sak ifé nout jordu ék nout demin

Les pro-sioniste du PS et du gouvernement amusent le peuple et se font plaisir sur le dos des martyrs Palestiniens


Politique
Mardi 2 Décembre 2014

L’Etat français, avec son Parlement s’apprête à voter une reconnaissance « symbolique, non contraignante, donc sans valeur juridique » de l’Etat Palestinien. Le gouvernement français ne devrait-il pas exiger tout simplement la restitution de la totalité des terres occupée de Palestine aux Palestiniens


Ainsi les sosionistes au gouvernement pensent  se tirer à bon compte, font de la récupération politicienne des martyrs Palestiniens. Ericka Bareights, député PS, entend  répéter demain 2 décembre la mascarade du 3 août  dernier à Champfleury. En kaparèr, les sosionistes masqués en LDH, parasitait le Collectif  Réunionnais Palestine. A bon compte les socialistes se font plaisir. Le vote  des députés français est un leurre dépourvu de portée juridique pour tromper l’opinion publique, et les pro Palestiniens au PS. C’est vrai que des élections approchent, tellement discrédités, ils tentent ainsi de racheter leur déficit. La politique française et européenne maintiennent l’ambiguïté, rappelons nous les manifs pro Palestiniennes de juillet interdites à Paris, des manifestants ont été condamné pour délit de solidarité. La démarche hypocrite  du gouvernement français  pro-sioniste, de reconnaître  un Etat Palestinien croupion,  n’est-elle pas de contraindre le peuple palestinien à accepter la colonisation Israélienne comme un Etat de fait sur sa terre.

 Peut –on imaginer un instant, Hitler demandant aux français d’accepter un Etat allemand sur la partie du territoire occupée par les nazis ? 

Les palestiniens n’ont pas à désespérer. L’Etat sioniste existe seulement depuis 67 ans, il n’a pas plus de légitimité historique ou morale, ni d’avenir que les « départements français d’Algérie » qui durèrent 132 ans… La résistance des patriotes Algériens mis fin à l’occupation française. La solution de deux Etats avec la même capitale  portés par les socialistes français, c’est la perpétuation de  la guerre et des massacres de palestiniens. C’est insupportable, çà frise le crime contre l’humanité. En Azanie ( Afrique du Sud) l’abolition de l’apartheid a ramené la Paix, ce serait un exemple pour la Palestine martyrisée.

« Depuis 1997, les Etats de l’Union européenne ont signé un accord d’association relatif aux échanges et à la coopération et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), mouvement de libération nationale. Cet accord qui est précédé de l’affichage des meilleures intentions, jugez-en :
« Considérant l’importance des liens existants entre la Communauté et le peuple palestinien de Cisjordanie et de la bande de Gaza et les valeurs communes qu’ils partagent;
« Considérant que la Communauté et l’OLP souhaitent renforcer ces liens et établir des relations durables fondées sur le partenariat et la réciprocité;

« Considérant l’importance que les parties attachent aux principes de la charte des Nations unies, en particulier au respect des droits de l’homme, des principes démocratiques et des libertés politique et économique, qui constituent le fondement même de leurs relations […] »

Donc la Communauté européenne et l’OLP sur pied d’égalité, appliquant le droit de l’ONU, en précisant que le texte de l’accord prend pour frontières celles existant en 1967. Oki ?

Pour ce qui est de la France, elle reconnaît le passeport palestinien, applique les droits de douane sur les produits palestiniens, ce qui est la plus explicite reconnaissance des frontières, et elle accrédite à la tête de la Mission de Palestine, un Ambassadeur. En Novembre 2012 à l’ONU, la France a voté pour la reconnaissance de la Palestine à l’ONU comme « État observateur non membre ». Donc Etat.

Tout serait donc clair… Et alors pourquoi tous ces débats ? Parce que ces grandes déclarations ne veulent rien dire si on en reste à la proclamation, et qu’on ne répond pas à quatre questions simples.

1/ Un Etat suppose la maitrise du territoire, et ne peut s’imaginer avec des colonies étrangères. L’Assemblée vote-t-elle aussi pour le démantèlement des colonies ?

2/ Un Etat suppose une capitale. L’Assemblée vote-t-elle pour Jérusalem-Est comme capitale de la Palestine, ce qui suppose la restitution des quartiers colonisés ?

3/ Un Etat suppose la continuité territoriale. L’Assemblée vote-t-elle pour la levée des check-points à l’intérieur du territoire de l’Etat de Palestine, avec libre circulation entre la Cisjordanie, Gaza, et Jérusalem-Est ?

4/ Un Etat suppose le respect du droit de l’ONU. L’Assemblée vote-t-elle pour l’exercice du doit au retour de tous les réfugiés palestiniens, tels que prévue par la résolution 194 du 11 décembre 1948  ?
La réponse à ces questions nous permettra de mieux comprendre la démarche du parlement. Et comme la réponse est « non » à chacune de ces questions, nous n’avançons pas d’un centimètre. »

 

   http://lesactualitesdudroit.com/2014/11/28/1579/  

KDAS


Kolèktif Domoune Atèr Solidèr



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Albert Kaufman le 07/12/2014 22:46
Le courrier des lecteurs est vraiment ouvert à tous, la preuve ...

