sak ifé nout jordu ék nout demin

Patrick Lebreton : NON à la remise en cause de la surrémunération


Politique
Jeudi 25 Juin 2015

A l’occasion de la présentation du rapport sur la trajectoire des finances publiques à l’Assemblée nationale ce mercredi 24 juin, j’ ai interpellé Didier Migaud, Premier Président de la Cour des Comptes, sur la préconisation récurrente de cette administration de remettre en cause la surrémunération dans les Outre-mer.


Patrick Lebreton : NON à la remise en cause de la surrémunération

Malgré les progrès de la lutte contre la vie chère obtenus grâce à la loi Lurel (notamment contre les frais bancaires abusifs que j'ai combattus avec succès ),  j’ai rappelé à M. Migaud que la vie restait très chère en Outre-mer. Ce phénomène est très durement ressenti par nos familles. Cette compensation salariale n’est pas un avantage mais une compensation. Elle n'est pas la cause de la vie chère, mais sa conséquence !

Néanmoins, le Premier Président de la Cour des Comptes a réaffirmé sa volonté de « remettre ce sujet sur la table ».

Cette volonté de remise en cause de la surrémunération, sans même une étude sur son impact économique, n’est pas acceptable ! Les fonctionnaires ultramarins ne doivent pas être sacrifiés sur l’autel de la maîtrise des finances publiques, d'autant plus que la surrémunération permet d’orienter vers nos entreprises, vers nos PME, vers nos artisans, des crédits vitaux qui ont un vrai impact sur l’emploi salarié.

A l’heure où le Président de la République a lancé le projet pour l’Egalité Réelle dans les Outre-mer, la remise en cause de ce dispositif  (mais aussi de la défiscalisation et de la LBU …) apparaîtrait surtout comme une régression et une réelle provocation.

Dans les prochains mois, je m'opposerai au travail de lobbying mené par certains, dans l’Hexagone, contre l’intérêt des Outre-mer et des ultramarins.


Patrick Lebreton



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Goutsa le 28/06/2015 09:30
Monsieur le député, qu'attendez-vous pour réclamer la majoration et l'indexation du SMIC, des salaires du secteur privé et de toutes les allocations sociales versées aux Réunionnais. La surrémunération n'est qu'une séquelle de la "colonisation". Il est surprenant d'entendre régulièrement "nous lé français, nous lé pas plus, nous lé pas moins" et se battre pour le maintien d'un dispositif qui aurait dû disparaître des dizaines d'années. Les échéances électorales ne doivent pas justifier des comportements corporatistes qui favorisent les plus aisés de notre société. La suppression de la surrémunération permettrait entre autres, monsieur le député-maire, de titulariser les agents communaux sous le joug de leur employeur, corvéables à merci et utilisés en qualité de militants obligés.

2.Posté par FRONT NATIONAL-974 le 29/06/2015 16:08
ET QUE PENSES-TU DES TRAVAILLEURS AU SMIC, OU DES RETRAITES QUI TOUCHENT 33 EUROS PAR MOIS monsieur le député ? Si tu étais un député honnête, tu demanderais la SURREMUNERATION POUR TOUS, car la vie est encore plus dure pour cette population. JCOB

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Septembre 2020 - 15:00 Alain BENARD : Candidat sur la 2e

Dimanche 30 Août 2020 - 08:17 Le combat continue