sak ifé nout jordu ék nout demin

On fait jouer le Séga dans le musée du sucre


Culture - Kiltir
Samedi 21 Septembre 2019

Une exposition à visiter dans le cadre des journées européennes du Patrimoine: Tchiéga, Séga


Hier, l’histoire nous le rappelle souvent.
Il a été mis en opposition le Séga et le Maloya pour des besoins de pouvoir.

Il est alors venu le temps de la réconciliation.

Il s’agit de faire la paix avec soi-même… avec notre histoire

Le Réunionnais doit faire la paix avec lui même.

C’est sûr que ce n’est pas une chose facile… Comment faire la paix avec moi-même ?
C’est le chemin d’une nouvelle respiration à l’air libre… un pas de plus vers cette émancipation voulue.

Alors il faut tenter de comprendre… Comment cette musique est arrivée jusqu’à nous et pourquoi…
et que transporte t-elle de si important pour avoir réussi à traverser notre temps…

Beaucoup de questions avec lesquelles nous devrons encore nous familiariser…

Dans une société de plantation ou le rapport à l’écrit était toujours à l’avantage des possédants, il a fallu trouver des codes pour transmettre hors de l’écrit nos fonnkér et nos zistoir

Le Séga, comme le Maloya, ont été les pages du grand livre de notre vraie histoire, celles de l’histoire de notre peuple.

Le Séga est né des rythmes du Maloya. Romances créoles des « tiblancs « des hauts, musique européenne, polka, violon, accordéon diatonique, banjo ..
De nouvelles pistes seront explorées avec des tentatives de mixage avec d’autres musiques venues d’ailleurs…

Aujourd’hui c’est tournant important dans la culture réunionnaise, l’acceptation du Séga et du Maloya ensemble mais non plus en opposition.

Alors une stratégie de reconnaissance et de diffusion peut se mettre en place dès le plus jeune âge pour nos enfants.

Sans honte et avec fierté le Séga et le Maloya main dans la main s’activent à construire La Réunion de demain.

Le Séga retrouve
ainsi ses lettres de noblesse à travers cette exposition au musée Stella Matutina. Une scénographie polymorphe permettant de voyager dans la richesse des Séga de l’Océan Indien.


Une pensée forte pour mes amis
Raymond Vergoz, Chantal Nirlo, Frantz Ferrere, Daniel Vabois et l'incontournable Orre François, n'oubliant pas William Zitte.
Nous avons beaucoup parlé autour du Séga, chanté le Séga.
Cette exposition répond à nos attentes.
IL faut désormais poursuivre cette transmission.
N'oublions pas non plus Jean Pierre la Selve avec son ouvrage, histoire du Séga.

 


Aline Murin Hoarau



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 7 Décembre 2019 - 18:22 Nos séniors, miroirs de notre avenir

Vendredi 6 Décembre 2019 - 07:27 « Radioscopie d’une société qui se précarise »


 
LÉKO LARÉNYON
Groupe Public · 5 membres
Rejoindre ce groupe
Anon mét térla tout sak nou la anvi partaj ék Réyoné fané partou dan le monde… Pou ke zot i gard in gou zot péi… Si zot na in koudblouz zot i pé trouv...
 






Henri MADORÉ : 3 dalon pou in tiKozman
Publié par INFO REUNION le 30/12/2018 à 08:08 | 0 Commentaire