sak ifé nout jordu ék nout demin

Nassimah Dindar ne "veut pas vivre un autre Arast, ni être à l'origine de l'explosion" de sa majorité


Édito
Vendredi 14 Décembre 2012

Le dossier de l'Arast, la liquidation de l'Association régionale d'accompagnement social et territorialisé, et les trois ans de procédure, de manifestations, "d'attaques personnelles", "lynchages publics" et la "vindicte populaire", la présidente du Conseil général en a endossé seule, "toutes les responsabilités". "Alors que nous étions quatre à avoir pris la décision de fermer l'Arast. Il y avait un chef socialiste et un responsable communiste".


Nassimah Dindar ne "veut pas vivre un autre Arast, ni être à l'origine de l'explosion" de sa majorité
Cette fois-ci pas question d'un bis repetita avec le dossier de la petite enfance. "L'évolution du dispositif a commencé en 2010. L'ensemble des conseillers généraux qui composent la majorité hétéroclite, a travailler sur le projet. Tout le monde a donné son avis.

Pascaline Chéreau-Nemazine, la déléguée à la petite enfance, a fait un travail remarquable. Nous sommes tombés d'accord sur les procédures. Et aujourd'hui, certains viennent dire qu'ils sont opposés à la nouvelle règlementation. Et, ils essayent de se dédouaner. Pour moi, il n'est pas question que je vis une autre Arast".

Nassimah Dindar préfère donc l'attaque à la défense. "Chacun doit assumer ses responsabilités", y compris celles inhérentes à la rupture du protocole d'accord signé en mars 2011 entre le PCR/Alliance, les "Modéré", et le PS. "Le pacte de gouvernance semble écorné, mais il ne faudra pas m'en faire porter la responsabilité".

Qu'est-ce qui reste réellement de ce "pacte de gouvernance" aujourd'hui. Nous en saurons sans doute un plus dans les jours à venir, à l'issue de la réplique des socialistes. Car, il ne peut ne pas y avoir au moins une réponse de Gilbert Annette et Huguette Bello...




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit