sak ifé nout jordu ék nout demin

Michel Tamaya à St-Denis, Aline Tamon à 3Bassins, et Didier Gopal à Ste-Marie… reviennent une rose entre les dents


Invité(e)
Jeudi 21 Mars 2013

La "gestion Annette" ou les "vicissitudes" de la politique ont "écarté nos chemins de la vie de notre parti". "Chacun(e) sa route, chacun(e) son destin", en attendant l'appel du voisin. Michel Tamaya, Aline Tamon et Didier Gopal "n'ont pas ignoré ou oublié pour autant leurs valeurs et leurs convictions". Dimanche au village Bienvenu, les trois avaient la même émotion. Ils étaient contents d'être là.


Michel Tamaya à St-Denis, Aline Tamon à 3Bassins, et Didier Gopal à Ste-Marie… reviennent une rose entre les dents
Pourquoi ont-ils rejoint le Progrès ? Levons tout de suite le voile. Michel Tamaya : "Vous allez m'entendre un peu plus souvent sur Saint-Denis". Aline Tamon : "Je me prépare pour Trois-Bassins". Didier Gopal : "Je serai candidat aux Primaires citoyennes avec l'étiquette le Progrès à Sainte-Marie". Il n'y a donc plus aucune ambiguité : les trois ont déjà leur destination pour la course à la candidature socialiste aux Municipales 2014, si et seulement si, la Fédération locale valide la proposition du Progrès de Patrick Lebreton. Car, ce n'est pas encore fait.

Quel est leur état d'esprit ? S'il y a encore quelque sentiment de revanche en eux, ce n'est pas ce qui prime. "Défendre des idées, des convictions et des projets, et prendre part au développement de notre île et de notre pays. Etre dans l'action". Tous les trois sont restés dans l'action. Michel Tamaya, ex-maire de Saint-Denis et ex-député de la première circonscription, est dans l'humanitaire. "J'étais au Burkina Faso". Aline Tamon depuis sa participation aux Régionales 2010, n'a pas quitté le terrain. Didier Gopal, lui, avait quitté le PS, laissé la place à Christian Annette et a rejoint Jean-Louis Lagourgue.

Dimanche, personne n'a parlé du passé. Les trois ont parlé avec "sérénité et détermination" (si cher à Michel Vergoz). Didier Gopal assis au premier rang, a écouté les différents messages. "C'est une porte d'entrée pour s'intégrer dans un mouvement dont je me reconnais dans les valeurs. C'est une possibilité d'espace pour ceux qui veulent et ont aussi besoin d'exister au sein d'un parti politique". Aline Tamon et Michel Tamaya veulent aussi prendre cette espace. "Les Primaires citoyennes nous offrent une opportunité que nous voulons saisir".

Aline Tamon, Didier Gopal et Michel Tamaya ont montré dimanche une grande envie de reprendre leur place au sein de leur famille socialiste. Cette envie, elle est quand même plus intense chez Michel Tamaya et Didier Gopal. Car, les deux politiques n'ont pas oublié les conditions dans lesquelles la rupture avec le PS, "pas le PS, mais Gilbert Annette et ses proches", a eu lieu. "C'est vrai que ce n'est pas une question de revanche, car nous sommes de la famille politique. Mais que ce soit dans une famille ou une famille politique, se sentir enfant bâtard, ça laisse des traces…"




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Jako le 21/03/2013 05:04
Noyage de poisson en eaux troubles…
Sont-ils socialistes ?
Sont-ils solidaires de la politique de casse sociale actuelle de Hollande ?
Non, il ne faut pas se tromper, ceux-là sont pour le Progrès…
Les autres, ceux qui sont avec le PLR sont solidaires de la déculottée de Hollande…
Ah bon ! Ce n'est plus l'union de la gauche ?

2.Posté par Goutsa le 21/03/2013 08:21
Cet article apporte que le mouvement des "quatre gros blancs" vise bien à faire perdre les socialistes lors des prochaines municipales.
En effet, les trois personnes citées ont abandonné le Parti socialiste pour tenter de satisfaire leur égo ou leurs ambitions personnelles. Aline Tamon n'a pas accepté le classement sur la liste Michel Vergoz pour les Régionales, elle a rejoint une liste concurrente. Didier Gopal, ex-secrétaire de la section PS, a préféré renier ses valeurs pour un ti place alimentaire aux côtés de Lagourgue, Maire UMP d'e Sainte-Marie. Michel Tamaya, ex-conseiller régional PS avait déjà rejoint les rangs du PCR, a été battu par René-Paul Victoria aux élections municipales de 2001 à Saint-Denis alors qu'il était député-maire sortant.
Le mouvement est un ramassis de dissidents socialistes qui n'ont pas accepté, à un moment ou un autre, de respecter les choix des adhérents, la démocratie interne.

3.Posté par dénominateur commun de ces peronnages le 21/03/2013 14:45
Je suit attentivement ce qui ce passe au niveau de ce mouvement qui semble être plus guidé par la haine et la vengeance qu'une vraie construction d'un projet pour développer la Réunion...L'avenir nous le dira.

Question: quid des présences réelles de ces responsables (Fruteau, Vlody, Lebreton...), de leur participation dans les instances dirigeantes du PS quand ils y étaient. Ont ils été à jour de leurs cotisations d'adhérents et d'élus...Jismy là il y a du boulot.

Quant aux candidatures de Michel Tamaya et de Didier Gopal tous les militants et sympathisants savent leur très grande ardeur au travail, leurs qualités réelles de manager et de leader ship... notamment pour diriger une Mairie.

Gilbert et Jean Louis n'ont vraiment pas de soucis à se faire , ils peuvent dormir sur leurs 2 oreilles, car la politique c'est: une équipe, un projet , une organisation et des moyens financiers.

Ils semblent l'avoir oubliés et être très loin du compte... car les conseilleurs ne sont pas les payeurs....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger