sak ifé nout jordu ék nout demin

Paul Vergès : "Ensemble, élaborer le Pacte pour La Réunion en danger"


Dans la presse
Lundi 18 Novembre 2013

Le mercredi 13 novembre, au Sénat, le ministre des outre-mers, Victorin Lurel, s'est adressé aux sénateurs d’outre-mer et aux membres de la commission des affaires économiques. Lors de cette longue audition, le Ministre a tout d’abord présenté la « mission outre-mer » du projet de loi de finances 2014, mettant l’accent sur le fait que les crédits de cette mission ont connu une légère augmentation par rapport aux crédits de l’an passé.


Soulignant que cela était le gage d’une réelle prise en compte par le gouvernement des problèmes rencontrés par les outre-mers, le Ministre a également abordé la question du futur projet de loi « compétitivité des outre-mers », en cours d’élaboration.

Dans son intervention, le Sénateur VERGES a rappelé les chiffres officiels communiqués par les services de l’Etat à François CHEREQUE, lors de sa récente visite à La Réunion. : 343.000 personnes vivent sous le seul de pauvreté, (42% de la population), 165.000 demandeurs d’emplois, 116.000 illettrés, 60% des jeunes au chômage, 25.000 demandes de logement social etc. etc. etc.

Au-delà des mesures budgétaires dont discutent les Réunionnais, le problème essentiel est le suivant : quelle efficacité réelle pour l’immédiat, et surtout pour l’avenir de La Réunion, auront les dispositions annoncées par le Ministre ?

A la lumière de la réalité objective des conséquences de la crise structurelle à La Réunion et celles dans le monde, en Europe et en France, il est évident que la crise à La Réunion, par son ampleur et sa gravité, est sans comparaison avec celle de la France en général et même avec celle de la Bretagne en particulier.

Alors, pourquoi un pacte pour les Bretons et non un pacte pour La Réunion, où la situation est infiniment plus grave ?

Les éléments de réponse du Ministre seront une confirmation du point de vue de notre analyse :

Il faut envisager « la fin de la canne à sucre », en fonction de la suppression des quotas en 2017 ;
Dans la répartition des crédits européens du POSEI, c’est la confirmation que la filière banane aux Antilles aura une part prépondérante par rapport à la filière canne à La Réunion.
Pour l’octroi de mer, c’est la confirmation que l’application du nouveau régime se fera en juillet 2014, avec l’application aux entreprises au-delà de 300.000 euros de chiffre d’affaires.
Pour le RSTA, déjà supprimé, et pour le COSPAR, supprimé dans quelques semaines, c’est aux entreprises de prendre le relais.
En ce qui concerne les inégalités de revenus, c’est aux entreprises de faire l’effort pour compléter le fossé entre les 53% du secteur public d’Etat et les revenus du secteur privé.
En ce qui concerne la progression de la population (150.000 habitants en plus, à la fin de la transition démographique), le ministre met en avant comme cause « la fécondité des femmes réunionnaises ».

Le ministre, rappelant sa récente visite à La Réunion, demande à tous les Réunionnais de cesser « de se plaindre » et de prendre leurs responsabilités.

Voilà les Réunionnaises et les Réunionnais avertis, et mis au pied du mur.

Dans les 24 communes de La Réunion, dans les 7 circonscriptions législatives, il y a des pauvres, des chômeurs, des sans emplois, des mal logés, des centaines de petites et moyennes entreprises endettées ou en difficulté, etc. etc. tous sont avertis.

Les élus – maires, conseillers généraux, conseillers régionaux, parlementaires -, sont avertis et doivent faire face à leurs responsabilités.

La Réunion est en danger.

Au delà de leurs intérêts différents, ou divergents, tous les acteurs économiques, sociaux, politiques, en pleine conscience de cette situation, doivent se concerter, face à l’ampleur de la catastrophe annoncée, afin de définir un programme réunionnais acceptable par tous, pour élaborer le Pacte de La Réunion en danger.

Il faut montrer à Paris que La Réunion ne se plaint pas mais élabore, en toutes responsabilités, un pacte pour sauver La Réunion.

Sénat



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Saint Denis D'Abord ! le 18/11/2013 04:20
Oh tristesse !
D’un côté Paul VERGES et de l’autre le Ministre des outre-mers, Victorin Lurel, font la paire pour avoir voté HOLLANDE en toute connaissance de cause !
La République s’enfonce peu à peu à cause de ces élus caviar .

2.Posté par AMH le 18/11/2013 06:13
Un pacte pour sauver la Réunion
Mais Paul, c'est l’hôpital qui se fiche de la charité

Un pacte quand dans ton propre parti tu as évincé les tiens que tu traites de traîtres
un pacte quand tu as toujours mené une politique de division
Un pacte quand tu as toujours agit pour favoriser ton parti
Un pacte quand aujourd'hui face à la politique désastreuse de Hollande, président que ton parti a défendu bec et ongle nous coule
On ne vous entends plus vanter la politique du président

Quel pacte avec ton parti.... où les Réunionnais?

La Réunion traverse comme en France une crise; et tous les Hommes politiques, en passant par le couple Dindar et le dangereux populo TR ne parlent qu'au nom de leur ego et de leurs partis. Et oui aujourd'hui, on remet en course ce cheval boiteux UMP qui nous le savons fait peur aux hommes politiques à la Réunion, à commencer par les élus de droite eux mêmes.

Quelle image vous véhiculez pour redonner des couleurs à la démocratie bien malade?

Et nous dans tout cela , inondés par la vague de la consommation productrice de déchets
Et nous engloutis dans ce chômage qui fait mal
Et cette jeunesse diplômée obligée de quitter leur pays natal pour trouver un emploi
Et cette jeunesse sans diplôme en errance
- Comment assurer l'avenir ?
Et notre île qui s'engouffre dans les embouteillages
Et toutes ces familles qui tirent le diable par la queue pour faire face aux dépenses quotidiennes

Où sont les projets communs?
Et quand il en a , que ce soit le tram train ou actuellement la NRL , vous les élus au pouvoir , vous vous arrachez la panse non pas pour défendre le projet mais pour empêcher l'autre camp d'avancer

Et quand le ministre du travail vient à la veille d'une élection nous garnir d'emplois aidés... des miettes et encore une politique d'assistanat, tous heureux vous sautez en l'air car c'est du pain béni pour gratter les voix , et oui politique clientéliste...

Où va -t-on ? .... sûrement pas vers une union pour une Réunion en danger
Le peuple en silence cultive sa rébellion...

3.Posté par manuel le 18/11/2013 11:54
comment faire pour avoir de l'aide pour revenir a la réunion, je suis fonctionnaire, le froid assez, abus des blancs ici sur les outremer STOP jai mon père seul a la run, Malade je veux être avec lui, pourquoi les zoreil ont meur place a la réunion et nous creole on ne peux pas travailler dans notre pays, Mr verges pouvez vous m'aider, vous avez un oeil de père sur notre pays, vous êtes heureux quad le dimanche vous êtes entourés je veux aussi que mon père soit entouré
et soigné être avec lui avant sa mort en tout cas, merci merci

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Avril 2016 - 07:43 ​DROIT DE RÉPONSE

Mardi 3 Février 2015 - 19:14 La première d'après qui ?