Roland ROBERT: ce que vous avez fait , ce que vous faîtes,ne me laissent pas "indifférent". Ne me laissent pas indifférent. Comme les hommes changent...lorsque l'on "goûte" à ce POUVOIR.Son IDEAL, vite"oublié" .Cet "idéal" de sa généreuse jeunesse.. Rolland ROBERT a écrit cette belle phrase en 1961. Vieillir n'est pas toujours signe de sagesse...Je croyais. Toujours naïf.

Je suis heureux de rencontrer dans ce Monde "vache" pour les gens de peu, oui heureux, de rencontrer aujourd'hui, des militantes animées, des militants animés, d'un idéal humaniste... Ces militantes, ces militants qui sont présentes, présents lorsque nos animatrices et animateurs de cette association A.O.M. accompagnent nos compatriotes dans leur vie de galère , leur vie de misère. Ces rencontres avec ces militantes, ces militants me sont d'une grande richesse et me donnent cet espoir qu'un jour : ce"Monde aura une couleur orange-soleil". "Couleur SoleiL".Un idéal qui m'oblige à vivre pour ces gueuses, ces gueux, ces petits, ces oubliées, oubliés qui sont en Métropole. Mes compatriotes Femmes Réunionnaise, Enfants Réunionnais et Hommes Réunionnais.J'aime cette vie.
Mon dévouement pour cet humanisme est ce :" piment Martin "qui me "réveille" tous les matins. Zetwal katrèr matin.
"Tout ce qui est humain":est mien. Mon Parti.

Aimé TECHER de Palmiste Rouge, en Métropole depuis 50 ans. Toujours REUNIONNAIS HUMAIN.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 25 Janvier 2020 - 11:52 Saint-Pierre à vélo avec ANDA