Grande diatribe de Jean-Claude Barret dans le courrier des lecteurs du Quotidien de la Réunion du vendredi 5/12/2014.
L'engagement pathétique de l'homme dans la cause palestinienne interpelle.
Le personnage fascine par une indigence culturelle proportionnelle à la violence de son vocabulaire.
A l'image des nouveaux convertis qui veulent en faire plus que les djihadistes les plus acharnés.
La ritournelle est serinée ad nauseam : “Les juifs ont volé la terre des palestiniens”.
La rhétorique est islamiste : “Le sang des martyrs palestiniens”.
La connaissance de l'histoire confine à la mythologie de l'âge d'or de l'islam selon laquelle “les juifs, les chrétiens et les musulmans priaient en parfaite harmonie depuis mille ans”.

Pour sa propre culture M. Barret devrait d'urgence se documenter sur l'histoire du royaume d'Israël depuis 1400 ans avant Jésus-Christ jusqu'à sa destruction par les Romains en 70 après JC.
Je l'invite à méditer sur la présence continue des juifs sur cette terre depuis 3400 ans, sur leur démographie en permanence majoritaire dans la ville de Jérusalem depuis tout ce temps.

Mais aussi sur la totale absence d'intérêt qu'avait cette province pour le monde musulman pendant toute la période (700 ans) où elle se trouvait sous la domination turque.

Je lui rappelle que c'est l'ONU qui le 29 novembre 1947 a voté le partage de cette terre entre le peuple juif qui y vivait déjà et les arabes de la région.
Que ce sont les arabes qui ont refusé ce partage légitime, et de fait n'ont pas respecté cette résolution capitale de “'ONU en attaquant l'état d'Israël naissant pour “jeter les juifs à la mer” comme le titraient les journaux égyptiens de l'époque.

Je pourrais demander à M. Barret de bien vouloir m'indiquer un seul gouvernement, un seul monarque, une seule langue, une seule monnaie etc. palestinien ou palestinienne qu'il connaitrait d'avant 1967 et qui font qu'un peuple est un peuple.
Il serait bien en peine M. Barret car justement, jusqu'en 1967, il n'existait pas de peuple palestinien.
Les arabes d'alors ne voulaient pas entendre parler de “Palestine”. Ils se disaient appartenir à la Grande Syrie, ou à l'Irak ou à l'Egypte ...

Que M. Barret fasse l'effort de se documenter sur le statut de “dhimmi” (sous-citoyen) qu'avaient et qu'ont encore les juifs dans tous les pays arabes, loin de l'image idyllique des communautés vivant en harmonie.
Que M. Barret daigne ouvrir un livre d'histoire pour apprendre que le Kotel (mur des lamentations), lieu le plus sacré du judaïsme avait été transformé en pissotière par les soldats jordaniens qui possédaient la Judée Samarie (Cisjordanie) et Jérusalem-Est jusqu'en 1967.
Alors pour parler de prier ensemble en “sincérité”, il faudra repasser, M. Barret.
Si la liberté religieuse existe et est garantie aujourd'hui pour tous en Israël, c'est bien grâce aux juifs, aux “sionistes” comme vous dîtes si bien avec ce petit air de dégoût au coin des lèvres.

Et au fait, juste une dernière question avant un zéro pointé en culture générale, M. Barret : pourquoi est-ce qu'aucune revendication nationaliste palestinienne n'existait pendant toutes ces années (de 1948 date de la renaissance de l'état d'Israël à 1967, guerre des 6 jours) où Gaza était sous domination égyptienne et la Cisjordanie sous domination jordanienne ?
Je vous laisse deviner ...

2.Posté par J. Claude Barret MAR/LPLP le 08/12/2014 08:07
I vo minm pa la pinn réponn aou, toulmoune la konri dan kèl kan oulé. Ce ne sont quandminm pas les Palestiniens qui se sont massacré depuis 1978, avez entendu parlé de Chabra er Chatilla. Dans la bible on parle de la Palestine, mais non de la création artificielle impérialiste d'un Etat juif - des juifs chassés d'europe, enfin, si on peut dire des rescapés des camps que les alliés se devaient de leur trouver une terre. Madagascar, le Brésil ou l'Ouganda étaient pressentis, avant de les caser dans cette parti du Moyen Orient. Ainsi s'installèrent les fascistes du Likoud.

3.Posté par J. Claude Barret MAR/LPLP le 09/12/2014 08:27
Albert, wala in liyin ki pouré intérèss aou, et justement qui parles des conditions de la création de l'Ett sioniste:
http://www.alterinfo.net/C-etait-bien-Ben-Gourion-MESSAGE-DE-MICHEL-COLLON_a26726.html
Je sais d'avance que vous allez contester ces vérités relatées par Collon, mais, c'est que je me renseigne, peut être pas aux mêmes sources. Je vous souhaite une bonne journée

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Septembre 2020 - 15:00 Alain BENARD : Candidat sur la 2e

Dimanche 30 Août 2020 - 08:17 Le combat continue