sak ifé nout jordu ék nout demin

Lutte contre les requins : "La réponse du ministre de l'Outre-mer ne m'a nullement satisfaite", dixit Thierry Robert


Édito
Jeudi 26 Juillet 2012

"Ce mardi 24 juillet 2012, pendant que je questionnais le gouvernement sur les attaques de requins à La Réunion, des rires et des interjections ont accompagné mon intervention. A la télévision, j’ai observé l’attitude méprisante d’une députée de la Réunion à mon égard, car elle n’était pas favorable à mes propositions. Le comportement de nombreux députés m’a aussi choqué, alors-même que je parlais de vie humaine : un jeune homme de 21 ans venait de décéder la veille !"


Lutte contre les requins : "La réponse du ministre de l'Outre-mer ne m'a nullement satisfaite", dixit Thierry Robert
"La réponse apportée par le ministre des Outre-Mer ne m’a aucunement satisfait, d’autant plus qu’aucune solution à cette problématique n’a été présentée. Or, en une année, les attaques de requins ont causé la mort de trois personnes, alors que pendant la dernière décennie, quasiment aucun accident n’avait été déploré. Aux réunions et aux actions de communication, il faut maintenant laisser la place aux actes afin d’endiguer le risque requin sur le littoral ouest.
 
Les attaques mortelles ont eu lieu à Trois Bassins et à Saint-Paul, précisément au sein même de la réserve naturelle marine. Aujourd’hui, je crains que la prochaine se produise à Saint-Leu. Et en tant que maire de cette ville, je ne peux tolérer ou accepter que ce risque survienne sans pouvoir le prévenir. Je serai donc vigilant et virulent, car je veux limiter les risques d’attaques sur le territoire de Saint-Leu.
 
Aujourd’hui, je suis convaincu que la réserve marine constitue une des causes principales de cette recrudescence d’attaques, dans la mesure où elle est devenue « le garde-manger » des requins. Il y a environ huit mois, j’ai demandé, aux services de l’Etat, une autorisation pour qu’un zodiaque et un jet ski puissent vérifier la présence ou non de requins lors d’activités nautiques dans le lagon. Prétextant une législation contraignante, ils ont pris plus de 6 mois pour me transmettre un avis définitif ! En mon sens, les pouvoirs publics devraient être capables de faire un choix clair entre une protection de la vie humaine et une application stricte de règles inappropriées.
 
Au-delà de la question du prélèvement des requins et de son efficacité réelle, je soutiens que la réserve marine ne devrait pas concerner les zones de baignade et d’activités nautiques. Ces zones peuvent être retirées de la réserve marine actuelle sans qu’elle ne soit totalement supprimée. En effet, à l’heure actuelle, elle s’étend sur toute la côte ouest, allant de Saint-Paul à l’Etang-Salé.
 
Tout en poursuivant mon action à l’Assemblée Nationale pour attirer l’attention de l’Etat, dès mon retour, j’annoncerai à la population réunionnaise, les actions que j’ai l’intention de mener et de proposer pour sensibiliser les pouvoirs publics à agir réellement contre le risque requin à la Réunion".

Communication parlementaire



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par FAIVRE Daniel le 26/07/2012 11:44
S'ocuper des requins dans la mer,très bien, mais personnes ne propose de s'ocuper des requins sur terre ils sont plus nombreux
ils vous mange votre porte feuille en un instant, et les requins sur terre font des milliers de victimes.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit