sak ifé nout jordu ék nout demin

Philippe Leconstant : "L'obstacle à l'unité totale et entière du PS est relationnel"


Invité(e)
Lundi 22 Octobre 2012

Quatre cents délégués à la salle Candin à Saint-Denis pour le congrès des bonnes notes. Le premier secrétaire fédéral, Gilbert Annette, a rendu une copie impeccable. Presque du 20/20. Ce qui rend aussi la tâche de son successeur particulièrement délicat. Philippe Leconstant qui sera élu le 15 novembre prochain, se prépare à relever le défi. Conscient des obstacles, des enjeux et des attentes des Réunionnais, le Bénédictin a fait de l'unité du PS, son principal objectif. Entretien.


Philippe Leconstant : "L'obstacle à l'unité totale et entière du PS est relationnel"
Quels enseignements vous tirez de ce congrès ?
C'est toujours un grand moment de se retrouver entre socialistes. C'est un grand moment qui rythme la vie de notre parti. C'est toujours un grand moment de rassembler 400 délégués, représentant 21des 24 sections du parti. C'est vrai, il manquait St-Joseph, le Tampon et Saint-Rose. C'était déjà le cas lors du précédent congrès. C'est leur choix. Croyez bien que je le regrette.

Quel bilan faites-vous de la mandature de Gilbert Annette en tant que premier secrétaire fédéral ?
Jamais notre parti n'a remporté autant de succès électoraux. Nous sommes présents partout. Ce bilan collectif est extrêmement positif. Ce bilan est également historique. Nous pouvons en être, tous, très fiers.

Comment allez-vous négocier la transition dans le contexte que vous connaissez bien ?
Je tiens d'abord à rappeler que ce n'est pas fait. Je suis pour l'heure candidat au poste de premier secrétaire fédéral du PS. L'élection aura lieu le 15 novembre. Nous avons déjà élus 26 membres sur les 39 que compte le Conseil fédéral. Ceci étant, il est vrai que la tâche du successeur de Gilbert Annette ne sera pas simple. D'abord d'un point de vue politique. D'une part, nous avons tous les leviers et d'autre part, les attentes de la population sont multiples et urgentes.

Vous avez une obligation de résultats ?
Tout à fait. Nous sommes confiants. Nos parlementaires en étroite collaboration avec le gouvernement, effectuent un travail énorme depuis quatre mois. Les premiers résultats sont encourageants.

Craignez-vous que la mésentente entre Gilbert Annette et Patrick Lebreton, aboutisse à la création d'un mouvement "parallèle" dans le Sud ?
Si la seule motivation à la création d'un autre mouvement, c'est la mésentente entre Gilbert Annette et Patrick Lebreton, à partir du 15 novembre, cette motivation aura disparu. Et, nous devons continuer à travailler à résorber les tensions actuelles.

Quelle sera votre stratégie pour construire l'unité du PS local ?
Il n'y a pas au sein de la famille socialiste de La Réunion de divergences idéologiques. Nous sommes tous d'accord sur nos engagements, les orientations du gouvernement. Le consensus est fort sur les priorités que nous avons déjà définies. L'obstacle à l'unité totale et entière du parti est relationnel. Les relations sont difficiles et compliquées entre deux principaux responsables de notre parti.

Comment aplanir les tensions, et favoriser le dialogue entre eux ?
L'intérêt des Réunionnais doit rester notre seule priorité. Nous avons gagné dans l'union. Nous avons une tâche difficile et passionnante à accomplir. Plus que jamais nous devons être unis. Le futur premier secrétaire fédéral et la nouvelle direction auront aussi pour objectif de définir le cadre et les conditions pour créer l'union de tous les socialistes.

Quelle sera la position du futur secrétaire fédéral du PS, concernant la démission ou de leur mandat "exécutif" des députés Jean-Jacques Vlody, Patrick Lebreton et Jean-Claude Fruteau ?
Cette question est traité dans sa globalité au niveau national. Tous les députés socialistes ont déjà annoncé qu'ils respecteront la loi sur le cumul des mandats, et ce dès son entrée en vigueur.

Cet accessit au poste de premier secrétaire fédéral vous consolide pour conduire la liste socialiste aux Municipales de 2014, si Jean-Claude Fruteau est empêché par la loi sur le cumul des mandats ?
Saint-Benoît est bien sûr une de mes priorités. J'ai été élu sur la liste conduite par Jean-Claude Fruteau. Il est évidemment légitimité pour mener la prochaine bataille. Maintenant, si le député-maire décide de ne pas le faire, j'aviserai.

Quelle sera la position du PS que vous allez défendre au sein de la majorité du Conseil général ?
Nous sommes dans une majorité plurielle. En mars 2011 avec le PCR et les "Modéré", comme cela avait été le cas en mars mars 2008, nous avons décidé de repartir sur un projet pour La Réunion. Le PS et moi-même, nous sommes pour le respect des engagements. Mais c'est vrai aussi qu'on ne peut présager de rien...




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par blacko le 22/10/2012 11:48
il va prendre avec lui la petite (...) ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger