sak ifé nout jordu ék nout demin

Maurice Gironcel : "Titulariser d'accord, mais est-ce que l'Etat payera les 53 % de surrémunération ?"


Invité(e)
Jeudi 16 Août 2012

Victorin Lurel, ministre de l'Outre-mer, a répondu aux maires qui lui réclament plus de contrats aidés. "Ce n'est pas aux intérimaires de s'occuper du maintien de l'hygiène, mais un personnel formé donc permanent". Maurice Gironcel, maire de Sainte-Suzanne, explique que lui-même et ses collègues sont d'accord pour titulariser les employés communaux, "à condition que l'Etat prend à sa charge les 53 % de surrémunération".


Maurice Gironcel : "Titulariser d'accord, mais est-ce que l'Etat payera les 53 % de surrémunération ?"
Et revoilà la surrémunération ! Mais cette fois-ci, elle ne tombe pas à propos. Car, ce n'est pas le principal obstacle à la titularisation des employés communaux à La Réunion. C'est un fait. Car, les maires ont trouvé l'astuce pour contourner cette difficulté. Hormis les cadres, les travailleurs communaux sont souvent embauchés sur CDI. Il y a donc de moins en moins de fonctionnaires dans les municipalités. Le vrai obstacle à la pérennisation de l'ensemble du personnel communal, est lié à une triste réalité : entretenir une clientèle électorale.

Et cette tradition se vérifie à chaque élection car c'est quelques mois avant que le quota explose, et toutes les collectivités locales en profitent. Avec la pleine complicité de l'Etat. Et ce quel que soit le gouvernement en place. Alors comment pérenniser un personnel embauché pour six mois, et réembauché tous les six ou douze mois ? Autre question pourquoi La Réunion ne parvient pas à faire comme la Guadeloupe, et à titulariser ses employés communaux ?

"La surrémunération n'est que de 40 % en Guadeloupe, elle est de 53 % à La Réunion", prétextent les maires. Maurice Gironcel a bien une idée qu'il propose à Victorin Lurel. "Nous sommes prêts à un plan de titularisation, si l'Etat veut bien prendre en charge les 53 %". Le maire de Sainte-Suzanne va-t-il demander à l'Association des maires de porter ce projet ? A moins que le gouvernement ne l'inscrive dans sa prochaine réforme territoriale ?




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par nou croi pu le 16/08/2012 16:56
Non mais c'est un reve, comment peut-il tenir un tel discours?
Alors que dans sa propre commune, il déplace sans vergogne des employés communaux, des pères et mères de familles qui aujourd'hui souffrent dans le silence mais attendent vivement 2014 pour régler le compte de ce maire qui aujourd'hui n'arrive plus à diriger sa commune.
La mairie enferme les employés, ils viennent travailler par obligation et surtout être payés pour nourrir la famille.
Faudrait d'abord, que ce maire respecte et applique tous les engagements qu'il a pris avec la population
vous avez perdu les législatives, une belle claque, alors laissez nos députés régler ce problèmes
la députation, un vieux rêve pour vous

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger