sak ifé nout jordu ék nout demin

QUAND L'EXÉCUTIF SOCIALISTE PREND L'EAU DE TOUTE PART


Politique
Vendredi 18 Mars 2016


« Je ne veux être jugé que sur un seul objectif : est-ce que les jeunes vivront mieux en 2017 qu’en 2012 ? Je demande à être évalué sur ce seul engagement, sur cette vérité, sur cette seule promesse », avait claironné le candidat François Hollande avant d'accéder aux plus hautes responsabilités de l'État. Quatre (longues) années se sont déjà écoulées, et c'est un président aux abois, désavoué par les Français, contesté par ses propres ministres - ainsi, M. Mandon, secrétaire d'État à la Réforme de l'État, a jugé « indispensable » une primaire pour le PS et ses supplétifs ! -, n'ayant même plus de majorité solide et menaçant en permanence de recourir au 49.3, qui tente aujourd'hui désespérément de sauver la face. À défaut de s'efforcer de sauver la France... Reconnaissons–lui au moins qu'il se fixe des objectifs à sa mesure.

L'échec de l'exécutif socialiste est d'autant plus incontestable que François Hollande a promis à de multiples reprises qu'il parviendrait à « inverser la courbe du chômage » avant la fin de l'année dernière, allant jusqu'à ériger cet engagement en véritable totem de la réussite (espérée) de sa politique économique. Las, les tripatouillages statistiques n'y font rien : le chômage massif continue de frapper notre pays, des plus jeunes aux plus âgés. Et ce n'est pas en radiant des chômeurs, ni en revenant sur leur indemnisation, qu'on améliorera la situation ! Ce n'est pas non plus avec le projet de loi El-Khomri qui cumule fragilisation des salariés et oubli total des TPE et PME, entreprises à taille humaine qui sont pourtant les plus à même de créer de l'emploi durable.

Les dégâts causés par son action, et très souvent son inaction aussi, ne se limitent pas là. L’école, la famille, la justice, notre tradition d'une voix forte et indépendante en politique étrangère, rien n'aura été épargné ! Et à l'approche de 2017, seuls comptent désormais dans les choix qu'il fait (repensons à la composition du gouvernement) les petits équilibres et les petites tensions de sa famille politique décomposée. On s'échinerait en vain à chercher, dans tout ça, l'intérêt général...

François Hollande voulait laisser une « trace dans l'histoire ». C'est chose faite : celle d'un fiasco absolu que nos compatriotes n'oublieront jamais. Marine, vite !


Secrétaire Général du Front National

Nicolas BAY



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Septembre 2020 - 15:00 Alain BENARD : Candidat sur la 2e

Dimanche 30 Août 2020 - 08:17 Le combat continue