sak ifé nout jordu ék nout demin

Rassemblement pour la reconnaissance de l’Etat de Palestine


Politique
Mardi 2 Décembre 2014

Le groupe socialiste de l’Assemblée nationale a présenté une résolution en faveur de la reconnaissance de l’Etat de Palestine. Après avoir été débattu dans l’hémicycle vendredi 28 novembre, il sera soumis au vote de l’Assemblée nationale, le mardi 2 décembre.


A cette occasion, la députée de la première circonscription de La Réunion organise un rassemblement, le 2 décembre, sur le parvis des Droits de l’Homme, à Champ Fleuri, à partir de 17h30. 

Cette manifestation a vocation à rassembler les personnes qui souhaitent se mobiliser pour la paix et inciter le retour des négociations entre les deux Etats. 

De nombreuses personnalités politiques et religieuses seront présentes. 


Éricka Bareigts



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Bayoune le 02/12/2014 05:28
Les pro - sionistes du PS et du gouvernement amusent le peuple et se font plaisir sur le dos des martyrs Palestiniens

L’Etat français, avec son Parlement s’apprête à voter une reconnaissance « symbolique, non contraignante, donc sans valeur juridique » de l’Etat Palestinien. Le gouvernement français ne devrait-il pas exiger tout simplement la restitution de la totalité des terres occupée de Palestine aux Palestiniens
Ainsi les sosionistes au gouvernement pensent se tirer à bon compte, font de la récupération politicienne des martyrs Palestiniens. Ericka Bareights, député PS, entend répéter demain 2 décembre la mascarade du 3 août dernier à Champfleury. En kaparèr, les sosionistes masqués en LDH, parasitait le Collectif Réunionnais Palestine. A bon compte les socialistes se font plaisir. Le vote des députés français est un leurre dépourvu de portée juridique pour tromper l’opinion publique, et les pro Palestiniens au PS. C’est vrai que des élections approchent, tellement discrédités, ils tentent ainsi de racheter leur déficit. La politique française et européenne maintiennent l’ambiguïté, rappelons nous les manifs pro Palestiniennes de juillet interdites à Paris, des manifestants ont été condamné pour délit de solidarité. La démarche hypocrite du gouvernement français pro-sioniste, de reconnaître un Etat Palestinien croupion, n’est-elle pas de contraindre le peuple palestinien à accepter la colonisation Israélienne comme un Etat de fait sur sa terre.
Peut –on imaginer un instant, Hitler demandant aux français d’accepter un Etat allemand sur la partie du territoire occupée par les nazis ?
Les palestiniens n’ont pas à désespérer. L’Etat sioniste existe seulement depuis 67 ans, il n’a pas plus de légitimité historique ou morale, ni d’avenir que les « départements français d’Algérie » qui durèrent 132 ans… La résistance des patriotes Algériens mis fin à l’occupation française. La solution de deux Etats avec la même capitale portés par les socialistes français, c’est la perpétuation de la guerre et des massacres de palestiniens. C’est insupportable, çà frise le crime contre l’humanité. En Azanie ( Afrique du Sud) l’abolition de l’apartheid a ramené la Paix, ce serait un exemple pour la Palestine martyrisée.
« Depuis 1997, les Etats de l’Union européenne ont signé un accord" d’association relatif aux échanges et à la coopération et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), mouvement de libération nationale. Cet accord qui est précédé de l’affichage des meilleures intentions, jugez-en :
« Considérant l’importance des liens existants entre la Communauté et le peuple palestinien de Cisjordanie et de la bande de Gaza et les valeurs communes qu’ils partagent;
« Considérant que la Communauté et l’OLP souhaitent renforcer ces liens et établir des relations durables fondées sur le partenariat et la réciprocité;
« Considérant l’importance que les parties attachent aux principes de la charte des Nations unies, en particulier au respect des droits de l’homme, des principes démocratiques et des libertés politique et économique, qui constituent le fondement même de leurs relations […] »
Donc la Communauté européenne et l’OLP sur pied d’égalité, appliquant le droit de l’ONU, en précisant que le texte de l’accord prend pour frontières celles existant en 1967. Oki ?
Pour ce qui est de la France, elle reconnaît le passeport palestinien, applique les droits de douane sur les produits palestiniens, ce qui est la plus explicite reconnaissance des frontières, et elle accrédite à la tête de la Mission de Palestine, un Ambassadeur. En Novembre 2012 à l’ONU, la France a voté pour la reconnaissance de la Palestine à l’ONU comme « État observateur non membre ». Donc Etat.

Tout serait donc clair… Et alors pourquoi tous ces débats ? Parce que ces grandes déclarations ne veulent rien dire si on en reste à la proclamation, et qu’on ne répond pas à quatre questions simples.
1/ Un Etat suppose la maitrise du territoire, et ne peut s’imaginer avec des colonies étrangères. L’Assemblée vote-t-elle aussi pour le démantèlement des colonies ?
2/ Un Etat suppose une capitale. L’Assemblée vote-t-elle pour Jérusalem-Est comme capitale de la Palestine, ce qui suppose la restitution des quartiers colonisés ?
3/ Un Etat suppose la continuité territoriale. L’Assemblée vote-t-elle pour la levée des check-points à l’intérieur du territoire de l’Etat de Palestine, avec libre circulation entre la Cisjordanie, Gaza, et Jérusalem-Est ?
4/ Un Etat suppose le respect du droit de l’ONU. L’Assemblée vote-t-elle pour l’exercice du doit au retour de tous les réfugiés palestiniens, tels que prévue par la résolution 194 du 11 décembre 1948 ?
La réponse à ces questions nous permettra de mieux comprendre la démarche du parlement. Et comme la réponse est « non » à chacune de ces questions, nous n’avançons pas d’un centimètre. »

http://lesactualitesdudroit.com/2014/11/28/1579/
le 2 décembre 2014
KDAS
Kolèktif Domoune Atèr Solidèr


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Septembre 2020 - 15:00 Alain BENARD : Candidat sur la 2e

Dimanche 30 Août 2020 - 08:17 Le combat continue