sak ifé nout jordu ék nout demin

Nicolas Sarkozy, l'arbre qui cache… Didier Robert


Édito
Lundi 7 Janvier 2013

Xavier Bertrand est venu à La Réunion entre les deux tours de la Présidentielle. Si Nicolas Sarkozy avait réuni plus de 10.000 personnes à Saint-Pierre, le ministre du travail a rassemblé 300 personnes sur un boulodrome de Saint-Paul. Rien de surprenant. Le président était en campagne avant le premier tour et la claque de ce même premier tour. Le second a tenté de mettre un pansement sur une fracture. Ça n'aide pas Didier Robert dans la résolution de son équation…


Nicolas Sarkozy, l'arbre qui cache… Didier Robert
L'arbre qui cache la forêt. La voix de Didier Robert est prépondérante à Paris et à l'Elysée. Nicolas Sarkozy et l'UMP ont été les arbres derrière lesquels Didier Robert peut éviter une contestation ou une "soufflante" de la Droite locale. Aucun politique de Droite n'affronte à visage découvert, le "relais de transmission" entre Paris et La Réunion. Le premier tour de la Présidentielle, a rendu le président sortant et son parti, "encombrants". Même pour le président de la Région Réunion qui s'est beaucoup investi pour calmer la colère des Réunionnais contre la vie chère.

Paradoxe. Ce contexte de la Présidentielle lors de laquelle, de nombreux Réunionnais ont crié leur ras-le-bol, Didier Robert a quitté son… arbre. Stratège et subtil, il aide les contribuables avec leur… argent. Pour Didier Robert, le changement, c'est maintenant ! Changement d'attitude. Plus offensive. Plus pragmatique. Avec efficacité. Et ça marche ! La population s'apaise. Et les pétroliers et la grande distribution encaissent. Tout le monde est content. Non. Pas tout le monde. Pas l'Alliance/PCR…

Ainsi, Didier Robert est sorti du bois au plus fort de la tempête et de la contestation sociale. Sa nouvelle stature a permis à Nicolas Sarkozy, en campagne pour la Présidentielle de s'abriter derrière un tronc devenu commun depuis longtemps : la lutte contre la vie chère. Le président de la Région Réunion prend aussi le risque de scier la branche sur laquelle il est assis depuis 2010 : créer un déséquilibre budgétaire au sein de sa collectivité. Et au bout, ça n'a pas pris. Surtout pas à La Réunion.

Didier Robert a malgré tout réussi son coup. Il n'est plus derrière l'arbre Sarkozy. Ni L'UMP. Le patron de La Réunion en confiance émancipe sa politique. Sa vision du développement économique. Toutefois à l'extrême, l'émancipation peut conduire à la rupture. Avec son camp. Et c'est une erreur. La Fontaine l'a explicité. Au plus fort d'un cyclone, des milliers de roseaux ont plus de chance de résister qu'un chêne. Aussi solide soit-il !




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit