sak ifé nout jordu ék nout demin

Thierry Robert : "Pas un député béni oui-oui quand on est dans la majorité"


Invité(e)
Vendredi 18 Mai 2012

"Je considère qu’à l’Assemblée nationale, être député ne consiste pas à s’installer dans une opposition frontale comme tous membres de l’opposition, et encore moins de valider systématiquement les projets, autrement dit faire le "béni oui-oui", lorsque l’on se situe dans la majorité."


Thierry Robert : "Pas un député béni oui-oui quand on est dans la majorité"
"Les lois votées au Parlement ne sont pas toutes bonnes ou mauvaises pour le pays.
C’est donc en dehors de tout clivage politique et sur le fondement des projets, et de leurs caractères bénéfiques pour la Réunion et pour ses habitants que je me prononcerai.

De même, dans un souci de dépasser les clivages idéologiques, je proposerai aux 6 autres députés de la Réunion, que nous nous réunissions et que nous formions un groupe de travail dans le but de porter, ensemble, un certain nombre de dossiers que, d’une manière collégiale, nous jugerons majeurs pour faire avancer la Réunion.

Je proposerai à l’ensemble des députés ultramarins de créer un "Groupe Outremer" à l’Assemblée nationale pour défendre nos territoires et leurs spécificités.

Ce "groupe Outremer" travaillera en lien étroit avec le Ministère de l’Outremer et participera à la prise de décision sur les dossiers tels l’emploi, le développement économique ou encore la vie chère.

Je considère qu’un député, lorsqu’il est élu, a le devoir de discuter avec tous les députés de l’Assemblée nationale pour soutenir tout projet qui paraît juste pour nos territoires. Grâce à un "groupe Outremer", nous constituerons un lobbying pour faire entendre la voix de nos différents territoires.

Et peu importe la forme que prendra ce "Groupe Outremer", l’idée est de montrer que les Outremers travaillent main dans la main, et qu’à ce titre, nous constituons une force réelle au sein du Parlement."

Sur sont site



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par TEGO le 19/05/2012 05:53
On appelle ça mettre la charrue avant les boeufs .... Bèf i travay seval i manz , ce boug lé au plafond dan son tét ! On peut l'aider avec un rhum arrangé ( dans le bon sens TEGO s'entend )

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger