sak ifé nout jordu ék nout demin

Requin : Pour éviter que la situation ne s'aggrave...


Politique
Dimanche 26 Avril 2015

J'ai réalisé l'an dernier l'étude sociale relative à la crise requins en faveur de la préfecture de La Réunion. Je souhaite m'exprimer à propos des conclusions de la visite de Madame la ministre des Outre-mer.


Les interrogations qui ont suivi l'annonce de ses huit initiatives se font nombreuses. Je ne me prononce pas à propos de leur contenu. Je ne suis pas spécialiste de ces aspects-là. En revanche une analyse de leur démarche se révèle utile. À ce qu'on peut comprendre, dans l'ordre de l'esquisse extrêmement résumée qu'en ont effectuée les medias, ces initiatives préconisent :

- Un effort accru pour sécuriser des sites de baignade et d’activités nautiques
- Une augmentation maîtrisée des prélèvements des requins tigre et bouledogue
- La recherche de solutions durables pour commercialiser les requins pêchés
- La préservation des équilibres fragiles au sein de la Réserve Marine
- L’intensification des efforts de connaissance scientifique
- Un soutien renforcé aux associations de prévention
- L’accélération de la mise en place du centre de ressources et d’appui
- La relance du tourisme à la Réunion.

L'inventaire, tel en tout cas qu'il est présenté, associe curieusement des finalités et des moyens, assemblage qui attire inévitablement l'attention. La proposition essentielle, de l'augmentation dite "maîtrisée" de la pêche (soit 50% de sorties Cap Requin en plus), est celle qui provoque le plus de réactions. Les 7 autres propositions dont elle est assortie semblent être estompées par l'importance que lui concèdent les positions antagonistes mutuelles. Bien qu'elles s'accordent toutes logiquement sur la sécurisation des sites d'activités nautiques.
Quatre observations à propos de cette préconisation :

1 - La décision d'intensification de la pêche semble être déterminée essentiellement sous la pression d'une partie de la population littorale... N'associant pas la totalité des acteurs concernés, elle va donc entraîner des réactions plus ou moins importantes, violentes et répétitives. Ce canevas, identique à tous les scénarios similaires, au lieu d'abréger la crise et de résoudre les questions qu'elle pose, risque bien d'aboutir aux prolongements redoutés que l'on souhaitait éviter.

2 - Cette résolution d'amplification des "prélèvements" ne peut pas suffire à rassurer. S'attaquant de façon opiniâtre au symptôme que représentent les attaques meurtrières des bouledogues, elle continue à s'inscrire dans l'ignorance absolue des chaînes de leurs causalités premières.

3 - Dans ce type de positionnement, l'incompréhension des causes accompagne souvent la méconnaissance des conséquences et des répercussions auxquelles s'attendre. Le caractère inconnu des éventuels déséquilibres provoqués dans les écosystèmes dans lesquels nous intervenons, exige non seulement les efforts que soulignent au moins deux des résolutions préconisées par la ministre (préservation des équilibres au sein de la RNM et efforts de connaissance scientifique), mais pourrait faire utilement l'objet d'une concertation dense et confiante des divers intervenants concernés.

4 - Plus immédiatement préoccupant, aucune des initiatives proposées par Madame la ministre ne s'intéresse aux fondements d'une pédagogie du risque et des conditions qui la rendrait efficace. Les avertissements et les panneaux sont insuffisants. Quelles que soient les mesures préconisées, elles ne peuvent ignorer à quel point tout pratiquant, s'imaginant enfin en sécurité, peut être exposé à l'imprévisibilité du risque. En plus de veiller à la sûreté des sites, il importe de faire en sorte que les gens soient en capacité d'assurer au mieux leur autoprotection. Et comprennent la nécessité de renoncer, en toute circonstance, à croire qu'ils peuvent entrer dans l'eau comme on va dans son jardin. Relevant des données avancées de la communication sociale, une démarche éducative générale s'impose donc.

Pour toutes les raisons évoquées dans ces lignes et nombre d'autres, je suggère à nouveau qu'un forum permanent de l'ensemble intégral des acteurs concernés devrait être organisé. Regroupant les autorités institutionnelles, les leaders associatifs au moins et les militants de tous bords, animé et organisé sur les bases d'informations objectives et vérifiables, bénéficiant de règles de fonctionnement fondées sur l'engagement, l'écoute et le respect réciproques, il constituerait une aide profitable et consensuelle au futur centre de ressources et d'appui.

Arnold Jaccoud



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Septembre 2020 - 15:00 Alain BENARD : Candidat sur la 2e

Dimanche 30 Août 2020 - 08:17 Le combat continue