sak ifé nout jordu ék nout demin

Paul Vergès : "Dépasser les discours hypocrites sur le "vivre ensemble réunionnais"...


Invité(e)
Lundi 30 Mai 2011

... et s’interroger sur les séquelles de trois siècles d’esclavage, d’engagisme et de colonisation.


Paul Vergès : "Dépasser les discours hypocrites sur le "vivre ensemble réunionnais"...

"Cette personnalité politique de niveau international, candidat à la présidence de la République, présentée comme étant celle qui avait le plus de chances de l’emporter, a ainsi fait l’objet à New York, d’une arrestation spectaculaire, relayée par tous les media. Les images qui nous ont été présentées ont fait le tour du monde, et tout particulièrement en France.



On a vu alors s’instaurer une convergence pour aborder la question de la procédure de la justice américaine et son aspect nouveau par rapport aux procédures en France : son arrestation dans un avion, sa présentation en garde à vue, pour une durée de 30 heures, entravé par des menottes.



Compte tenu du caractère totalement nouveau de cette procédure par rapport à celle en vigueur en France, on a donc vu une convergence des commentaires se scandalisant de cette forme d’interpellation. Convergence aussi d’une partie de la classe politique française présentant cette affaire comme invraisemblable, incitant ainsi les amis de l’intéressé à publier des messages de solidarité vis à vis de lui, de sa femme, de sa fille, de toute sa famille.



On a mis en avant le principe intangible de la procédure française « toute personne mise en cause a droit à la présomption d’innocence tant qu’elle n’est pas condamné ».



A cela, s’ajoute la communication sur l’idée d’un complot international, à la base de l’événement.

Que l’on puisse donner un point de vue, en France, de la procédure américaine, des conditions de l’arrestation, de l’interpellation médiatisée, de la présentation en garde à vue avec des menottes, d’accord. Mais de là à présenter, au-delà du principe de présomption d’innocence, uniquement des arguments qui plaident l’innocence, il y a un pas qui a été franchi.



Or cette affaire concerne deux personnes, et porte sur une accusation très grave d’agression sexuelle, de viol etc. Mais il n’y a jamais eu un mot pour l’autre personne, celle qui portait les accusations.



A tel point qu’on a vu un ancien ministre français, au delà de l’expression de sa solidarité avec Dominique Strauss Kahn, exprimer un avis sur ces accusations, à ses yeux guère vraisemblables, d’autant plus que, à ses yeux, « il n’y a pas eu mort d’homme dans cette affaire » !



On se demande comment une majorité de commentateurs de presse, sinon la totalité, une partie des amis de l’intéressé ont pu avoir une telle attitude de solidarité, sans même avoir un mot pour la victime.



On espère connaître un jour la vérité sur les faits de cette histoire. Mais si jamais, c’est la thèse de la victime qui l’emporte, comment ces journalistes, ces hommes politiques pourront justifier leur attitude dans cette affaire ?


Lire la suite : http://blog.paulverges.fr/que-faire/depasser-les-discours-hypocrites-sur-le-%C2%AB-vivre-ensemble-reunionnais-%C2%BB-et-s%E2%80%99interroger-sur-les-sequelles-de-trois-siecles-d%E2%80%99esclavage-d%E2%80%99engagisme-et-de-colonisation


Jismy Ramoudou



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Marie Claude Barbin le 01/06/2011 13:03
La femme sans visage.
L'image d'un homme à terre, puissant, menoté, faisant "le buzz" sur le net et ailleurs, a suscité beaucoup d'émotions, de compassion, au détriment de la victime, qui elle, n'a pas de visage. Difficile pour l'être humain, de s'identifier à quelqu'un qu'on ne voit pas!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger