sak ifé nout jordu ék nout demin

Thierry ROBERT : Initiatives, entreprise et terroir : la jeunesse kapab a envie de faire avancer le Made in Réunion !


Politique
Jeudi 22 Octobre 2015

La Réunion est une terre d’exception, avec des fruits et légumes de grande qualité et surtout des hommes et des femmes qui se lèvent tôt tous les jours pour travailler la terre, écouler leur production sur les marchés. Des agriculteurs, des maraîchers, des éleveurs, des bazardiers, qu’il faut aider, soutenir et accompagner afin de tirer l’économie locale vers le haut. Des hommes et femmes de la terre, comme Olivier Soundron, jeune agriculteur rencontré par Thierry Robert à l'aéroport de Saint-Denis dimanche dernier. Pour la petite histoire, ce jeune a été invité par Thierry Robert à prendre la parole lors de son grand meeting tant son discours sur l'agriculture et l'export a convaincu le candidat. La vidéo de son discours émouvant et totalement improvisé a été vue plus de 20 000 fois sur la page facebook de Thierry Robert.


La jeunesse kapab !

Aujourd'hui, Olivier Soundron a invité Thierry Robert dans son exploitation où il cultive la canne et l'ananas. Une politique de diversification agricole que le jeune agriculteur a défendu avec vigueur. Il estime que "les produits du terroir Réunionnais gagneraient à être connus et les jeunes Réunionnais de la filière agricole sont ingénieux mais manquent parfois du coup de pouce nécessaire pour concrétiser leurs initiatives".

 

En tant que candidat aux élections régionales, Thierry Robert veut quant à lui encourager le « consommer local », le « Made in Réunion » et l'export à travers le programme de la liste « Ensemble, faisons avancer La Réunion ».

 

Son projet s'axera autour de propositions qui auront des impacts immédiats sur la filière agricole réunionnaise.

 

A la Réunion, il y a 200 000 repas scolaires servis chaque jour, soit 36 millions de repas par an. La filière de l’agro-alimentaire local doit capter ce marché.  Pour ce faire, la Région doit encourager l’achat public et inverser la courbe des importations au niveau de nos restaurations collectives (État, Conseil départemental, communes) afin que les produits locaux frais ou transformés ici soient supérieurs aux produits importés.

 

L'agriculture doit également s'ouvrir vers les marchés annexes au delà de l'alimentaire : il faut développer la recherche pour exploiter tout dans nos fruits et légumes : le cuir d'ananas par exemple se vendrait dans la filière maroquinerie (cela se fait déjà via des designer européens!). En plus de valoriser l'ensemble du fruit, la transformation permettrait de créer des emplois tout en luttant contre le gaspillage de nos ressources naturelles.

 

Pour mettre en place une politique régionale de l’export et du fret,  et piloter la constitution de  filières à l’export, une véritable maison de l'export sera créée.

La Région financera cette structure, loin du club restreint qui profite aux copains-coquins, pour prospecter à l’étranger et dans la zone via des lobbyistes des produits Made In Réunion.

 

Cette structure, équipée d’experts à l’international pourra mettre à disposition dans l’entreprise le savoir-faire pour accompagner l’entrepreneur dans ses démarches : de la validation à l’implantation, en passant par la prospection et le financement.

 

Beaucoup d'agriculteurs souhaiteraient résider à proximité de leur exploitation. Thierry Robert propose de modifier le Schéma d'Aménagement Régional (SAR) afin de créer des villages agricoles pour des raisons pratiques certes, mais aussi pour améliorer les conditions de travail de ces hommes et de ces femmes qui travaillent dur et de manière quasi-permanente.

 

Le projet de Thierry Robert veut faire naître de véritables filières d’avenir créateur d’activités et d’emplois pérennes pour le marché local et à l’export. L'agriculture, l’agro-alimentaire, la pharmacopée locale sont des  secteurs à fort potentiel qui peuvent constituer des relais de croissance pour notre économie insulaire en interne et à l’export.

 

Pour encourager la production locale, la Région pourra agir sur 3 axes :

- Rendre possible, dans le SAR,  la culture sous serre dans les zones agricoles

- Participer au financement des serres jusqu’à hauteur de 80% : la Région s'engagera à avancer les fonds sans que l'agriculteur ait à débourser comme cela se fait actuellement 

- Appuyer le financement de la première mise en culture souvent décisive pour la production agricole 

- Contribuer à ramener de l’eau dans les Hauts pour augmenter la production de l’élevage.

 

Thierry Robert propose également le "chèque Personnes âgées/Commerces et services de proximité"  (fonds d'aide de 10 millions d'euros/an ) à valoir exclusivement dans les commerces et services de proximité (boucheries, charcuteries artisanales, commerces de fruits et légumes,  coiffeur, cordonnier...) permettra de booster la consommation du « Made in Réunion".


Thierry ROBERT



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Septembre 2020 - 15:00 Alain BENARD : Candidat sur la 2e

Dimanche 30 Août 2020 - 08:17 Le combat continue