sak ifé nout jordu ék nout demin

Qui avai(en)t intérêt à minimiser la portée exceptionnelle de la conférence de presse d'Huguette Bello ?


Édito
Mercredi 22 Février 2012

Il y a des jours certains politiques prennent vraiment les Réunionnais pour des idiots. Tout le désordre de ces deux derniers jours, avait aussi pour objectif : faire passer au second plan, la décision d'Huguette Bello de maintenir sa candidature dans la deuxième circonscription pour les Législatives. La cherté de la vie est, il est vrai, un excellent prétexte…


Qui avai(en)t intérêt à minimiser la portée exceptionnelle de la conférence de presse d'Huguette Bello ?
Rétrospective. Mercredi dernier, Jean-Bernard Caroupaye, président de la FNTR, et Jean-Hugues Ratenon, président de l'ARCP, ont accepté la mort dans l'âme de mettre fin à leur mouvement pour la baisse de 25 cts/l de carburant. Car l'ordre venu de l'Elysée a été relayé par des personnalités politiques influentes à La Réunion. "Il n'était pas question que le président de la République, Nicolas Sarkozy annonce sa candidature dans un désordre sans nom à La Réunion".

Les deux présidents ont obtempéré mais n'ont pu sauver la face. C'est chose faite depuis hier. Car, l'opportunité leur a été donnée de le faire. Jean-Bernard Caroupaye et ses transporteurs ont fait le siège de la SRPP. Selon son mode opérationnel habituel, Jean-Hugues Ratenon a conduit une manifestation contre la vie chère devant une grande surface de Saint-Benoît. La presse a suivi minute par minute l'évolution de la situation.

La présence de Thierry Robert de Saint-Leu devant la SRPP, et de Jean-Yves Langenier, maire du Port, pour calmer des jeunes venus dégrader une galerie commerciale, même si elle est spontanée et sincère, à ajouter à la dimension de la mobilisation de ces deux jours. Ces deux candidats aux Législatives dans la deuxième et la septième circonscriptions, ont aussi fait l'actualité. Au moins autant qu'Huguette Bello qui a confirmé sa candidature dans la deuxième contre Jean-Yves Langenier.

Les incidents du Port hier en fin d'après-midi, et du Chaudron, le soir, sont explicites :
- il y a bien une sous-évaluation du problème de cherté de la vie à La Réunion. Et comme ne cesse de le répéter Jean-Hugues Ratenon, président de l'ARCP, "les Réunionnais doivent se mobiliser ;
- il y a aussi une prise de conscience au sein de la population. Seule la solidarité du peuple réunionnais pourra réduire les injustices, et non pas quelques hommes politiques mégalomanes et avides de pouvoir et d'argent, qui n'ont pas pu ou voulu casser les monopoles et les rentes de situation. Et, qui ne pensent qu'a manipuler les Réunionnais dans leur seul intérêt ;
- il y a enfin une grande, une très grande souffrance au sein de la population, ce qui fragilise les individus, et permet à certains de facilement les manipuler.

Il ne s'agit pas ici de remettre en cause la légitimité du mouvement mené par Jean-Hugues Ratenon et Jean-Bernard Caroupaye. Loin de là. La mobilisation est légitime. Et plus jamais indispensable. Il faut amplifier le mouvement. Toutefois, nous pouvons déplorer et regretter que des politiques égocentriques profitent de ce désordre social et de leur influence pour légitimer leur action ou stratégie.

D'où la question : Qui avai(en)t intérêt à minimiser la portée exceptionnelle de la conférence de presse d'Huguette Bello, hier ? Car, cette conférence de presse marque bien un moment essentiel de la vie du PCR tel qu'il a été fondé par Bruny Payet, Paul Vergès et d'autres camarades en mai 1959. Le PCR va sa scinder en deux...




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit