sak ifé nout jordu ék nout demin

St-Louis : Hamilcaro présente à plus de 450 employés communaux, sa gestion des ressources humaines


Édito
Mercredi 22 Mai 2013

Cyrille Hamilcaro et Patrick Malet, conseillers généraux de Saint-Louis, préparent déjà la relève. Et ce quelle que soit la configuration qu'aura la commune de Saint-Louis lors des Municipales 2014. Les deux élus ont expliqué hier dans une salle de l'Etang-Salé, à plus de 450 employés communaux, à quoi ressemblera l'organisation du travail et l'organigramme des travailleurs après mars 2014. Pas question de revivre 2008…


St-Louis : Hamilcaro présente à plus de 450 employés communaux, sa gestion des ressources humaines
Claude Hoarau, Cyrille Hamilcaro et Patrick Malet ont un objectif commun : tourner dans les meilleures conditions, la page des années de conflit permanent qui ont déchiré des familles et la ville de Saint-Louis. Cette démarche entreprise depuis 2011, a apporté de nouveaux comportements. "Fini le flicage des salariés municipaux par des gros bras et des proches zélés". Hier en fin de journée, ils étaient tout de même plus de 450 agents municipaux (sur 1.500 invitations lancées) à avoir répondu à l'invitation de Cyrille Hamilcaro et Patrick Malet.

Les deux conseillers généraux ont souhaité exposer leur vision de la gestion des ressources humaines de la mairie de Saint-Louis (et de La Rivière au cas où), au plus grand nombre d'employés communaux. Les deux politiques ont insisté sur le respect de l'être humain. "Pas question qu'un individu aille débarquer un travailleur municipal, sous le prétexte, parce qu'il a voté pour le maire nouvellement élu, qu'il a le droit de le jeter dehors et de prendre sa place. Il n'est pas question que des agents revivent ce qu'il s'est passé en 2008".

A l'issue des Municipales de cette année-là, et de la défaite de Cyrille Hamilcaro (maire sortant), et de la victoire de Claude Hoarau, il y a eu une chasse aux sorcières très médiatisée. Les salariés qui étaient connus pour être proches de l'ancien maire, ont subi des pressions, des menaces, du harcèlement moral… pour les obliger à laisser leur emploi, à des partisans communistes… "Plus jamais ça ! Notre priorité doit rester le respect de l'être humain".

"Nous aurons une vraie gestion des ressources humaines. Nous aurons un organigramme détaillé et précis des tâches et missions que nous aurons à mener. Nous serons au service de la population, chacun à sa place et tout le monde au travail…"




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit