sak ifé nout jordu ék nout demin

Nathalie Kosciusko-Morizet : "La suite, c'est protégé les populations"


Invité(e)
Mercredi 2 Novembre 2011

Lors de la séance : "Questions au gouvernement", Jean-Claude Fruteau, député-maire de Saint-Benoît, a demandé au Premier ministre François Fillon, des explications sur "les tergiversations de l'Etat", alors qu'un incendie détruisait des hectares de forêts à La Réunion.


Nathalie Kosciusko-Morizet : "La suite, c'est protégé les populations"
C'est le ministre de l'environnement, Nathalie Kosciusko-Morizet qui a répondu au parlementaire réunionnais. "Le Parc de La Réunion mérite mieux qu'une polémique politicienne. Les 800 personnes qui se battent sur le terrain, méritent elles aussi mieux qu'une polémique".

"En effet, ce sont plus de 800 personnes dont 420 venues de la métropole, et ce depuis les premiers jours qui luttent contre ces incendies. Elles sont soutenues par des hélicoptères bombardier d'eau. Ils seront bientôt appuyés par deux avions Dash 8 qui n'auraient pas été utiles les premiers jours".

"Car, ils ne peuvent servir que lorsque le feu est fixé par des moyens au sol. Les avions servent alors à noyer les points chauds. Le feu est aujourd'hui fixé et stabilisé depuis trois jours. C'est naturellement une bonne nouvelle, et Marie-Luce Penchard était à La Réunion aujourd'hui (ndlr : aujourd'hui) pour faire le point.

"Mobilisés, nous le sommes aussi pour retrouver les incendiaires. Car, ce crime ne saurait rester impuni, et des interpellations ont déjà eu lieu".

"Nous devons aussi songer à la suite de ce désastre écologique. Car le cœur du Parc est touché et au cœur du Parc, il y a une forêt primaire d'une richesse absolument remarquable. La suite, c'est protégé les populations. Il y a des risque de coulées de boues en période de cyclones", a indiqué Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Environnement.




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger